Dans un message livré sur Facebook, Michel Nadeau, le coauteur de la pièce Kanata qui vient d'être annulée par son coauteur Robert Lepage, estime que la bonne volonté et l'ouverture du metteur en scène de Québec et de sa productrice française Ariane Mnouchkine n'était pas partagée par tous après la rencontre qui a eu lieu le 19 juillet dernier avec des membres des Premières nations.

Mis à jour le 30 juill. 2018
Mario Cloutier LA PRESSE

Même s'il dit comprendre « la colère légitime dont Kanata a fait les frais », Michel Nadeau regrette « qu'on n'ait pas vu en nous, et toute l'équipe, des alliés » de bonne foi. « Je trouve dommage qu'on ait fait de nous des " Blancs " », dit-il.

Après la présentation de Kanata à Paris, Ariane Mnouchkine promettait d'ouvrir les portes de son théâtre aux artistes autochtones, tout le comme le faisait Robert Lepage au Diamant à Québec.

Michel Nadeau dit espérer que quelque chose de positif sorte tout de même de cette mésaventure, puisque écrit-il en parlant des autochtones : « C'est vrai, tout leur a été volé, mais nous, les larmes, nous voulions les partager ».

PHOTO ARCHIVES LE SOLEIL

Michel Nadeau