Les principaux établissements hôteliers de Québec sont unanimes : ça sent la relance. Le Centre des congrès de Québec, le Fairmont Château Frontenac et le Château Laurier Québec n’ont jamais fermé boutique depuis le début de la pandémie. Et ce, même si certains ont connu des nuits sans clients. Fermé un an pour des rénovations complètes, le Hilton Québec a lui aussi connu les affres de la COVID-19. Malgré tout, ces incontournables de la capitale nationale sont gonflés à bloc.

Stéphane Champagne
Stéphane Champagne Collaboration spéciale

« La vraie relance, on la sent pour janvier 2022, tant pour les évènements locaux et canadiens que pour les évènements internationaux, dont certains sont déjà réservés pour le printemps 2022 », explique Ann Cantin, directrice Communications et mise en marché au Centre des congrès de Québec et à Québec Destination affaires.

Entre le premier confinement de mars 2020 et aujourd’hui, le secteur des réunions et des congrès, on s’en doute, a chuté partout dans le monde. Mais la présence de l’hôtel du Parlement de Québec, des diverses instances gouvernementales et de nombreuses organisations a aidé, à divers degrés, certains hôteliers de la grande région de Québec à maintenir leurs activités.

Au Centre des congrès (capacité d’accueil de 9000 personnes), une flopée d’évènements et de réunions (audiences du BAPE, exposition Imagine Van Gogh, etc.) a amplement justifié le maintien en place d’un noyau dur d’une soixantaine d’employés, une majorité au sein de Québec Destination affaires, dont la mission est de recruter des clients corporatifs hors Québec.

On revoyait notre stratégie tous les trois mois. On a été les premiers à faire des tournées de familiarisation virtuelle. En trois jours, 86 représentants d’entreprises et d’associations canadiennes et américaines ont participé à nos tournées.

Ann Cantin, directrice Communications et mise en marché au Centre des congrès de Québec et à Québec Destination affaires

En décembre 2019, avant même la pandémie, le Hilton Québec avait entrepris de rénover son établissement en entier pour 70 millions de dollars. À sa réouverture en janvier 2021, l’industrie des réunions et des congrès ne s’était toujours pas relevée.

Gina Cuglietta, directrice ventes et marketing, demeure toutefois très optimiste. « Il y a de l’espoir, dit-elle. Les entreprises ont vraiment hâte de se réunir à nouveau. Nous n’attendons que les directives de la Santé publique. Nous recevons beaucoup d’appels pas juste pour 2021, mais aussi pour 2022 et 2023. Les gens sont prêts. »

Relié au Centre des congrès de Québec, le Hilton Québec compte 569 chambres et 22 salles de réunion totalisant 22 000 pi2.

Le Château Laurier Québec a lui aussi maintenu ses activités depuis mars 2020. « Ça a été très difficile. L’évènementiel a été très touché. On a eu des nuits avec l’hôtel complètement vide », confie Aude Lafrance-Girard, directrice générale.

On est très enthousiastes, mais on demeure prudents dans notre anticipation. La reprise va être lente, mais on l’attend en 2022. On a des ententes signées. Ça s’en vient !

Aude Lafrance-Girard, directrice générale du Château Laurier Québec

Situé au coin de la Grande Allée, le Château Laurier Québec abrite 271 chambres et 20 salles de réunion. Par le truchement de son service de traiteur évènementiel, Le George V, l’hôtel est gestionnaire de son imposant voisin, le Manège militaire, où plus de 1300 personnes peuvent être réunies.

Le Fairmont Château Frontenac dit avoir gardé la tête hors de l’eau notamment grâce aux « microréunions » gouvernementales et institutionnelles. On a profité du ralentissement pour terminer certaines rénovations. Construit en 1893, l’hôtel de 610 chambres se targue d’avoir atteint une certaine carboneutralité en 2020. L’établissement travaille d’ailleurs de concert avec des chercheurs de l’Université Laval afin de rendre ses réunions et ses congrès 100 % carboneutres.