Avec les ventes d'albums qui chutent, la tournée représente la principale source de revenus de beaucoup de formations musicales.

Émilie Côté LA PRESSE

Selon Francis Letendre, responsable marketing de Last Gang Records (Metric), l'industrie du spectacle est l'avenir. «Les artistes font de la musique avant tout parce qu'ils aiment pratiquer cet art, mais également pour en faire une carrière, donc de plus en plus de festivals dits «indie» voient le jour pour encourager cette démarche. C'est une formule qui semble bien coller au développement artistique», explique-t-il. Mais l'industrie des festivals extérieurs comme Osheaga est risquée pour les producteurs, rappelle Catherine Moore, directrice du programme de l'industrie de la musique à l'Université de New York. D'importants budgets sont en jeu, mais on ne peut pas prévoir un temps maussade ou une tête d'affiche qui annule sa présence, comme les Beastie Boys l'an dernier à Osheaga. «De plus en plus de gens achètent leur billet à la dernière minute ou à la porte, donc les producteurs misent gros.»