Le 72e Festival de Cannes s’ouvre mardi prochain avec la projection du film de zombies The Dead Don’t Die de Jim Jarmusch. Les 11 jours suivants verront de nombreux grands noms du cinéma monter les marches du Palais des Festivals. Survol d’une édition qui promet d’être relevée.

Marc Cassivi Marc Cassivi
La Presse

Un festival d’« habitués »

PHOTO EMMANUEL DUNAN, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Les cinéastes belges Jean-Pierre et Luc Dardenne

Treize des vingt et un cinéastes à concourir pour la Palme d’or cette année n’en sont pas à leur première présence en compétition cannoise. Parmi ceux-ci, on retrouve bien sûr Xavier Dolan, mais aussi les palmés d’or Terrence Malick, Quentin Tarantino, Abdellatif Kechiche, Ken Loach et Luc et Jean-Pierre Dardenne. On y découvrira également les nouveaux films de Marco Bellocchio, Bong Joon-ho, Elia Suleiman, Kleber Mendonça Filho, Arnaud Desplechin et Pedro Almodóvar. D’autres « habitués » de la Croisette se retrouvent plutôt hors compétition (Nicolas Winding Refn, Gaspar Noé, Alain Cavalier, Werner Herzog) ou à la Quinzaine des réalisateurs (Bertrand Bonello, Takashi Miike, Rebecca Zlotowski).

En lice pour la Caméra d’or

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Monia Chokri

Avec son premier long métrage, La femme de mon frère, la Québécoise Monia Chokri concourra pour la Caméra d’or, remise au meilleur premier long métrage présenté au Festival de Cannes, toutes sections confondues. Deux cinéastes de l’actuelle compétition ont déjà été lauréats de ce prestigieux prix : Jim Jarmusch et Corneliu Porumboiu. Il y a 23 candidats à la Caméra d’or cette année, dont la Franco-Sénégalaise Mati Diop, dont le premier film est en compétition. La Caméra d’or sera remise par un jury présidé par le cinéaste franco-cambodgien Rithy Pahn (L’image manquante). Monia Chokri sera par ailleurs en lice pour les prix de la section Un certain regard, dont le jury est présidé par la Libanaise Nadine Labaki (Capharnaüm).

Des femmes en compétition

PHOTO ANDREW H. WALKER, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Mati Diop

Souvent critiqué pour la faible présence féminine au sein de sa compétition, le Festival de Cannes accueille cette année 4 réalisatrices… sur un total de 21 cinéastes. Outre Mati Diop, qui est la première femme noire sélectionnée en compétition et que l’on a vue dans 35 rhums de Claire Denis à titre de comédienne, ou retrouvera l’Autrichienne Jessica Hausner, une ancienne élève de Michael Haneke, ainsi que les Françaises Céline Sciamma (Bande de filles) et Justine Triet (La bataille de Solférino).

Un jury de cinéastes

PHOTO NIKLAS HALLE’N, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Alejandro Gonzalez Iñarritu

Davantage encore qu’à son habitude, le jury de la compétition est composé cette année de cinéastes. Sous la houlette du président Alejandro Gonzalez Iñarritu, on trouve pas moins de sept réalisateurs : Alice Rohrwacher (Lazzaro Felice), le bédéiste et cinéaste Enki Bilal (Immortal – Ad Vitam), Robin Campillo (120 battements par minute), Yorgos Lanthimos (The Favourite), Pawel Pawlikowski (Cold War), Kelly Reichardt (Meek’s Cutoff) et Maimouna N’Diaye (Kirikou et la sorcière). Seule l’actrice Elle Fanning, qui complète le jury, n’a pas réalisé de film.

Le gamin en or

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Image du documentaire Maradona d’Asif Kapadia

Après le pilote automobile Ayrton Senna et l’auteure-compositrice-interprète Amy Winehouse, le très talentueux documentariste britannique Asif Kapadia dit avoir complété une trilogie de films sur des personnages légendaires au talent précoce avec son nouveau long métrage consacré à l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du football (celui qui se joue avec le pied) : l’Argentin Diego Maradona. Les amateurs de soccer (j’en suis) seront ravis de découvrir l’histoire du Pibe de oro (le « gamin en or »), telle que racontée par Kapadia à partir de 500 heures d’images inédites, après le film décevant qu’avait consacré à Maradona Emir Kusturica en 2008.

Les films évènements

PHOTO DAVID APPLEBY, FOURNIE PAR PARAMOUNT

Taron Egerton incarne Elton John dans Rocketman.

La biographie filmée d’Elton John, Rocketman, réalisée par Dexter Fletcher, connaîtra son baptême cannois la semaine prochaine. Le biopic est d’autant plus attendu que Bohemian Rhapsody, sur la vie d’une autre icône gaie de la musique des années 70, Freddie Mercury, a fait un tabac aux guichets l’an dernier, malgré des critiques tièdes. Sylvester Stallone sera sur la Croisette, en fin de festival, pour présenter des images de Rambo V : Last Blood ainsi qu’une version restaurée de Rambo : First Blood du Canadien Ted Kotcheff (1982). Enfin, dans un registre plus cinéphile, Claude Lelouch revisitera lui aussi d’anciens personnages dans Plus belles années d’une vie, avec Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée, duo mythiques d’Un homme et une femme, Palme d’or en 1966.