Le film de zombies Blood Quantum, œuvre du cinéaste micmac Jeff Barnaby domine la liste des nommés aux Prix Écrans canadiens avec 10 sélections, sans pour autant être finaliste dans la catégorie du meilleur film.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Nadia, Butterfly, de Pascal Plante, et Souterrain, de Sophie Dupuis, sont finalistes dans la plus prestigieuse des catégories (meilleur film), tout comme Beans de Tracey Deer qui raconte la crise d’Oka de 1990 à travers les yeux d’une adolescente, Funny Boy, de Deepa Mehta, et The Nest, de Sean Durkin.

Éclectique, la liste des finalistes dans les nombreuses catégories touchant tout à la fois le cinéma, la télévision et les médias numériques, a été dévoilée mardi matin.

Tourné en Gaspésie, à la frontière avec le Nouveau-Brunswick, Blood Quantum est sorti fin avril 2020, en plein éclatement de la pandémie de coronavirus. Or, au cœur du récit, un étrange virus fait des ravages dans les populations blanches sans toucher les communautés autochtones. En entrevue à l’époque, le réalisateur originaire de la communauté de Listuguy en Gaspésie avait montré toute sa surprise face à cette coïncidence (le film a été tourné en mai 2018).

Outre Blood Quantum, ce sont les films Funny Boy (neuf) et Akillia’s Escape (huit) qui sont nommés le plus souvent.

Beans recueille cinq places de finaliste, Souterrain est nommé dans quatre catégories, alors que La déesse des mouches à feu, d’Anaïs Barbeau-Lavalette, et Nadia, Butterfly (sélection Cannes 2020) sont présents dans trois catégories. Le rire, de Martin Laroche, obtient deux sélections tout comme My Salinger Year, de Philippe Falardeau, et Vacarme, de Neegan Trudel.

À noter que Beans et Vacarme font aussi partie des cinq finalistes pour le prix John Dunning du premier long métrage de fiction.

Produit et diffusé par Netflix, Jusqu’au déclin, de Patrice Laliberté, récolte une seule place de finaliste, dans la catégorie du meilleur montage.

Deepa Mehta (Funny Boy), Pascal Plante (Nadia, Butterfly), Sean Durkin (The Nest), Brandon Cronenberg (Possessor) et Sophie Dupuis (Souterrain) sont finalistes pour la meilleure réalisation.

Jeff Barnaby et Sophie Dupuis sont nommés dans la catégorie du meilleur scénario original alors que Catherine Léger (La déesse des mouches à feu) est finaliste pour le prix du meilleur scénario adapté.

Du côté de l’interprétation, Michael Greyeyes (Blood Quantum) et Jaokim Robillard (Souterrain) sont en lice pour le prix de la meilleure interprétation masculine alors que Carmen Moore (Rustic Oracle de la réalisatrice mohawk de Kanehsatake Sonia Bonspille) et Rosalie Pépin (Vacarme) sont finalistes pour le rôle de meilleure actrice. Dans les rôles de soutien, on note la présence de Micheline Lanctôt (Le rire).

Pour sa chanson Merci pour tout du film éponyme de Louise Archambault, Ariane Moffatt est finaliste dans la catégorie de la meilleure chanson originale.

Documentaires, courts métrages

Plusieurs œuvres québécoises sont aussi finalistes dans les catégories des documentaires et des courts métrages.

Errance sans retour, de Mélanie Carrier et Olivier Higgins, et Une femme, ma mère, de Claude Demers, sont ainsi nommés dans la catégorie du meilleur long métrage documentaire Ted Rogers.

PHOTO FOURNIE PAR SPIRA

Une scène du documentaire Errance sans retour.

Avec Errance sans retour, Renaud Philippe et Olivier Higgins sont aussi finalistes pour les meilleures images documentaires, alors que Nathalie Lamoureux (Une femme, ma mère) est nommée pour le meilleur montage.

Le long métrage documentaire Les libres, de Nicolas Lévesque, obtient deux places de finaliste, meilleures images (Jean-Philippe Archibald) et meilleur montage (Natacha Dufaux).

CHSLD, de François Delisle, et Clebs, d’Halima Ouardiri, sont finalistes dans la catégorie de meilleur court métrage documentaire, alors que Cayenne, de Simon Gionet, et Goodbye Golovin, de Mathieu Grimard et Simon Corriveau, font partie des cinq finalistes pour le meilleur court de fiction. Le mal du siècle, de Catherine Lepage, et Moi, Barnabé, de Jean-François Lévesque, sont finalistes pour le prix du meilleur court d’animation.

Télévision et médias numériques

Sans surprise, la sixième et dernière saison de la série Schitt’s Creek mène le bal dans les catégories liées à la télévision avec pas moins de 21 sélections ! Rappelons que cette série a récemment décroché deux prix au gala des Golden Globes.

Toujours en télé, Cardinal : Until the Night est nommé dans 15 catégories dont Karine Vanasse dans celle du meilleur premier rôle féminin dans une série dramatique. Transplant, série médicale où Laurence Lebœuf tient le premier rôle féminin, est par ailleurs retenue dans six catégories.

Du côté des médias numériques, soulignons que deux œuvres québécoises font partie des finalistes dans la catégorie « meilleure expérience immersive », à savoir In the Land of the Flabby Schnook, de couleur.tv, ainsi que Space Explorers : the ISS Experience, de Felix & Paul Studios. Enfin, la maison montréalaise Compulsion Games est finaliste pour le meilleur jeu vidéo avec We Happy Few : We All Fall Down.

La cérémonie des prix Écrans canadiens aura lieu le jeudi 20 mai.