Alors que le monde du cinéma connaît une crise sans précédent dans l’histoire sur le plan de la diffusion des films en salle, les productions actuellement en tournage s’ajustent à la nouvelle réalité. Les associations professionnelles réclament en outre une intervention du premier ministre du Québec afin que tous les tournages soient suspendus.

Marc-André Lussier Marc-André Lussier
La Presse

Dans une lettre adressée mardi en fin de journée à François Legault, premier ministre du Québec, neuf associations professionnelles évoluant dans le domaine audiovisuel lui ont demandé d’intervenir directement auprès des producteurs et des diffuseurs afin « de faire cesser dès maintenant les différents tournages jugés non essentiels par le gouvernement, que ce soit en télévision, cinéma, nouveaux médias ou messages publicitaires ». 

Tout comme le tournage de la populaire série District 31, celui de Brain Freeze, premier long métrage solo de Julien Knafo (Lucidité passagère), a été interrompu mardi à la demande des membres de l’Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l’image et du son (AQTIS), qui ont exercé leur droit de refus sur le plateau. Mettant en vedette Roy Dupuis et Iani Bédard, Brain Freeze relate l’histoire d’une population transformée en mutants à cause d’une eau contaminée par un fertilisant.

La productrice Barbara Shrier était évidemment déçue de devoir tout arrêter alors que le tournage arrivait pratiquement à sa fin, d’autant que la scène qui aurait été tournée mardi est l’une des plus chères à produire dans ce film doté d’un budget d’environ 3 millions de dollars. Elle appuie cependant la décision « déchirante » qui a dû être prise, en cette période où le Québec est en état d’urgence et où doivent aussi se manifester, sans équivoque, des élans de solidarité sociale.

« Quand la santé publique est en jeu, il est certain que nous devons tous faire notre effort », a déclaré la productrice avec émotion. « Nous avons pris tous les moyens à notre disposition pour assurer la sécurité du plateau. La décision est déchirante, mais nous sommes solidaires. »

Les trois derniers jours de tournage seront probablement reportés cet été, mais la productrice devra trouver des solutions afin que les scènes qui seront alors tournées puissent être harmonisées avec celles qui sont déjà en boîte.

« Ce ne sera pas évident, car ce sont des scènes d’hiver avec deux bébés qui, dans six mois, n’auront plus le même âge. Il faudra compenser avec des effets visuels », explique la productrice.

Des membres inquiets

Gilles Charland, directeur de l’AQTIS, indique avoir reçu depuis plusieurs jours des appels de membres « inquiets » travaillant sur les plateaux de cinéma et de télévision.

« Nos membres s’inquiétaient notamment de la proximité entre les gens qui travaillent sur des plateaux, compte tenu des directives gouvernementales, a-t-il déclaré. La présence de figurants les préoccupait aussi, dans la mesure où on ne sait pas toujours d’où ils arrivent. Nous avons décidé d’aller sur les plateaux mardi matin, ceux de Brain Freeze et de District 31, et nos membres ont pu exercer leur droit de refus, en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité du travail. Nos conseillers sont sur l’ensemble des plateaux de tournage, en lien avec les techniciens, et nous suivons partout la situation de près. »

Maria Chapdelaine se poursuit, mais…

En revanche, le tournage de Maria Chapdelaine, quatrième long métrage de Sébastien Pilote (La disparition des lucioles), a pu se poursuivre. Même si la dernière semaine de tournage de la portion hivernale se déroule à peu près comme prévu dans la municipalité de Normandin (située à une vingtaine de kilomètres au nord de Saint-Félicien), la production a néanmoins dû annuler une journée de tournage ce mercredi.

PHOTO FOURNIE PAR SÉBASTIEN RAYMOND POUR PIONNIERS PRODUCTIONS

Plateau de Maria Chapdelaine, quatrième long métrage de Sébastien Pilote, actuellement en tournage

« C’était la plus grosse journée de tout notre bloc hivernal », explique le producteur Pierre Even, de la société Item 7. « Comme la présence de nombreux acteurs et figurants, dont certains âgés de plus de 70 ans, était requise, nous avons reporté le tournage de ces scènes dans la portion estivale, prévue au mois d’août. Nous ajouterons alors une journée de plus au plan de travail, et il nous faudra recourir à des effets visuels pour faire croire à l’hiver. Les autres scènes de cette semaine sont tournées en équipe réduite, avec l’accord de l’AQTIS. »

« Nous avons été rassurés quant au respect des normes gouvernementales sur ce plateau », a confirmé Gilles Charland, de l’AQTIS, à La Presse.

Il convient toutefois de souligner que la lettre envoyée hier au premier ministre Legault pourrait rapidement changer la donne. En plus de l’AQTIS, cette lettre porte notamment la signature de l’Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec, de la Guilde canadienne des réalisateurs du Québec, de l’Alliance internationale des employés de scène, de théâtre et de cinéma des États-Unis, de ses territoires et du Canada, et de l’Union des artistes. 

Dotée d’un budget de 7 millions de dollars, la nouvelle adaptation cinématographique du roman de Louis Hémon met en vedette Sara Montpetit, Hélène Florent, Sébastien Ricard et Émile Schneider. L’échéancier n’étant pas compromis pour l’instant, la sortie du film est toujours prévue à Noël.

Les productions américaines tournées dans la région de Montréal sont aussi touchées. Les tournages de Misanthrope (thriller que le cinéaste argentin Damián Szifron – Wild Tales – tourne avec Shailene Woodley), de Single All the Way, production Netflix, et de la nouvelle mouture de Home Alone sont suspendus.

Hollywood à l’arrêt

Par ailleurs, les tournages de superproductions hollywoodiennes partout dans le monde sont pratiquement tous interrompus. Lundi, c’était au tour de The Matrix 4, dont le tournage a lieu actuellement en Allemagne, de subir une suspension temporaire. Rappelons que, 17 ans après The Matrix Revolutions, Lana Wachowski tourne un nouvel opus avec, toujours, Keanu Reeves, Carry Ann Moss et Jada Pinkett Smith.

PHOTO MIKE BLAKE, ARCHIVES REUTERS

Les tournages de superproductions hollywoodiennes partout dans le monde sont pratiquement tous interrompus.

Mardi, c’était au tour des suites d’Avatar, dont le tournage a lieu en Nouvelle-Zélande, de fermer boutique jusqu’à nouvel ordre. La gigantesque production de James Cameron, qui en assure aussi la réalisation, comporte quatre longs métrages, tournés simultanément. Elle occupe actuellement deux immenses studios, l’un près d’Auckland, l’autre à Wellington. En principe, Avatar 2 doit prendre l’affiche le 17 décembre 2021. Les sorties d’Avatar 3, Avatar 4 et Avatar 5 sont respectivement prévues en 2023, 2025 et 2027.

En Angleterre, le tournage de The Batman, de Matt Reeves (avec Robert Pattinson), s’est aussi arrêté, et celui de Fantastic Beasts and Where to Find Them, de David Yates (avec Eddie Redmayne), qui devait commencer lundi, a été remis à plus tard.

Jurassic World : Dominion, de Colin Trevorrow, dont le tournage a lieu à Hawaï, a aussi éteint ses projecteurs, à l’instar de tous les films produits par le studio Universal.

Chez Disney, les tournages de films en prises de vues réelles sont également en suspens, notamment ceux de The Little Mermaid, de Rob Marshall (avec Awkwafina), et Shang-Chi and the Legend of the Ten Rings, de Destin Daniel Cretton.

Netflix a par ailleurs mis à l’arrêt les tournages de toutes ses productions en Amérique du Nord pour au moins deux semaines.

Signalons enfin qu’en Australie, le tournage du film que Baz Luhrmann (Moulin rouge) consacre à Elvis Presley est interrompu depuis que Tom Hanks, l’une des vedettes du film, a révélé être atteint par la COVID-19. La bonne nouvelle réside dans le fait que l’acteur, ainsi que sa femme, Rita Wilson, aussi contaminée, est maintenant sorti de l’hôpital. Le couple semble bien récupérer.