Quelques suggestions de livres jeunesse pour petits, enfants et adolescents.

Marie Allard Marie Allard
La Presse

Pour les petits : au revoir, Kiki

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Petit Jim, Kiki et la camionnette, texte de Gilles Chouinard et illustrations de Caroline Hamel

Petit Jim vit à la campagne. Pour ses 6 ans, il reçoit un petit chien, Kiki. Petit Jim et Kiki sont inséparables.

Ils jouent ensemble, dorment ensemble, cueillent des framboises ensemble. Quand Kiki meurt écrasé par une voiture, la peine de Petit Jim — et du lecteur — est vive.

Tout en douceur, cet album aborde l’amour, le deuil et les rituels apaisants à hauteur d’enfant.

Petit Jim, Kiki et la camionnette. Texte de Gilles Chouinard et illustrations de Caroline Hamel. Éditions La Bagnole. Dès 4 ans.

Pour le primaire : chamboulements

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Mon cœur après la pluie, texte de Pierre Labrie, illustrations de Mika

C’est un jour de pluie, dans une classe de fin du primaire. Le narrateur de ce livre de poésie pour enfants (« des poèmes sans que ça soit trop quétaine/sans que ça rime facilement ») se rend compte qu’il trouve Isabelle très jolie.

Il ne veut pas que ça se sache, des plans pour faire rire de lui… Délicat et juste, ce roman en vers libres finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général dépeint un âge – entre-deux, ni enfant ni ado – furtif, mais important.

Mon cœur après la pluie. Texte de Pierre Labrie, illustrations de Mika. Soulières éditeur. Dès 10 ans.

Pour les ados : fuir l’épidémie

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Infectés, tome 1, de Marc-André Pilon

Camille, Zac et Dilkaram commencent leur cinquième secondaire. Sur YouTube, une vidéo montre un vieillard qui mord le cou d’un passant, à La Ronde, avant de lui transpercer le ventre et d’en extirper les intestins.

Ce n’est pas un trucage : un nouveau virus transforme de banals citoyens en zombies. Haletant, ce roman captive avec ses ados crédibles et leur cavale pour sauver leur peau.

Seule la dernière partie est particulièrement sanguinolente. Réussie, la chute laisse le lecteur sur sa faim — vite, on veut lire le deuxième tome ! —, le comble pour un récit aussi peu ragoûtant.

Infectés, tome 1. Marc-André Pilon. Éditions Hurtubise. Dès 13 ans.

Bande dessinée : j’ai réduit les enfants

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Guiby le superbébé, tome 1. Le mystère des gadelles, de SamPar

Guiby a trois ans et demi. Et il mène une double vie ! Le jour, il joue aux Lego. La nuit, quand ses parents dorment, il sort avec ses amis Gruffus (un gentil monstre de placard) et Ramirez (un rat).

Leur mission : retrouver le lapin d’une voisine. Quitte à s’aventurer dans un champ où il se passe de drôles de choses…

Efficace, cette bande dessinée du Québécois Samuel Parent, dit SamPar, plaira aux jeunes fervents d’action.

Guiby le superbébé, tome 1. Le mystère des gadelles. SamPar. Éditions Michel Quintin. Dès 8 ans.

Documentaire : le retour d’Auto-correct-art

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

J’apprends l’anglais, Auto-correct-art, Les éditions RDL

Bien des parents ont connu Auto-correct-art quand ils étaient enfants. Avec ce système d’apprentissage, l’enfant répond à des devinettes, associe des mots à des images ou complète des phrases.

Il se corrige ensuite, en comparant les formes géométriques créées au verso de ses réponses au modèle fourni.

J’apprends l’anglais, qui présente plus de 400 mots de base, est éducatif et ludique. L’enfant de 10 ans qui a testé le jeu a aimé relever les défis proposés.

J’apprends l’anglais. Auto-correct-art. Les éditions RDL. Dès 6 ans.