Le 21e gala Les Olivier aura été le triomphe de Mike Ward. Le roi de l’humour noir au Québec a raflé les statuettes de l’Olivier de l’année, du meilleur spectacle de l’année et de l’auteur de l’année pour son bien nommé Noir, en plus d’être récompensé pour son balado Mike Ward sous écoute.

Ugo Giguère
La Presse canadienne

Sa consécration lui a même valu une ovation et un « rappel » à la suite de ses remerciements. L’artiste qui se trouve au cœur d’une bataille juridique autour de la liberté d’expression a réitéré que l’« on a le droit de rire de tout » tant que l’on tient compte du contexte et de l’intention.

« Est-ce que c’est dans le but de faire rire ou dans l’intention de blesser ? C’est pour ça que je continue à me battre et que je veux aller en Cour suprême », a-t-il insisté.

Mike Ward a également souligné l’ironie de la situation, où les médias ont répété abondamment la blague litigieuse portant sur le jeune Jérémy Gabriel, alors que c’est l’humoriste qui est accusé de s’être acharné.

De l’avis de Mike Ward, les comédiens qui font du « stand-up » sont les canaris dans la mine de la liberté d’expression. « Quand un humoriste commence à avoir de la misère, c’est qu’on va tous avoir de la misère », a-t-il conclu.

En début de soirée, le grand lauréat a semblé faire preuve de dons prémonitoires au moment de récupérer son Olivier de l’auteur de l’année.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Mike Ward a aussi raflé l’Olivier de l’auteur de l’année pour son spectacle Noir.

Il a fait référence à sa bataille judiciaire en déclarant : « C’est clair que c’est juste un “stunt” pour gagner l’Olivier de l’année. Voir que ça pourrait arriver dans un pays libre ! Que dans un pays libre, un humoriste pourrait se faire emmener en cour à cause d’une joke qu’il a écrite y a dix ans. On n’est pas en Chine, on n’est pas en Arabie saoudite ».

Le gala a démarré tout en action avec un face-à-face digne des grands films de cascades hollywoodiennes, où les animateurs Pierre Hébert et Philippe Laprise se sont affrontés pour la garde exclusive de leur trophée des prix Gémeaux.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Philippe Laprise et Pierre Hébert

Le duo très complice avait été récompensé pour son animation du gala de l’an dernier. Ils ont donc été invités à récidiver pour la cérémonie diffusée par Radio-Canada et coproduite par l’Association des professionnels de l’industrie de l’humour (APIH).

Parmi les autres prix convoités, celui de la « découverte de l’année » a été remis à Sam Breton. Il a profité de l’occasion pour remercier et féliciter les autres nommés Philippe-Audrey Larrue St-Jacques, Christine Morency, Guillaume Pineault et Arnaud Soly.

Les 32 ans de carrière de Lise Dion n’ont absolument rien perdu en chemin de l’amour du public. Son spectacle Chu Rendue Là lui a valu le prix du « meilleur vendeur » devant les P-A Méthot, Mariana Mazza, François Bellefeuille et Louis-José Houde.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Chu Rendue Là lui a valu à Lise Dion le prix du « meilleur vendeur ».

Deux prix pour Mehdi Bousaidan

En prélude au grand gala, huit prix ont été remis hors des ondes, lors d’un cocktail réservé à l’industrie de l’humour.

On y a rendu hommage à Jean Lapointe, membre du célèbre duo Les Jérolas, mais aussi acteur, chanteur, sénateur et bienfaiteur a aidé des milliers de personnes aux prises avec des dépendances grâce à la fondation qui porte son nom.

L’APIH lui a décerné le prix Olivier « Merci pour tout » qui récompense l’implication sociale ou humanitaire.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Mehdi Bousaidan

« C’est très émouvant, parce que ça fait quand même 37 ans depuis l’ouverture de la Maison Jean Lapointe », a-t-il confié en entrevue avec La Presse canadienne sur le tapis rouge du gala.

Il s’est rappelé un hommage que lui avait fait son idole, Félix Leclerc, en 1980. « Il m’avait écrit un portrait et il me l’avait lu. Il disait : “Longtemps après son départ, Jean Lapointe aura laissé des bouées”. C’était très émouvant. »

L’équipe de Mehdi Bousaidan a aussi pu commencer à célébrer un peu à l’avance, alors que l’équipe de son spectacle « Demain » a mérité les prix de la meilleure mise en scène ainsi que de la meilleure conception visuelle.

Tous les Olivier remis lors du gala :

Olivier de l’année : Mike Ward

Spectacle d’humour de l’année : Noir — Mike Ward

Auteur de l’année/Spectacle d’humour : Mike Ward — Noir 

Podcast humoristique de l’année : Mike Ward sous écoute — Mike Ward

Spectacle d’humour/Meilleur vendeur de l’année : Chu rendue là — Lise Dion

Découverte de l’année : Sam Breton

Numéro d’humour de l’année : Ex-vétérinaire (Le cheval) — François Bellefeuille

Capsule ou sketch radio humoristique de l’année : Le billet de Catherine Éthier — Catherine Éthier

Capsule ou sketch Web humoristique de l’année : L’accident de Julien — Julien Lacroix

Comédie télé de l’année : Roast Battle Le Grand Duel — ComediHa !

Série télé humoristique de l’année : Lâcher prise – Saison 3 — Encore Télévision

Série Web humoristique de l’année : Mouvement deluxe — SPORT

Les Olivier remis au gala hors d’ondes :

Metteur en scène de l’année : Mehdi Bousaidan, Gabriel Poirier-Galarneau (« Demain » — Mehdi Bousaidan)

Concepteur visuel de l’année : Gabriel Poirier-Galarneau, François Lévesque, Mehdi Bousaidan (Demain — Mehdi Bousaidan)

Texte de l’année, série télé ou web humoristique : « Mouvement deluxe » Mathieu Handfield, Simon Lacroix, Gabriel D’Almeida Freitas, Patrick Evans, Patrick Dupuis, Guillaume Lambert, Guillaume Tremblay

Texte de l’année, capsule ou sketch télé/web humoristique : « Caresse Dubois – Appropriation culturelle » (Like-Moi !) Marc Brunet

Maison de gérance de l’année : Groupe Entourage

Diffuseur de spectacles de l’année : Salle Odyssée

Producteur de spectacles de l’année : Groupe Phaneuf