« Peu importe qui gagne ou qui perd, je suis très content de l’effet que le débat a sur la société. C’est une réflexion collective sur les limites de l’humour. »

Véronique Lauzon Véronique Lauzon
La Presse

Luc Boulanger Luc Boulanger
La Presse

Au lendemain de la décision de la Cour d’appel, qui a conclu que Mike Ward avait « franchi la limite permise » avec son humour, Jérémy Gabriel se dit fier d’avoir défendu son droit à l’égalité.

En entrevue avec La Presse, le jeune homme de 22 ans va jusqu’à saluer la volonté de Mike Ward de porter l’affaire devant la Cour suprême : « Ça va augmenter la profondeur du débat et ça va aiguiser la perception des gens par rapport à des enjeux qui peuvent être très ambigus », estime-t-il.

Dans le débat qui oppose Mike Ward et Jérémy Gabriel, les deux parties s’entendent au moins sur un point : elles espèrent que la cause sera entendue par la Cour suprême du Canada.

Dans un pays “libre”, un juge ne devrait pas dicter ce qui est faisable ou non en humour.

Mike Ward sur Instagram

L’humoriste a été condamné par le Tribunal des droits de la personne à verser 35 000 $ à Jérémy Gabriel, décision qui a été confirmée jeudi par deux des trois juges du plus haut tribunal de la province.

Une blague en Cour suprême ?

Pour l’instant, le Canada anglais ne s’est pas beaucoup intéressé à « l’affaire Jérémy Gabriel ».

Stéphanie Fournier, avocate de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ), qui représente le chanteur croit que le débat pourrait devenir « pancanadien » si la Cour suprême acceptait d’entendre la cause.

« Ce que cette cause met en lumière est l’importance d’avoir des balises et de les connaître. C’est important de reconnaître les droits fondamentaux, mais aussi [le fait] qu’ils ne sont pas absolus et qu’il existe donc des limites », explique l’avocate à la CDPDJ.

En Cour d’appel, l’Association des professionnels de l’industrie de l’humour (APIH) a dit s’inquiéter de l’effet de frilosité et d’autocensure qu’une décision comme celle-là risquait d’entraîner, a expliqué à La Presse l’avocat qui la représente, Walid Hijazi.

Il y a selon lui de « très bonnes chances » que la Cour suprême accepte d’entendre la cause puisqu’elle a une portée nationale, qu’elle est d’intérêt public et qu’il s’agit d’un « débat qui mérite des éclaircissements ».

Jamais une blague n’est allée aussi loin dans les annales judiciaires. Jamais une blague ne se sera rendue en Cour suprême du Canada.

Walid Hijazi, avocat de l’Association des professionnels de l’industrie de l’humour

Liberté d’expression

Le rédacteur en chef de la revue Argument, Patrick Moreau, qui s’intéresse depuis longtemps à la liberté d’expression, est bien conscient que personne « n’a le droit de tout dire », même pas les humoristes comme Mike Ward. Mais il trouve dangereux qu’un tel motif de discrimination se soit retrouvé devant les tribunaux.

« On ouvre la porte à ce que n’importe quelle personne qui se sentirait discriminée par une parole puisse amener cette affaire devant le tribunal. C’est une véritable boîte de Pandore ! Si je tiens des propos sur l’obésité, est-ce que ça ne risque pas de choquer quelqu’un qui va prétendre que je discrimine les gens qui font de l’embonpoint ? », se demande Patrick Moreau.

Cela risque d’amener les artistes à s’autocensurer, craint le rédacteur en chef.

Or, aux yeux de Jérémy Gabriel, chaque liberté vient avec une responsabilité. « On a la liberté de conduire, mais il faut le faire de la bonne façon. Si on rentre dans quelqu’un, on paye les conséquences. »

« J’entends ce que les humoristes disent, précise quant à elle l’avocate Stéphanie Fournier. On est conscients de leurs soucis à propos de la liberté d’expression. Je pense que c’est important de dire que, dans ce cas-ci, nous parlons de propos discriminatoires, qui visent à dénigrer, humilier ou mépriser une personne sur la base d’une caractéristique personnelle qui est protégée par la Charte des droits et libertés. »

Tant Jérémy Gabriel que Stéphanie Fournier estiment que la décision du plus haut tribunal de la province témoigne de l’évolution de la société. « La Cour d’appel vient de nous dire que l’époque où on exploitait le handicap de certaines personnes pour divertir la population est révolue », conclut l’avocate de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

Le litige en cinq dates

2010-2013

Mike Ward présente son spectacle S’eXpose 230 fois de 2010 à 2013. Il affirme dans un numéro que « le petit Jérémy » était « laid » et qu’il était supposément mourant, mais qu’il n’était pas « tuable ». Il blague aussi sur la malformation physique du chanteur atteint du syndrome de Treacher-Collins, qui doit porter un implant auditif.

22 septembre 2015

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec prend fait et cause pour Jérémy Gabriel et sa famille contre Mike Ward. « Jérémy Gabriel a été profondément blessé, vexé et humilié. […] Il a été victime de railleries à l’école après la diffusion des sketches et capsules du défendeur sur Internet », écrit la commission dans son mémoire.

20 juillet 2016

Le Tribunal des droits de la personne condamne Mike Ward à verser 35 000 $ à Jérémy Gabriel et 7000 $ à sa mère en dommages punitifs et moraux. L’humoriste et son avocat, Me Julius Grey, décident de porter la cause en appel.

16 janvier 2019

L’avocat de l’humoriste plaide devant les juges de la Cour d’appel que « les blagues sur Jérémy Gabriel n’étaient pas discriminatoires, mais plutôt offensantes ; or, les propos offensants doivent être protégés dans une société libre et démocratique ».

28 novembre 2019

La Cour d’appel du Québec tranche : « Mike Ward a outrepassé les limites de la liberté d’expression en tenant des propos discriminatoires » à l’égard de Jérémy Gabriel pendant son spectacle. L’humoriste portera la cause en Cour suprême.