Pour bien préparer sa relève, il ne faut pas avoir peur de mettre la main dans sa poche. Jacinthe Mailhot et Marcel Thuot l'ont compris. Les propriétaires de Techno-Diesel, à Joliette, s'y sont pris 10 ans à l'avance afin que leur entreprise soit prête sur le plan organisationnel. Les voilà sur le point de passer le flambeau à leurs quatre filles.

Stéphane Champagne, collaboration spéciale LA PRESSE

Le couple d'entrepreneurs a bien fait ses devoirs. Tellement qu'il mériterait la palme d'or si un concours de relève existait. À vue de nez, Jacinthe Mailhot et Marcel Thuot, âgés respectivement de 56 et 59 ans, ont dû facilement allonger entre 80 000$ et 100 000$ depuis une décennie. C'est sans compter le temps et l'énergie consacrés à la cause.

Ils n'ont lésiné sur rien: tests psychométriques destinés aux repreneurs (dont les coûts se chiffrent en milliers de dollars), élaboration d'un plan stratégique en béton pour 50 000$, mise sur pied d'un conseil de famille, rédaction d'une convention entre partenaires d'affaires, rencontres du conseil de famille avec un couple de psychologues (1200$ par jour), etc.

De telles dépenses et un pareil dévouement démontrent clairement que le couple Mailhot-Thuot tient vraiment à ce que son entreprise soit pérenne. Bref, rien n'a été laissé au hasard dans le plan de relève de Techno-Diesel, PME de 75 employés spécialisée dans l'entretien des camions et des remorques.

Éviter les discordes

Pour Jacinthe Mailhot, directrice générale, il était hors de question de nommer l'une de ses filles à un poste sans tenir compte des aptitudes et des ambitions des trois autres. «Il était important pour moi que les choses se fassent harmonieusement. Je ne voulais pas créer de la discorde. Je crois avoir donné en héritage à mes filles le goût de mettre les choses au clair», explique-t-elle.

L'autre stratégie qui a joué en faveur des actuels propriétaires: ils n'ont jamais forcé la main de leurs filles. Deux d'entre elles (Caroline, 33 ans, et Andrée-Anne, 29 ans) désiraient se joindre à l'entreprise. Mais pas nécessairement les deux autres (Marilène, 31 ans, et Marjorie, 25 ans). Toutefois, c'est entre autres grâce aux discussions dans le cadre du conseil de famille que Marilène et Marjorie se sont découvert un intérêt dans l'entreprise familiale fondée en 1977 par l'actuel président Marcel Thuot.

Chacune des filles du couple a dû faire ses preuves en occupant des postes au bas de la hiérarchie, notamment livreuse de pièces, préposée à l'entrepôt, etc. Avec le temps, elles ont toutes gravi les échelons et occupent aujourd'hui des postes de direction. Et bien avant qu'elles ne soient promues, elles participaient déjà aux comités de direction à titre d'auditrice libre, afin de se familiariser avec, notamment, le plan stratégique de l'entreprise.

Entre autres changements à venir dans la PME, Caroline, l'aînée, doit en principe prendre la relève de sa mère à la direction générale en février 2013. Aux yeux de Jacinthe Mailhot, cette mise en place de la relève familiale ressemble à une métaphore basée sur le mouvement. «Mes filles apprennent à avancer et mon conjoint et moi, à reculer», dit-elle.