Même si le taux d'inflation a connu une légère baisse, il n'en demeure pas moins qu'il est encore élevé. Et ça se réflète partout. Même dans le sac à dos de votre enfant. En cette veille de rentrée scolaire, voici cinq conseils pour vous en tirer à bon prix.

Mis à jour le 17 août
Stéphanie Bérubé
Stéphanie Bérubé La Presse
Lisez l'article complet de Stéphanie Bérubé.

Acheter en gros

Certains articles reviennent d’une année à l’autre. Les feuilles mobiles, par exemple. Marjorie Simard prévoit toujours une petite réserve de ces fournitures et les achète tout au long de l’année, dès qu’un prix est particulièrement bon. « Ça évite de devoir prendre la voiture un soir, à la dernière minute, parce qu’il manque un duo-tang », dit-elle.

Ne pas bouder les objets perdus

Conseil tout simple, mais qui n’est pas souvent suivi, dit Marjorie Simard, étonnée de voir la quantité d’objets non récupérés dans les écoles qu’elle visite comme orthopédagogue.

Économiser en échangeant

C’est une excellente façon d’apporter de la nouveauté sans dépenser un sou, dit Jessica Laflamme. La fondatrice de Faire plus avec moins suggère d’en parler avec les collègues, les amis, la famille, car beaucoup de parents ont de magnifiques boîtes à lunch qui ne demandent qu’à avoir une deuxième vie. Le conseil tient aussi pour les vêtements.

Découvrir les ressources communautaires

« Même des gens de la classe moyenne peinent à arriver présentement », dit Johanne Le Blanc, conseillère budgétaire chez Option consommateurs, qui dirige une partie de la clientèle vers des services communautaires, que beaucoup découvrent. Les banques alimentaires, par exemple. Le numéro 211 permet de découvrir les ressources offertes, et selon quels critères. Des organismes procèdent actuellement à la distribution de sacs à dos et d’effets scolaires. Même là, la rentrée 2022 est difficile. Jeunesse au Soleil a annoncé la semaine dernière manquer de ressources pour répondre à la demande.

Épargner où c’est possible

Les dépenses de la rentrée sont obligatoires, pas les sorties. Johanne Le Blanc, d'Option consommateurs, conseille d’explorer les activités gratuites de la ville ou du quartier cet automne. Il y en a beaucoup et ceux qui ne l’ont jamais fait seront surpris de l’offre. Pour les enfants, le cinéma en plein air en cette fin d’été ou le pique-nique sont des sorties qui en valent bien d’autres dont la facture serait beaucoup plus élevée, dit-elle.

Et maintenant… les lunchs !

PHOTO TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM @MISS.ECONOME

Marilyne Gagné

Parce qu’une fois les achats de la rentrée terminés débute le bal des lunchs. Marilyne Gagné court les rabais dans les grandes chaînes et présente des capsules pour préparer des repas à petit prix. Le compte Instagram Miss Économe est simple, complètement déculpabilisant et franchement très sympathique — la boîte de thon y est bienvenue ! « J’ai commencé ça parce que j’étais endettée », confie Marilyne Gagné qui a rencontré une planificatrice pour se rendre compte qu’elle pouvait faire beaucoup mieux avec les finances familiales. « Je veux bien manger, mais pas cher », dit-elle. Résultat : sa première épicerie réfléchie lui a fait épargner 66 $. Une telle somme économisée chaque semaine sur une année, faites le calcul ! Depuis, elle partage ses trucs et a fait de Miss Économe sa carrière. On a particulièrement aimé la capsule où elle fait sa première pâte à pizza sans répétition, réussit et prouve ainsi que c’est facile de faire des économies sans sacrifier la saveur. Ni le plaisir !