Le cinquième anniversaire de la Grande Bibliothèque a été salué lors d'une cérémonie en présence du premier ministre Jean Charest, jeudi soir à Montréal, mais en l'absence de celui qui avait défendu le projet avec vigueur, l'ancien premier ministre Lucien Bouchard.

Lia Lévesque LA PRESSE CANADIENNE

Plusieurs personnalités, dont d'anciens ministres de la Culture, ont assisté à cette cérémonie, parmi lesquelles Clément Richard, Louise Beaudoin, l'actuelle ministre Christine St-Pierre et le maire de Montréal Gérald Tremblay.

L'ancien premier ministre péquiste Lucien Bouchard, qui avait fait la promotion de cette idée de créer la Grande Bibliothèque contre vents et marées, en pleine période de lutte pour atteindre le «déficit zéro», était toutefois absent.

Le premier ministre Charest lui a d'ailleurs rendu hommage malgré son absence.

Le premier ministre a rappelé que lors de la création de la Grande Bibliothèque, même les projections optimistes faisaient état d'une clientèle potentielle de 1,5 million de visiteurs. Or, la Grande Bibliothèque en reçoit le double, soit 3 000 000 de visiteurs par an.

«On peut dire après cinq ans que la Grande Bibliothèque, c'est devenu le navire-amiral, en quelque sorte, de la culture au Québec. Non seulement c'est une institution qui offre beaucoup de services, mais c'est devenu un symbole très important pour les Québécois. Et c'est un grand, grand succès. Les Québécois se sont appropriés leur Grande Bibliothèque», a souligné M. Charest.

L'ancienne ministre Louise Beaudoin a rappelé qu'«en plein déficit zéro, ce n'était pas évident» de défendre un tel projet et surtout dans le milieu culturel.

Et l'ancienne grande patronne de la Grande Bibliothèque, Lise Bissonnette, a rappelé que «ce qu'on entendait autour de ce projet était plutôt négatif» à l'époque. Pourtant, le succès populaire de la Grande Bibliothèque a fini par confondre les sceptiques.

«Cette bibliothèque n'est pas comme les autres grandes bibliothèques, parce que nous les Québécois avons également cette mission sacrée de défendre notre langue et notre culture», a fait valoir le premier ministre Charest.

Depuis son inauguration, la Grande Bibliothèque a accueilli plus de 14 000 000 de visiteurs, à raison de 10 000 par jour, «ce qui la place parmi les bibliothèques les plus fréquentées au monde», a souligné le président-directeur général de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Guy Berthiaume.

Certains rêvent déjà de l'agrandir, mais le premier ministre a laissé entendre qu'il était un peu tôt pour l'envisager. «On va attendre les projets avant d'annoncer les agrandissements», a-t-il répondu aux journalistes, après son allocution.