L’un des véhicules les plus populaires et réputés pour leur fiabilité, le Toyota RAV4 hybride, exaspère et inquiète bien des propriétaires. Un câblage haute tension se corrode gravement sur des modèles de moins de trois ans. Coût de la réparation : plus de 6500 $.

Publié le 6 avril

Pour la première fois de sa vie, Jean-Thomas Landry a créé un groupe Facebook privé pour aider de purs inconnus. Son objectif : aider les propriétaires d’un Toyota RAV4 hybride comme lui en les informant d’un problème qui risque de leur coûter très cher.

« Ce n’est pas dans mes habitudes. Mais ça me tient à cœur, car c’est un gros montant », m’explique le résidant de la région de Québec. En quelques semaines, son groupe a réuni presque 300 personnes.

Propriétaire de son véhicule depuis deux ans et quatre mois, il est tombé en panne au début de janvier à -20 ˚C. Après avoir payé un remorquage de près de 100 kilomètres, il a appris qu’un câble qui amène le courant vers les roues arrière devait être changé pour cause de corrosion. Encore plus stupéfiant : la pièce vendue 4476 $ plus taxes n’était déjà plus garantie.

PHOTO FOURNIE PAR JEAN-THOMAS LANDRY

Véhicule remorqué en janvier après la panne due à la corrosion

Toyota estime en effet que le câblage haute tension ne fait pas partie des « composants hybrides » du RAV4, couverts pendant 96 mois ou 160 000 kilomètres. La garantie s’arrête plutôt après 36 mois ou 60 000 km.

Comme il roule beaucoup pour son travail, Jean-Thomas Landry avait déjà dépassé ce cap. « Ils m’ont refilé une facture de 6800 $. Je ne trouvais pas ça normal après 28 mois. » Dans une autre région, un client s’est fait facturer 6677 $. Quel fardeau à ajouter à ses paiements !

Pour conserver son emploi en attendant que ça se règle avec le concessionnaire et Toyota Canada, Jean-Thomas Landry s’est acheté une Civic 2012. Aucune voiture de service n’était disponible le temps de déterminer qui allait payer quoi. Ça fait aussi partie des conséquences fâcheuses de la pénurie de voitures…

De toute manière, ça ne pouvait pas se régler rapidement, puisque la pièce 821h10r011 est en rupture de stock. Un concessionnaire m’a indiqué mardi que 58 personnes étaient sur la liste d’attente pour l’obtenir. L’attente se compte en semaines.

Ententes de confidentialité

Bien des propriétaires de RAV4 hybrides sont déçus de l’attitude de Toyota. Certains souhaitent un rappel. D’autres s’inquiètent pour leur sécurité et celle des autres, ne sachant trop si un incendie pourrait survenir.

C’est le cas de cet automobiliste qui s’est présenté chez le concessionnaire parce que des voyants étaient allumés sur le tableau de bord. On lui a pris ses clés sur-le-champ. « Il n’était pas question que je reparte de là en auto ! C’est pour ça que je me suis ramassé à pied », raconte celui qui ne peut être nommé en raison d’une entente de confidentialité signée avec Toyota.

PHOTO FOURNIE PAR JEAN-THOMAS LANDRY

Corrosion du câble haute tension d’un RAV4 hybride 2019

L’homme redoute aussi que le nouveau câble installé sur son véhicule soit à son tour mangé par la corrosion dans deux ou trois ans. « Peut-être que j’achète juste du temps… »

Se décrivant comme un bon client de Toyota, il a réussi à partager sa facture avec le concessionnaire et le manufacturier. « Je n’ai pas 6000 $ ou 7000 $ à mettre sur un véhicule de trois ans dont j’ai pris soin. Pour moi, c’est un non-sens. »

En échange, il s’est engagé à ne pas entamer de recours judiciaire ni divulguer la teneur de son arrangement à quiconque.

Jean-Thomas Landry a reçu la même offre, mais l’a refusée, car il prévoit poursuivre Toyota. Pour réduire sa facture, il a acheté la pièce aux États-Unis. « J’ai payé 2400 $ plus taxes et frais de douanes. Je m’en sors aux deux tiers du prix », estime-t-il. Il devra aussi payer pour la pose, qui prend une dizaine d’heures. Le colis est en route.

Craignant de tomber en panne avec son RAV4 dont il a absolument besoin pour travailler, un photographe de La Presse a tenté en vain d’en faire changer le câble de façon préventive aux frais de Toyota. À contrecœur, vu la pénurie de voitures qui sévit, Hugo-Sébastien Aubert s’est finalement acheté une garantie prolongée de près de 2500 $. « Je n’ai pas d’option B. Il n’y a pas de véhicules hybrides ou électriques disponibles et ceux à essence me coûteraient plus cher à l’utilisation. »

Demande de rappel de l’APA

Il n’est pas possible d’évaluer l’ampleur du problème. Personne chez Toyota n’était disponible pour m’accorder une entrevue. Et par courriel, on a indiqué ne pas être au courant du problème de câble des RAV4 hybrides. Pourtant, Toyota a transmis un bulletin technique de service de neuf pages à ses concessionnaires, fin mars, sur le sujet. On y apprend que les modèles de 2019 à 2021 sont touchés, photos de corrosion à l’appui.

Ce bulletin est « un commencement d’aveu » qu’il y a « un problème de conception », juge le président de l’Association pour la protection des automobilistes (APA), George Iny.

Dans une lettre transmise à Toyota Canada, l’APA réclame une prolongation de la garantie couvrant cette pièce et un « rappel non lié à la sécurité ». L’APA demande aussi que les consommateurs qui ont payé le « coût exagéré » de cette réparation soient remboursés « même s’ils ont signé un accord de non-divulgation ». Il espère que Toyota va réduire le prix de la pièce considérablement. Ce serait la moindre des choses.

Certains automobilistes ont porté plainte à Transports Canada, qui n’a pas répondu à mes questions.

L’APA suggère à tous les propriétaires d’un RAV4 hybride d’envoyer des photos de leur pièce corrodée à Transports Canada pour faire bouger les choses. « C’est grave, 7000 $ ! », s’exclame George Iny.

Nul doute, la corrosion peut faire un immense trou dans le budget.