Difficile d’écrire sur Normal People sans avoir en tête les images de la série. Pour toujours, les visages de Marianne et de Connell porteront les traits des acteurs Daisy Edgar-Jones et Paul Mescal. Mais il ne faut pas oublier qu’à la base, il y a le roman de Sally Rooney qui a traduit avec brio l’état d’esprit, les angoisses, les hésitations et la passion du début de la vingtaine.

Nathalie Collard
Nathalie Collard La Presse

Les jeunes personnages au cœur de Normal People se rencontrent à la fin de l’adolescence et on les suivra dans les années qui suivent, alors qu’ils entrent dans la vie adulte. Ils ont cet âge où la personnalité se fixe doucement, où on expérimente les idées, la sexualité, l’amitié et l’amour. Ce passage si déterminant à l’âge adulte est assez universel, ce qui explique en partie que la série ait connu autant de succès : tout le monde ou presque s’y est un peu ou beaucoup reconnu. La relation de Marianne et Connell est passionnée et ces deux-là, malgré leurs choix de vie, sont inséparables.

Même si leur histoire est tout à fait moderne, il y a quelque chose de profondément romantique qui en fait un couple emblématique de son époque. Alors pourquoi lirait-on le roman si on connaît déjà l’histoire ? Pour retrouver les personnages qu’on a aimés, bien sûr, mais surtout pour apprécier l’écriture de Rooney, sa narration au présent, ses dialogues fins et intelligents et ses descriptions très précises qui rendent chaque scène si réelle. Cette auteure-là, on la suivra longtemps.

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

Normal People de Sally Rooney

Normal People
Sally Rooney, traduction de l’anglais (Irlande) par Stéphane Roques
Éditions de l’Olivier
320 pages
★★★½