Pour plusieurs, la période des impôts rime avec une petite visite chez son comptable. Quelles sont les questions incontournables à poser pour ne rien laisser échapper ? Deux expertes, Francine Pelland, planificatrice financière, et Line Moreau, comptable professionnelle agréée (CPA, CMA), y vont de quelques recommandations.

Julie Roy
Julie Roy Collaboration spéciale

1. D’abord, répondre aux questions

D’entrée de jeu, les deux expertes le disent haut et fort, ce sont elles qui doivent poser les questions pour mieux cerner le profil et les besoins du client. « Nous sommes comme des mini-détectives. Retraite, situation matrimoniale, assurances, etc. Chaque question que je pose me donne des pistes de vérification et me permet de mieux faire mon travail », explique Line Moreau. D’ailleurs, selon Francine Pelland, il est impératif de savoir qui fera la déclaration. « Parfois, ce sont des techniciens qui ne rencontrent pas les clients à qui l’on donne le mandat de faire vos impôts. Ceux-ci peuvent omettre de demander des papiers et passer à côté de crédits auxquels vous auriez droit parce qu’ils ne vous connaissent pas. »

2. Questions de compétence

La fiscalité change tous les ans, c’est pour cette raison que la formation continue est si importante dans le domaine de la comptabilité. « Il faut savoir si le spécialiste à qui vous confiez votre déclaration est compétent et à jour », indique Francine Pelland. Titre professionnel, mais aussi spécialisation sont des points à éclaircir dès le départ. « Si vous êtes travailleur autonome et que la personne devant vous n’y connaît rien, vous êtes mal pris », explique Line Moreau. Il importe de s’informer avant, mais aussi après une déclaration sur vos possibles crédits, sur les raisons d’un solde à payer et même au sujet d’un remboursement d’impôt. Ces réponses vont vous donner un aperçu des compétences de la personne qui fait votre déclaration.

3. Vos données sont-elles en sécurité ?

Line Moreau le dit sans détour, elle connaît tout de la vie de ses clients. Amour, enfants, maladie, situation professionnelle, placements, biens immobiliers, etc. Autant de renseignements dans les mains d’une seule personne n’est pas sans risque. « Les moyens de frauder sont beaucoup plus grands qu’il y a 20 ans », estime-t-elle. Combien d’employés ont accès à votre dossier, aux ordinateurs, ces derniers sont-ils cryptés, est-ce que tous les documents sont mis sous clé et déchiquetés lorsqu’ils ne sont plus nécessaires ? Autant de questions à poser pour s’assurer que tout est mis en œuvre pour assurer la confidentialité et la sécurité de vos données personnelles.

4. Demander une évaluation écrite

Personne n’aime recevoir une facture plus élevée que ce à quoi il s’attendait. « Chacun fait ses prix dans ce domaine. Ils ne seront pas les mêmes si la personne a un titre professionnel, si elle a un pignon sur rue avec un gros bureau versus quelqu’un qui fait cela à son domicile. Le temps consacré à la déclaration, le nombre de rencontres ont tous une influence », explique Francine Pelland. Pour avoir l’heure juste, demandez une évaluation écrite des frais qui vous seront facturés. « Parfois, les annexes ne sont pas comprises et cela peut faire augmenter considérablement la facture. Demandez ce qui est inclus. »

5. Y a-t-il un service après impôts ?

Plusieurs semaines après avoir envoyé votre déclaration, vous êtes soumis à un contrôle gouvernemental. Les honoraires que vous avez payés vous couvrent-ils dans cette situation ? « Lorsque je fais une déclaration, c’est ma responsabilité de répondre en cas de problème », soutient Line Moreau. Si l’experte offre ce type d’appui à ses clients, ce n’est pas le cas de tous. D’où l’importance de s’informer sur les services offerts après la période des impôts. « Il faut aussi demander si le bureau est ouvert toute l’année ou uniquement durant la période d’impôts. Est-ce facile de joindre quelqu’un même les soirs ? », recommande Francine Pelland.