La salle Wilfrid-Pelletier a été le théâtre d’une soirée d’humour des plus réussies hier. C’était au tour d’Adib Alkhalidey et de Julien Lacroix d’avoir carte blanche et de présenter leur propre gala Juste pour rire, sous le signe de la relève. Retour sur la soirée en cinq temps.

Marissa Groguhé Marissa Groguhé
La Presse

Un splendide duo 

La salle était pleine, tous les billets étaient vendus. Le public, lui, était prêt à se bidonner. Et il a été servi. S’ils « viennent en paire » depuis un moment, c’est que Julien et Adib créent quelque chose d’unique (et d’un soupçon déjanté) lorsqu’ils unissent leurs forces. Quand on leur confie un gala d’humour, ça donne quelque chose d’inventif et d’unique. Hier, dans leur veston des grandes occasions, ils se sont lancés dans un dialogue qui a fait démarrer la soirée sous les éclats de rire. On a adoré la forte personnalité du personnage comique de Lacroix, qui a joué le xénophobe indigné, puis le maladroit défenseur du droit à l’avortement. Alkhalidey, la voix (exaspérée) de la raison, tentant de contrôler la situation, a donné la réplique à la perfection.

Place à la relève

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Yannick De Martino et Louis Morissette

Cette édition des Cartes blanches Juste pour rire a donné presque toute la place à la relève pour l’animation des galas. Un vent de fraîcheur a soufflé sur la salle Wilfrid-Pelletier lorsque se sont succédé sur scène Yannick De Martino, Jason Brokerss, Martin Perizzolo, Maude Landry, Mehdi Bousaidan et Didier Lambert. Leur humour est actuel, engagé, livré avec beaucoup d’efficacité. Mais la génération précédente y était aussi. Louis-José Houde a de nouveau débarqué inopinément (il avait créé la même surprise jeudi, durant le gala d’Anne-Élisabeth Bossé) et a de nouveau été… parfait. Quant à Louis Morissette, il s’est habilement fondu dans la proposition humoristique de la soirée lors d’un numéro en tandem avec Yannick De Martino.

Des intermèdes parfaits

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Adib Alkhalidey et Julien Lacroix

Le public apprécie aussi le duo d’animateurs pour ses projets vidéo, qu’il présente sur le web depuis quelques années. Les deux humoristes ont judicieusement choisi de diffuser deux interludes sous forme de mini-métrages. Une belle idée, fidèle à leur style. Un premier extrait a présenté un souper de famille chez « les Lacroix », durant lequel Julien présentait sa nouvelle blonde à ses parents. Les faux géniteurs de Julien sont aussi timbrés et révoltants que lui, la dynamique était hilarante. Plus tard en soirée, une deuxième capsule vidéo : un autre sketch se prépare, sous la même thématique de souper de famille, mais Adib est insatisfait des acteurs (un Haïtien, un Coréen et une Québécoise) engagés pour jouer son frère, sa sœur et sa mère. Encore une fois, c’était délicieusement drôle.

Formidable Maude Landry

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Maude Landry

La Révélation de l’année du dernier gala Les Olivier, Maude Landry, n’est pas dans le paysage humoristique depuis très longtemps. Seule femme invitée hier (on repassera pour la parité), elle a offert l’un des meilleurs numéros de la soirée. Son ton franc est infaillible, ses anecdotes ont fait rire à tout coup. Comme le très bon segment sur les menstruations, où elle parle d’abord avec beaucoup de sarcasme de l’épreuve « pénible » que doivent subir les gens lorsque les femmes parlent de leurs règles (en comparaison du fait d’avoir ses règles). « On dit plus souvent “Voldemort” que “menstruations” », a-t-elle fait remarquer, avant de s’étendre un peu plus sur le sujet. On a bien hâte à son premier spectacle solo.

Le verdict

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Yannick De Martino

Il n’y a pas eu de temps mort, c’était presque impeccable. Les invités de Julien et Adib n’ont pas failli à la tâche. Le Français Jason Brokerss a su bien adapter son numéro au public montréalais. Le « prodige Yannick De Martino », comme l’a présenté Julien Lacroix, a fait une brève, mais payante première apparition en reprenant la blague d’introduction de Jason Brokerss mot pour mot, avant d’être interrompu par Adib et Julien. Mehdi Bousaidan, qu’on avait gardé pour la fin, a conclu le gala en beauté et en musique avec son exposé « Comment faire une chanson rap ». On aime voir les jeunes humoristes faire se plier de rire un public de tous âges. On a aussi aimé voir la fierté des deux animateurs et complices, qui forment une paire franchement efficace.  Invités : Jason Brokerss, Yannick De Martino, Martin Perizzolo, Louis-José Houde, Maude Landry, Louis Morisette, Didier Lambert et Mehdi Bousaidan.