Avec plus de 100 longs métrages, 180 courts, des documentaires, des événements spéciaux, de l’horreur, des comédies comme des thrillers, la 24e édition du festival Fantasia ratissera large dans le cinéma de genre en provenance de tous les coins du monde. En ligne du 20 août au 2 septembre, l’événement se décline à partir du site fantasiafestival.com, où l’on se procurera des billets pour des visionnements depuis la plateforme Festival Scope. Cinq suggestions.

André Duchesne
André Duchesne La Presse

The Reckoning

Pour la deuxième fois dans l’histoire de Fantasia, le réalisateur britannique Neil Marshall a l’honneur d’ouvrir les festivités, cette fois avec son long métrage The Reckoning. Mettant en vedette Charlotte Kirk, ce film campé dans l’Angleterre du XVIIe siècle fait écho à la situation actuelle de pandémie. En 1665, la Grande Peste sévit et Grace Haverstock (Kirk) est soupçonnée de la mort de son mari. Accusée de sorcellerie, elle sera torturée. Jusqu’à ce que le vent tourne…

Ce jeudi soir à 19 h. Une séance de questions-réponses avec M. Marshall et Mme Kirk suivra.

Classe de maître avec John Carpenter

PHOTO TIRÉE DU SITE IMDB

John Carpenter en 2010

Pour les fans de films de genre, le nom de John Carpenter est bien connu. Le cinéaste et musicien américain a entre autres réalisé Halloween, The Fog, Escape from New York, Christine, Starman et Vampires présenté à Fantasia en 1998. Il sera honoré à l’occasion de la remise virtuelle du premier prix Cheval Noir saluant l’ensemble de sa carrière. Artiste aux talents multiples qui a composé la musique de plusieurs de ses films, il interprétera, au cours de cette rencontre, une de ses plus récentes compositions. L’activité est accessible gratuitement.

Samedi 22 août à 16 h

The Prophet and the Space Aliens

PHOTO FOURNIE PAR LE FESTIVAL FANTASIA

Raël dans une scène tirée du documentaire The Prophet and the Space Aliens

La section « Documentaires de la marge » propose cette année neuf titres en provenance du Brésil, d’Australie, de France, etc. Des cinéphiles québécois seront sans doute interpellés par le film The Prophet and the Space Aliens qui s’intéresse à Raël, dont le long séjour au Québec a suscité beaucoup d’attention. Le réalisateur israélien Yoav Shamir a suivi le prophète en blanc qui chante l’amour, parle avec ses adeptes africains par Skype et essaie de financer une clinique de reconstruction clitoridienne. Un documentaire honnête et juste, dit-on, sans être pour autant naïf.

Dimanche 23 août à 17 h

Fantastiques week-ends

PHOTO FOURNIE PAR FANTASIA

Une scène du long métrage québécois 2011

Le cinéma québécois tient une bonne place à Fantasia, notamment par les Fantastiques week-ends. À travers quatre soirées que l’on peut suivre en direct et gratuitement sur le site Facebook du festival, les Fantastiques week-ends du cinéma québécois proposent cinq programmes de courts métrages. Parmi les titres à retenir, notons Roseline comme dans les films de Sara Bourdeau avec Louise Portal, L’âge d’or d’Emmanuelle Lacombe avec Fanny Mallette et le long métrage 2011 d’Alex Prieur-Grenier mettant en vedette Émile Schneider et Catherine Chabot. Plusieurs courts québécois qui ont connu un beau parcours de festivals dans les derniers mois sont aussi inscrits. À noter enfin un film du comédien Rapahël Lacaille : Le chant de la corneille.

21, 22, 29 et 30 août à 19 h (20 h le 22)

Une sirène à Paris

PHOTO THIBAULT GRABHERR, FOURNIE PAR FANTASIA

Une scène du film Une sirène à Paris

Peut-on télescoper romance et fantastique dans un seul long métrage ? Bien sûr ! Le cinéaste, écrivain et musicien Mathias Malzieu le propose avec ce long métrage campé à Paris où Gaspard, chanteur de petite envergure et à l’existence tissée de déceptions, fait, un jour, la rencontre de Lula, sirène échouée au bord de la Seine. Nicolas Duvauchelle et Marilyn Lima incarnent les deux personnages principaux, mais Romane Bohringer, qu’on a vue au Québec dans Vic+Flo ont vu un ours de Denis Côté, est aussi de la distribution. À noter qu’on doit chercher le film par son titre anglais, A Mermaid in Paris, dans le site de Fantasia.

Jeudi 27 août à 19 h 15

Dimanche 30 août à 13 h

Cinq programmes courts pour les tout-petits

Le festival Fantasia n’oublie pas les plus jeunes, en leur destinant une série de programmes de courts métrages diffusés gratuitement. Ces films d’animation proviennent des quatre coins du monde et prônent, entre autres, des valeurs de respect et d’humanisme. Deux des programmes s’adressent aux enfants de 3 ans et plus, deux autres aux 5 ans et plus et le dernier, aux jeunes à partir de 8 ans. Tous les programmes de cette section seront accessibles en ligne jusqu’au 2 septembre. Au total, 44 courts métrages issus d’une quinzaine de pays seront présentés en français dans le cadre du festival. En outre, le jury qui remettra le premier prix Poulain noir sera composé de trois réalisateurs jumelés avec un de leurs jeunes enfants de moins de 12 ans : Robin Aubert et sa fille Rosa Frédérique Aubert (7 ans), Patrick Boivin et sa fille Marguerite Bulté Boivin (11 ans), Carnior et sa fille Pénélope Landry (9 ans).

— Sylvain Sarrazin, La Presse

> Consultez le site du festival Fantasia