Dix longs métrages, cinq de fiction et cinq documentaires, seront présentés gratuitement lors de la septième édition du festival Cinéma du monde de Sherbrooke, qui aura lieu jusqu’au 25 juin sur le web, en remplacement de l’édition en salle qui devait avoir lieu en avril dernier.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Cleo d’Erik Schmitt (Allemagne, en première canadienne), Joel de Carlos Sorin (Argentine), La vie invisible d’Euridice Gusmao de Karim Aïnouz (Brésil/Allemagne), The Body Remembers When the World Broke Open de Kathleen Hepburn et Elle-Maija Tailfeathers (Canada/Norvège) et Transit de Christian Petzold (Allemagne/France) constituent la programmation des films de fiction, qui fait une large place au cinéma allemand.

Du côté des documentaires, on retrouve trois œuvres canadiennes et deux films français, dont l’excellent Varda par Agnès d’Agnès Varda. À voir aussi, Nin E Tepueian – Mon cri de Santiago Bertolino, œuvre consacrée à l’artiste innue Natasha Kanapé Fontaine.

En marge des projections, les cinéphiles pourront aussi voir des courts métrages jeunesse et visionner une conférence du cinéaste Grégoire Viau intitulée L’importance de se raconter. Il y sera entre autres question de cinéma africain.

Enfin, le festival propose l’activité Ciné-moi, un rendez-vous récurrent dans lequel on parle cinéma et psychologie. Pour la tenue du festival, les psychologues Nathalie Plaat et David Poulin Latulippe examineront de près le film américain Wild tourné par Jean-Marc Vallée.

Dans ce long métrage, Cheryl (Reese Witherspoon) est une jeune femme qui entreprend un long périple à pied dans la nature dans l’espoir de guérir des blessures psychologiques du passé. Le public est invité à regarder ce film en amont avant de participer à la rencontre qui aura lieu le samedi 20 juin à 10 h.

Toute cette septième édition sera accessible à compter de midi le 18 juin par l’entremise du site internet de l’évènement.

Consultez le site du festival : fcms.ca