Depuis la parution de son livre Orléans, dans lequel Yann Moix affirme avoir subi des violences de la part de son père, la famille de l’écrivain et polémiste ne cesse de s’entredéchirer.

La Presse

D’abord son père, José Moix, a nié les faits plusieurs fois publiquement. Dimanche, c’était au tour de son frère Alexandre, lui aussi écrivain, de publier une lettre dans Le Parisien, intitulée « Mon frère, ce bourreau ».

> Lire la lettre d’Alexandre Moix dans Le Parisien : http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/mon-frere-ce-bourreau-la-lettre-d-alexandre-a-son-frere-yann-moix-24-08-2019-8138721.php

Alexandre affirme que c’est plutôt Yann, son aîné de quatre ans, qui lui a fait subir des sévices pendant toute son enfance — dont une tentative de défenestration.

Hier, coup de théâtre, encore par médias interposés : à la suite d’un texte de L’Express révélant que Yann Moix a publié des dessins antisémites à la fin des années 80, ce dernier répond en accusant son frère de l’avoir dénoncé.

> Lire l’article de L’Express : https://www.lexpress.fr/culture/quand-yann-moix-publiait-dans-un-journal-antisemite_2095721.html

« Il a toujours tout raté, a toujours souhaité être moi », écrit-il, ajoutant plus loin : « Aujourd’hui, il tente même de me voler mes raclées ! Il n’a jamais réussi à trouver sa voie. Ce qui le rend aigri et méchant. Avec ces dessins qui sortent aujourd’hui, il tire son ultime cartouche. »

Prochain épisode aujourd’hui. — Josée Lapointe