Les usagers des trottinettes Lime qui stationnent leurs véhicules à des endroits défendus pourraient maintenant être pénalisés par une amende, a annoncé la Ville de Montréal vendredi matin.  

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Les utilisateurs qui ne respectent pas le règlement pourraient écoper d’une contravention de 50 $, a précisé Éric Alan Caldwell, responsable de l’urbanisme, de la mobilité et de l’Office de consultation publique de Montréal au comité exécutif en point de presse vendredi. Ce sont les inspecteurs en domaine public et les policiers qui imposeront les amendes.  

Les véhicules qui encombrent les trottoirs et autres endroits demeurent toujours un problème, un mois après le déploiement des premières trottinettes électriques de Lime sur le territoire de Montréal et un peu plus de deux mois après l’arrivée des vélos électriques JUMP.

En vertu de la modification du règlement, chaque véhicule stationné de façon inadéquate dans des zones non-conformes pourrait également valoir une amende de 100 $ aux opérateurs « Il y a trop de trottinettes mal stationnées dans les rues de Montréal. Les citoyens ne peuvent pas prendre sur eux le fardeau de faire les signalements, donc on resserre la vis », a insisté M. Caldwell.  

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Éric Alan Caldwell, responsable de l’urbanisme, de la mobilité et de l’Office de consultation publique de Montréal.

Pour le moment, l’éventualité de retirer le permis à Lime n’a pas été envisagé. « On fera un bilan complet cet hiver sur l’ensemble des aspects », a dit l’élu municipal.  

Les endroits réglementaires pour stationner les véhicules sans point d’ancrage resteront les mêmes.

« Cette modification du règlement de l’administration de Montréal démontre qu’ils sont en mode panique », a affirmé vendredi matin le chef de l’opposition Lionel Perez en mêlée de presse. Le chef de l’opposition est d’avis que la Ville « n’a pas fait ses devoirs » et a prétendu avoir un règlement sévère « alors qu’en réalité, c’est tout autre chose »

Éric Alan Caldwell a rappelé que l’opérateur doit s’assurer que l’usager respecte le règlement « La stratégie de JUMP, c’est de refiler une amende. On remarque que dans leurs cas, il y a une amélioration du respect de notre règlement et que pour Lime, cette amélioration est beaucoup moins bonne. »

Jusqu’à présent, 1154 utilisateurs ont reçu des avertissements directement de JUMP, et les récidivistes ont reçu une pénalité de 25 $. Certains d’entre eux ont même perdu l’accès aux locations de vélos de JUMP, affirme la compagnie.

Débuts chaotiques pour Lime et JUMP