L'été prochain, les Productions Porte Parole s'installeront au Théâtre Espace Go, à titre de compagnie en résidence.

Luc Boulanger LA PRESSE

«C'est une chance extraordinaire pour Porte Parole de se joindre à Go, un théâtre qui occupe une place importante dans la diffusion et la création de la dramaturgie d'avant-garde. Ce sont ces affinités communes qui pousseront nos productions plus loin et permettront à Porte Parole d'accomplir de nouveaux défis», affirme Annabel Soutar, directrice artistique de Porte Parole.

Porte Parole intégrera en juillet 2018 ses bureaux tout neufs de la rue Clark, à l'arrière du théâtre en rénovation l'automne prochain. La compagnie de Mme Soutar aura aussi accès à de nouveaux espaces de répétition et au futur laboratoire technologique voué à la recherche multimédia.

Fondée en 2000, Porte Parole crée et produit des pièces de théâtre documentaire qui traitent de sujets d'actualité. On pense à Seeds sur le conflit juridique opposant la multinationale Monsanto au fermier de la Saskatchewan Percy Schmeiser, à l'excellent J'aime Hydro de Christine Beaulieu et à Fredy. Trois spectacles qui seront par ailleurs présentés en tournée la saison prochaine.

Deux spectacles en hiver

Pour sa réouverture, en février 2018, Espace Go et sa compagnie associée, Ubu, produiront un texte de Stéphanie Jasmin, Les Marguerite(s). Cette pièce nous fera découvrir la femme de lettres Marguerite Porette, «une philosophe humaniste du XIVe siècle condamnée à mort par l'Inquisition pour avoir écrit Le miroir des âmes simples et anéanties», où elle aborde entre autres le paradoxe de la liberté et de la foi, alors considéré comme hérétique. 

Mme Jasmin assurera la mise en scène conjointement avec son éternel complice, Denis Marleau. Parmi la distribution, on retrouvera avec bonheur la danseuse Louise Lecavalier, ainsi que trois comédiennes exceptionnelles: Sophie Desmarais, Céline Bonnier et Évelyne Rompré. 

Finalement, dès le 24 avril, La vie utile, une création signée Evelyne de la Chenelière, réunira sur scène Christine Beaulieu, Sophie Cadieux, Evelyne de la Chenelière, Louis Negin et Théodore Pellerin, sous la direction de la talentueuse Marie Brassard.