Lola est une brillante conseillère d’une entreprise allemande qui aide des firmes à se restructurer. Sa patronne est aussi sa blonde, mais le film ne porte pas là-dessus.

Éric Clément Éric Clément
La Presse

Plutôt sur le fait que Lola cache qu’elle est la tutrice de Conny, sa grande sœur schizophrène, qui vient de faire une tentative de suicide. L’état de santé de sa sœur internée finit par miner Lola et par nuire à ses activités professionnelles, aussi intenses qu’épuisantes.

Superbement joué par Valerie Pachner, le rôle de Lola évoque la vie de fous (et de folles) de bien des cadres supérieurs. Mais ce quatrième film de Marie Kreutzer a surtout un ton moderne et rafraîchissant, alors que l’homosexualité de son héroïne n’est qu’un élément accessoire de ce récit aux accents hitchcockiens.

Au cinéma Alexandre-de-Sève de l’Université Concordia samedi, 19 h. 1 h 48, version originale allemande, sous-titrée en anglais.