Mike Ward est un humoriste de grand talent. Il a une livraison comique hors du commun. Il repousse les limites de son art et il est à son sommet dans le mauvais goût. Mais là où il excelle davantage, où il transcende son rôle d’humoriste, c’est dans l’art de jouer à la victime. « J’ai eu une couple d’années vraiment rough ! » a-t-il déclaré, penaud, en acceptant dimanche soir l’Olivier du spectacle de l’année.

Marc Cassivi Marc Cassivi
La Presse

Le 21e Gala Les Olivier fut le sacre de Mike Ward. Le milieu de l’humour québécois a porté aux nues son plus récent spectacle, Noir. Ward a remporté quatre prix dans les catégories de pointe, dont celui de l’Olivier de l’année, déterminé par vote populaire.

L’humoriste, reconnu pour son franc-parler, n’a pas raté l’occasion de commenter la récente décision de la Cour d’appel dans le litige qui l’oppose à la Commission des droits de la personne dans l’affaire Jérémy Gabriel. Et qui a confirmé le jugement de première instance, le condamnant à payer 35 000 $ à Gabriel. Tout ça pour avoir exercé son « droit inaliénable » de se moquer d’un enfant handicapé…

Ward est allé cueillir son premier prix de la soirée, celui de l’auteur de l’année, en remerciant ceux qui lui ont envoyé des messages de soutien cette semaine. « Je vous trouve tellement naïfs, a-t-il déclaré. Voyons, crisse ! C’est clair que c’est juste un stunt pour gagner l’Olivier de l’année. Voir que ça pourrait arriver dans un pays libre qu’un humoriste pourrait se faire amener en cour à cause d’une joke qu’il a écrit il y a dix ans ! Voyons, tabarnak ! On n’est pas en Chine. On n’est pas en Arabie saoudite. Tu penses-tu que notre premier ministre laisserait passer ça ? »

Dans mon salon, je me suis demandé : « Mais pour qui se prend-il, celui-là ? » L’Arabie saoudite ? Où, en avril dernier, les autorités ont procédé à l’exécution de 37 hommes, la plupart condamnés à l’issue de procès iniques (15 d’entre eux ont déclaré avoir « avoué » leur crime sous la torture) ? La Chine ? Où des centaines de milliers de membres de groupes ethniques, à majorité des musulmans, sont détenus dans des camps d’internement pour leurs croyances religieuses ?

Mais que dire du pôôôôvre Mike Ward ?

Pour mémoire, dans son spectacle Mike Ward s’eXpose, l’humoriste s’est moqué — pendant trois ans et quelque 230 représentations — du handicap de Jérémy Gabriel, né prématurément et atteint du syndrome de Treacher Collins, à l’origine de ses malformations et d’une surdité grave.

Gabriel a été opéré pas moins de 23 fois sous anesthésie générale depuis sa naissance, en raison de son handicap. Mais contrairement à ce qu’a laissé entendre Ward dans son spectacle (« Il n’est pas tuable ! »), le « petit Jérémy » n’était pas atteint d’une maladie mortelle. Après les blagues de Ward, reprises sur DVD et en capsule web, Gabriel, qui faisait son entrée au secondaire, a été la cible de toutes les railleries. « T’es lette ! », lui a-t-on répété, comme le faisait Ward. Et certains lui ont même souhaité la mort. LOL.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Le 21e Gala Les Olivier fut le sacre de Mike Ward.

Dans cette histoire, évidemment, la victime est facile à identifier : c’est Mike Ward. En allant chercher son Olivier pour l’émission balado Sous écoute, il a avoué qu’il n’avait pas fait d’argent avec sa balado jusqu’à cette année. « Je viens de m’acheter une Tesla », a-t-il cependant précisé. Une voiture électrique. Le pauvre.

En prévision du gala, j’ai lu dimanche la décision de la Cour d’appel dans l’affaire Ward-Gabriel. « M. Ward peut-il, sous le couvert de l’humour et de la liberté d’expression, tenir n’importe quel propos ? Non. L’humoriste, comme tous les citoyens du Québec, doit respecter la Charte et ses valeurs fondamentales. Faut-il en conclure que l’on ne peut plus tenir des propos humoristiques à propos de personnes handicapées ou de M. Jérémy Gabriel (M. Gabriel) en particulier ? Non plus », conclut la Cour d’appel.

Le plus haut tribunal du Québec rappelle que « tout est affaire de circonstances » et ajoute : « Peut-être qu’à une certaine époque on a pu tolérer certains propos discriminatoires et dénigrants […]. Celle où l’on exploitait le handicap de certaines personnes pour divertir la population est révolue. »

Je ne suis pas convaincu que Mike Ward a reçu le mémo. De toute évidence, il s’estime au-dessus de la loi. À la lumière de toutes ses interventions publiques, il semble s’imaginer que sa liberté l’expression est sans bornes.

Ward oublie commodément depuis le début de cette affaire un principe fondamental : la liberté d’expression n’est pas un droit absolu. 

Elle peut être limitée par d’autres droits, dont celui à la dignité. Ward aime tester les limites de son humour. Or, pour tester les limites, il faut qu’il y ait, justement, des limites.

« Loin de nous l’intention de restreindre la créativité ou censurer l’opinion des artistes, rappellent les juges majoritaires de la Cour d’appel. Les humoristes doivent cependant réaliser que la liberté artistique n’est pas absolue et qu’ils sont, comme tout citoyen, responsables des conséquences de leurs paroles lorsqu’ils franchissent certaines limites. »

Plusieurs juristes sont d’avis que la Commission des droits de la personne n’était pas au départ l’organisme le mieux choisi pour faire valoir les droits de Jérémy Gabriel. Fallait-il porter cette affaire devant un tribunal judiciaire dans une poursuite en diffamation plutôt que devant un tribunal administratif pour des motifs de discrimination ? C’est possible. Mais ce n’est pas ce qui a été fait.

Dans l’absolu, à la lumière des décisions rendues en première instance et en appel, le risque éventuel pour la liberté d’expression des artistes existe. Un précédent a été créé. Des limites à la liberté artistique ont été établies. Y en aura-t-il d’autres, plus restrictives ? Pourront-elles être assimilables à de la censure ? On pourra en juger à l’aune des décisions subséquentes, en espérant que l’on évite les dérapages. Les décisions des tribunaux, malgré la jurisprudence, restent du cas par cas.

Dans ce cas-ci, les limites imposées à Mike Ward par le Tribunal des droits de la personne et par la Cour d’appel du Québec semblent raisonnables.

Elles ne sont pas tant des limites à la liberté d’expression en général, ni même à celle des artistes, mais des limites à la liberté de discriminer un enfant sur la base de son handicap.

Parce qu’il y a (toujours bien) des limites, comme dirait ma mère…

On ne pourra pas dire que Mike Ward ne l’a pas cherché. « C’est sûr que ça se retrouve en cour, cette affaire-là ! » dit-il d’ailleurs d’entrée de jeu, sur scène, pendant l’enregistrement du DVD de son spectacle litigieux (qui, de son propre aveu, servira « à payer ses avocats »). « Je me dis : jusqu’où je peux aller avec ce gag-là ? À un moment donné, je vais aller trop loin », dit-il encore, 10 minutes avant la fin de Mike Ward s’eXpose.

Tous avec Ward

On rendait officiellement hommage à Jean Lapointe pour son implication sociale dimanche, mais c’est Mike Ward qui a été l’objet de toutes les attentions et déférences. Dès le premier prix remis (comédie télé de l’année) à Roast Battle — où Mike Ward a été juge —, il a été question de liberté d’expression.

Dans leur numéro d’ouverture, par ailleurs très réussi, les animateurs Pierre Hébert et Philippe Laprise ont aussi fait allusion à l’humoriste de l’heure. Laprise a laissé entendre que dans son spectacle Noir, Ward faisait du blackface. « Ç’a pas rapport ce que tu dis ! » a fait valoir Pierre Hébert. « Je pensais que c’était de même qu’on critiquait Mike, moi, lui a répondu Philippe Laprise. Tsé, tu vas pas voir son spectacle, après ça tu le cites hors contexte et tu le blastes sur internet. » Je me suis demandé, en l’écoutant, si Philippe Laprise avait lu la décision de la Cour d’appel avant d’écrire sa blague…

Au moment de présenter le dernier prix de la soirée, l’Olivier de l’année, Anthony Kavanagh a déclaré, sur un ton solennel qui appelait la claque, que « la seule obligation, c’est d’être drôle. La seule obligation, c’est de protéger notre liberté d’expression ». « Faire son comique, c’est toujours risqué », a-t-il ajouté, chaudement applaudi, avant de présenter le prix du public à nul autre que Mike Ward.

Acclamé par le public du studio 42 de Radio-Canada avec une ovation, devant un auditoire de plusieurs centaines de milliers de téléspectateurs, le « juge » Ward autoproclamé a à son tour décrété : « En humour, je pense qu’on a le droit de rire de tout. La seule chose qui devrait compter, c’est le contexte et l’intention. »

« Est-ce que c’était dans le but de faire rire ou dans le but de blesser ? Si c’était dans le but de faire rire, sur un stage, on ne devrait même plus en parler. C’est pour ça que je continue à me battre. C’est pour ça que je veux aller en Cour suprême. Ç’a rien à voir avec la joke que j’ai faite », a-t-il dit en se défendant de s’acharner sur Jérémy Gabriel… en accusant plutôt les médias de s’acharner sur lui. La voix tremblante, il a dit qu’on avait « parlé de sa joke » 80 fois dans La Presse. Voici la 81e. Ça ne risque pas d’être la dernière.

Est-ce que souhaiter — même au second degré — la mort d’un enfant handicapé et se moquer de son physique à répétition est une limite raisonnable à la liberté d’expression à ne pas dépasser ?

Tous les tribunaux à qui la question a été posée depuis trois ans estiment que oui. Mais qu’est-ce que la dignité d’un enfant handicapé devant la prérogative d’un humoriste de définir lui-même ce que devrait être le droit québécois et canadien ?

Pendant que Mike Ward revenait sur scène pour le « premier rappel de l’histoire des Olivier » (dixit Pierre Hébert), acclamé tel un héros de guerre de retour d’une campagne au Moyen-Orient, j’ai essuyé une larme. Ce gars-là, dans son numéro d’enfant martyr, est drôle à pleurer.