Source ID:44738; App Source:cedromItem

Plan Nord: développement nordique variable

Nathalie Côté

Collaboration spéciale

La Presse

Différentes approches du développement du Nord sont expérimentées à travers le monde, mais le modèle parfait pour y parvenir reste à inventer. «Il y a des initiatives locales intéressantes, constate Alexandre Dubois, chercheur à l'institut de recherche suédois Nordregio. Cependant, elles sont souvent difficilement transférables ailleurs.» Voici quatre thèmes pour comparer.

Pour le développement du Nord, les Russes profitent... (PHOTO DENIS SINYAKOV, ARCHIVES REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Pour le développement du Nord, les Russes profitent de l'héritage des goulags.

PHOTO DENIS SINYAKOV, ARCHIVES REUTERS

1. Intervention de l'État

Les pays scandinaves ont investi massivement dans les services au Nord, comme les universités. «Des pôles de croissance ont été créés, mais cela a eu pour effet de la concentrer dans certaines villes au lieu de la diffuser aux zones périphériques», indique M. Dubois. À l'opposé, les Américains ont opté pour une faible intervention de l'État en Alaska. «Ils ont constitué des corporations autochtones à but lucratif pour gérer les terres», explique Thierry Rodon, titulaire de la Chaire sur le développement durable du Nord. Leurs succès économiques sont extrêmement variables. Le Canada et le Québec ont adopté un modèle à mi-chemin en créant des corporations autochtones sans but lucratif. Quant aux Russes, ils ont beaucoup investi et profitent de l'héritage des goulags, ces camps de travail forcé datant de l'URSS.

Contrairement à celles du Canada, les côtes norvégiennes... (PHOTO HEIDI WIDEROE, ARCHIVES BLOOMBERG) - image 3.0

Agrandir

Contrairement à celles du Canada, les côtes norvégiennes ne gèlent pas en hiver.

PHOTO HEIDI WIDEROE, ARCHIVES BLOOMBERG

2. Géographie

Les régions nordiques ont beau avoir plusieurs caractéristiques en commun, elles affrontent néanmoins des défis géographiques différents. Au Québec et au Canada, les défis liés à l'isolement, notamment au transport des personnes et des marchandises, sont proportionnels à l'immensité du territoire. Les Russes et les Américains vivent des situations similaires. Les pays scandinaves sont beaucoup plus petits et leurs infrastructures sont mieux développées. «Il faut aussi se rappeler que les côtes norvégiennes, par exemple, sont libres de glace en hiver alors que dans le Nord-Est canadien, c'est gelé pendant plus de six mois», souligne M. Rodon. Plusieurs régions étant accessibles uniquement en avion une grande partie de l'année, cela fait grimper le coût des denrées et aggrave la pauvreté.

En Alaska commen ailleurs dans le Nord, le... (PHOTO LUKE SHARRETT, ARCHIVES NEW YORK TIMES) - image 4.0

Agrandir

En Alaska commen ailleurs dans le Nord, le développement est lié à l'exploitation des ressources naturelles.

PHOTO LUKE SHARRETT, ARCHIVES NEW YORK TIMES

3. Ressources naturelles

Partout dans le monde, le développement du Nord est lié à l'exploitation des ressources naturelles. «C'est la voie rapide du développement local, note M. Dubois. C'est toutefois à double tranchant, car les économies régionales sont dépendantes de l'extraction.» Elles sont donc vulnérables aux perturbations économiques qui pourraient secouer ce secteur d'activité. De plus, les retombées ne profitent pas toujours aux communautés locales. «Des entreprises versent des redevances aux autochtones, concède M. Rodon. Toutefois, comme leur économie marchande n'est pas très développée, l'argent est dépensé au sud pour acheter différents biens et aliments. Il n'y a pas de capacité de rétention des fonds au Nord et donc pas d'effet multiplicateur.» Les pays scandinaves s'en sortent mieux à ce chapitre.

Kuujjuaq, au Québec... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE) - image 5.0

Agrandir

Kuujjuaq, au Québec

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

4. Conditions de vie

Dans les pays scandinaves, les conditions de vie des populations nordiques sont similaires à celles du reste du pays. «Il y a eu des investissements massifs en ce sens», note M. Rodon. Ce qui est loin d'être le cas au Canada et au Québec. Il n'hésite pas à qualifier de «déplorables» les conditions de vie dans la plupart des collectivités autochtones du Nord. Du côté des Américains, il y a aussi beaucoup de pauvreté chez les populations arctiques, même si certaines s'en sortent mieux que d'autres grâce aux revenus tirés de l'exploitation pétrolière. Faudrait-il donc copier le modèle scandinave? Pas totalement. L'intervention importante des États a également eu un effet pervers: les autochtones y sont beaucoup plus assimilés qu'ailleurs, note M. Rodon.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer