Assurances, certificats de décès, héritages, aide gouvernementale et assurance-emploi: les sinistrés de Lac-Mégantic pourraient bien être confrontés à des procédures administratives labyrinthiques dans les prochains jours. Mais une clinique juridique a choisi d'y ouvrir un bureau pour les aider.

Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

Juripop, qui a déjà des locaux à Sherbrooke, croit pouvoir donner un coup de main aux citoyens qui ne sont pas assez riches pour se payer un avocat au tarif normal, mais qui ne se qualifient pas pour le programme d'aide juridique.

L'annonce de l'ouverture des bureaux de la rue Leclerc aura lieu ce matin.

« Des avocats, ce n'est pas juste d'être impliqués dans des conflits, a exposé Marc-Antoine Cloutier, patron de la clinique. Des avocats, ça donne aussi des conseils ça fait de l'assistance. L'idée n'est pas de multiplier les recours judiciaires, mais plutôt de prendre sur nos épaules le règlement de ces dossiers. »

M. Cloutier a indiqué que les liens entre un assuré et son assureur, par exemple, pourrait nécessiter l'avis d'un avocat.

Et même si tous les acteurs en présence - gouvernement, assureurs, assurance-emploi fédérale - ont promis d'être extrêmement souples, "parfois, malheureusement, il y a des situations plus problématiques qu'on ne peut prévoir, où l'intervention d'un avocat est souhaitable, voire nécessaire ».

L'avocate Audrey Laplante a été embauchée par Juripop pour travailler à ce nouveau bureau. Originaire de Cookshire, tout près de Lac-Mégantic, "elle va être là à temps plein jusqu'à ce que ce ne soit plus nécessaire », a indiqué M. Cloutier.

Cette semaine, une dizaine d'avocats l'appuieront bénévolement. D'autres sont attendus au cours de l'été.