Après 35 années sur l'avenue du Mont-Royal, le dernier Colisée du livre a fermé ses portes hier. Mais pas avant un ultime et émotif tour d'honneur, durant lequel tous les livres, CD, DVD et vinyles étaient donnés.

MARISSA GROGUHÉ LA PRESSE

Quelques heures avant de fermer pour de bon, le magasin donnait l'impression d'avoir été dévalisé. Certains comptoirs étaient complètement vidés de leurs précieux livres, qui s'entassaient, par dizaines parfois, dans les sacs des clients.

Le propriétaire a choisi de donner la centaine de milliers d'articles qui garnissaient les étagères de la librairie. Les bouquineurs ne se sont pas fait prier. Tout le week-end, ils sont venus par centaines pour parcourir les allées et ramasser autant de livres, CD, DVD ou vinyles qu'ils le voulaient.

Hier, de grands sourires aux lèvres, le propriétaire Sylvain Rocque et ses employés accueillaient leurs clients venus faire le plein de livres. Pas besoin de faire rouler la caisse, juste de profiter de ces derniers moments avec une clientèle qui a toujours été très fidèle, raconte M. Rocque.

C'est d'ailleurs pour cela qu'il a décidé d'organiser ce week-end de fermeture.

«On remet aux clients ce qu'ils nous ont donné toutes ces années. C'est pour dire: "Merci de m'avoir tant donné, maintenant, c'est moi qui vous donne".»

Tourner la page

Ce n'est pas parce que le commerce allait mal que Sylvain Rocque ferme boutique. Il dit ne jamais avoir «senti de ralentissement» dans le roulement de la librairie.

L'établissement de 7500 pieds carrés, sur trois étages, recevait hebdomadairement des centaines de livres, des surplus de maisons d'édition notamment, vendus en vrac, dans de grands bacs et sur quelques étagères.

Il approvisionnait plusieurs plus petites librairies. Des organismes communautaires y venaient pour garnir leurs bibliothèques. Et la clientèle était au rendez-vous, vu l'offre qui se renouvelait très souvent. Ce qui ne se vendait pas allait à la charité. Beaucoup de livres étaient envoyés en Haïti.

«J'ai décidé de tout liquider et de m'en aller vers la retraite, explique M. Rocque. Moi, je travaillais sept jours par semaine. La vie de famille, à un moment donné, il faut y penser.»

La librairie de l'avenue du Mont-Royal avait plusieurs boutiques soeurs - à Québec, à Saint-Jean-sur-Richelieu, à Sherbrooke et à plusieurs endroits à Montréal, notamment. Fondée en 1983 par un certain Roger Lévesque, elle était la dernière succursale qu'il restait. Avec sa fermeture, Sylvain Rocque tourne la page.

Il l'avait acquise en 1994 et possédait également les autres Colisée, qu'il a entrepris de tous fermer il y a quelques années. Il y a quatre ans, la gérante du Colisée du livre de Saint-Jean-sur-Richelieu a racheté la librairie. En 2015, celle de Québec cessait ses activités. Puis celle de Longueuil en 2016.

Un pénible adieu

Les au revoir ont été très émotifs pour certains, surtout lors de la dernière journée, hier.

«C'est dur. Il y a beaucoup de gens qui partent en larmes.»

Lui aussi, évidemment, trouve difficile de se départir de la dernière trace de l'institution. Plus difficile que ce à quoi il s'attendait, avoue-t-il.

Les habitués ont eu à dire au revoir à la devanture teintée d'orange caractéristique des Colisée du livre, au revoir aux livres d'occasion en tout genre dont les prix trouvaient peu de concurrence, mais aussi au revoir à la petite équipe de six vendeurs qui «connaissaient pas mal tout le monde».

«Il y avait toujours les mêmes visages, dit M. Rocque, qui affirme clore ce chapitre de sa vie heureux. La clientèle était devenue des amis. Elle a été bonne pour nous.»

Le Colisée du livre aura lui aussi été bon pour les lecteurs, jusqu'à la fin, comme en témoignaient hier les clients sortant de la boutique avec le sourire et des piles de livres dans les bras.

Photo Olivier Jean, La Presse

Sylvain Rocque, propriétaire du Colisée du livre