Quelques suggestions de bandes dessinées à découvrir.

Stéphanie Morin Stéphanie Morin
La Presse

Jean Siag Jean Siag
La Presse

Wild West, Tome 1. Calamity Jane : dans la fange de l’Ouest

Proxénètes, chasseurs de prime et assassins de tout acabit… La conquête de l’Ouest n’a pas été faite par des enfants de chœur et c’est dans ce monde hostile que Martha Cannary, 16 ans, tente de survivre. Seulement, le sort semble s’acharner sur la jeune orpheline, réduite à vendre son corps, lorsque se présente à Omaha un chasseur de primes du nom de James Butler Hickok. Ce dernier lui fera comprendre qu’en Amérique, la liberté est accessible à tous ceux qui ont assez de volonté pour l’exiger.

IMAGE TIRÉE DE LA BANDE DESSINÉE WILD WEST

Extrait de Wild West, Tome 1. Calamity Jane, de Thierry Gloris et Jacques Lamontagne

Le tome 1 de ce western très convaincant, qui raconte les origines de Calamity Jane, est l’œuvre du dessinateur québécois Jacques Lamontagne et du scénariste français Thierry Gloris. Le premier a su rendre avec justesse toute la violence de l’époque. Le sang, la crasse, la sueur, tout y est dépeint sans compromis. Le scénario du second est porté par un souffle glaçant comme le vent du désert. À Omaha, les bons ne sont pas forcément ceux que l’on croit… 

Calamity Jane est un personnage plus grand que nature. Une légende de l’Ouest. En imaginant ses origines et en en faisant une féministe avant le temps, les deux bédéistes lui rendent un hommage fort réussi. On a hâte de lire la suite…

IMAGE FOURNIE PAR ÉDITIONS DUPUIS

Wild West, Tome 1. Calamity Jane, de Thierry Gloris et Jacques Lamontagne,

★★★★

Wild West, Tome 1. Calamity Jane. Thierry Gloris et Jacques Lamontagne. Dupuis. 56 pages.

Bluesman : le blues de vous, mon amour disparu

IMAGE FOURNIE PAR ÉDITIONS SARBACANE

Bluesman, de Raúl Ariño, Sarbacane

Barry Brown est un père de famille dévoué, qui mène une vie tranquille dans une banlieue de Chicago avec femme et enfants. Mais ce col bleu, chauffeur de bus de son état, changera de mine le jour où sa petite fille dessinera « le tueur du blues ». Le guitariste Larry Jackson, qui s’est volatilisé il y a 10 ans, est le suspect principal du meurtre passionnel de sa femme et de son amant. C’est LE sujet de conversation du quartier parce qu’on vient de repêcher leurs corps dans le fond du lac Michigan. Mais qu’est devenu le tueur de blues ? Est-il toujours en vie ? Où s’est-il caché ? A-t-il refait sa vie ? Le bédéiste espagnol Raúl Ariño nous entraîne dans un drame psychologique bercé par le blues, qui charrie plaintes et souffrances (comme il se doit). Le dessin aux impressions d’aquarelle est brillamment exécuté, avec la tête du personnage principal qui disparaît à mesure qu’il plonge dans son passé. Magnifique album avec une réelle ambiance délétère. 

IMAGE FOURNIE PAR ÉDITIONS SARBACANE

Bluesman, de Raúl Ariño, Sarbacane

★★★★

Bluesman. Raúl Ariño. Sarbacane. 69 pages.

Extases, Tome 2. Les montagnes russes : journal intime

IMAGE FOURNIE PAR ÉDITIONS CASTERMAN

Extases, Tome 2. Les montagnes russes, de Jean-Louis Tripp

Après avoir témoigné de ses premiers émois sexuels dans le premier tome d’Extases, Jean-Louis Tripp revient avec un tome 2 où sa vision de la sexualité hors des sentiers balisés se déploie plus avant. Le bédéiste français, installé à Montréal, y relate ses années de célibat à l’ère pré-Tinder, ses baises d’un soir, ses relations qui s’étiolent quand l’ennui s’invite au lit et, surtout, son désir de s’émanciper de tous les tabous qui entravent le plaisir. Plus qu’une bédé érotique, Extases est en fait un témoignage d’un homme qui décide de tout dévoiler de son rapport au corps et à la sexualité. Est-ce courageux ? Peut-être. Est-ce intéressant ? Pas certain.

En effet, il plane sur cet album un parfum d’autojustification qui finit par agacer. Coupes de cerveau, métaphores peu subtiles sur les pulsions humaines, dessins qui semblent tirés d’un manuel de biologie… rien ne nous est épargné pour nous faire comprendre que l’humain est un être sexué qui doit s’épanouir. Personne ne tombera en bas de sa chaise ici. Cet album très graphique (lire rempli de sexes dressés, de seins dénudés et de bouches gourmandes) a au moins l’avantage de nous rappeler l’époque d’avant le confinement, où la proximité des corps évoquait autre chose que le danger…

IMAGE FOURNIE PAR ÉDITIONS CASTERMAN

Extases, Tome 2. Les montagnes russes, de Jean-Louis Tripp

★★★

Extases, Tome 2. Les montagnes russes. Jean-Louis Tripp. Casterman. 368 pages.

SuperGroom, Tome 1. Justicier malgré lui : SuperGroom à la rescousse de Spirou

IMAGE FOURNIE PAR ÉDITIONS DUPUIS

SuperGroom, Tome 1. Justicier malgré lui, de Vehlmann et Yoann

L’étoile de Spirou pâlit peu à peu, éclipsée par l’omnipotence des superhéros. D’ailleurs, y a-t-il encore des jeunes aujourd’hui qui savent qui est Spirou ? Ou même ce qu’est un groom ? Tout ça pour vous dire que notre ami a le cafard, se rend compte que ses belles années sont derrière lui, et s’apprête à se consacrer à son… potager (signe des temps !). Mais avant de tirer sa révérence, il revêt le costume de superhéros (SuperGroom), juste pour voir s’il aura du succès. Une belle idée, qui meurt dans l’œuf avant d’être récupérée par une jeune usurpatrice, qui vole son identité. C’est le début d’une nouvelle aventure, pleine d’humour et d’autodérision, dessinée avec audace et liberté par Yoann, qui avait jadis repris des albums de Spirou et Fantasio. Un spin off ludique où l’éternel Spirou sortira de sa brève retraite à la faveur d’une pétition pour faire face à de nouveaux défis. 

IMAGE FOURNIE PAR ÉDITIONS DUPUIS

SuperGroom, Tome 1. Justicier malgré lui, de Vehlmann et Yoann

★★★½

SuperGroom, Tome 1. Justicier malgré lui. Vehlmann et Yoann. Dupuis. 86 pages.