Source ID:1bac9fd01edf3e2ea311698f959c43c1; App Source:StoryBuilder

Au coeur de la pénurie de main-d'oeuvre du Québec

Mario Girard
La Presse

La pénurie de main-d'oeuvre frappe tout le Québec. Et elle frappe fort. Les employeurs font des pieds et des mains pour attirer de nouveaux travailleurs. En attendant, ça commence à coûter cher en investissements perdus ou en profits envolés. Pour amorcer une grande série de sept jours sur ce problème majeur du Québec, La Presse s'est rendue à Drummondville, où la situation est critique.

Rue Rocheleau, en plein coeur du parc industriel de Drummondville, d'immenses panneaux ornent les façades des entreprises. « Nous embauchons ! Nous recrutons ! T'aimes pas ta job ? On t'embauche ! » Certains employeurs n'hésitent pas à abattre leurs cartes d'entrée de jeu : « Trois semaines de vacances la première année ! »

Il n'y a pas de doute, la pénurie de main-d'oeuvre que connaît actuellement le Québec se fait sérieusement sentir dans cette ville qui fut autrefois le royaume de l'industrie textile. Mais si Drummondville connaît maintenant une incroyable renaissance après avoir adroitement diversifié ses activités, elle doit aussi déployer beaucoup d'efforts pour attirer et conserver la main-d'oeuvre.

« Sur mes 275 camions, j'en ai 50 qui sont parqués dans la cour, sans chauffeur, dit Denis Coderre, président de SGT 2000, une importante société de transports routiers de la région. Chaque semaine, je refuse des contrats. Ça représente des pertes énormes. Pour le moment, mon entreprise arrive à fonctionner. Mais les 50 camions qui ne bougent pas, ce sont mes profits qui s'envolent. »

Denis Coderre, président de SGT 2000... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Denis Coderre, président de SGT 2000

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Pour Claude Fournier, président-directeur général de Sixpro, une entreprise de revêtement de surface sur pièces métalliques qui rassemble 200 employés, cette pénurie de main-d'oeuvre est un frein majeur. « Je pourrais prendre 25 employés de plus, dit-il. Ça nous permettrait d'ajouter un quart de travail complet le soir. Depuis un an, on doit sélectionner nos clients. On est en mode support plutôt qu'en mode développement. »

Les effets de cette pénurie de main-d'oeuvre sont le sujet de conversation le plus courant à Drummondville. « Cela a un impact sur nos délais de livraison qui augmentent énormément, dit Jocelyn Lemire, propriétaire de Lemire Précisions, une entreprise de 75 employés qui fabrique de petites pièces pour les secteurs de l'automobile et de l'électroménager. Lee heures supplémentaires sont devenues un bar ouvert. Les gens s'essoufflent, on a de plus en plus de mal à leur demander de travailler davantage. »

Liette Beaudoin, directrice générale de la fromagerie et du restaurant Lemaire, véritable symbole drummondvillois qui emploie une centaine d'employés, n'hésite pas à qualifier la situation d'épouvantable. Il lui arrive régulièrement de fermer ses portes plus tôt que prévu, faute de personnel.

« Il y a trois semaines, j'ai dû fermer à 17 h, un samedi. On avait du mal à barrer les portes tellement les clients voulaient entrer. J'avais une seule employée alors qu'il m'en aurait fallu une dizaine. J'évalue que j'ai perdu plusieurs dizaines de milliers de dollars en revenus au cours de l'hiver. »

Maraudage et avantages

Cette pénurie crée un important mouvement de personnel au sein des entreprises et des commerces de Drummondville et des environs. « Les gens sont très sollicités, dit Claude Fournier. Tout le monde est en mode embauche, ici. »

Plusieurs employeurs n'hésitent pas à faire du maraudage auprès de la concurrence. « Je l'avoue, je l'ai fait, reconnaît Liette Beaudoin. Je suis allée dans la concurrence pour dire à des employés que s'ils voulaient changer d'emploi, ils pouvaient venir me voir. D'autres l'ont fait avec mes employés. »

Liette Beaudoin, directrice générale de la fromagerie et du... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Liette Beaudoin, directrice générale de la fromagerie et du restaurant Lemaire

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Il y a aussi la pression de voir certains employeurs offrir de généreux avantages afin d'attirer les candidats. « C'est sûr que lorsque tu entends à la radio des publicités annonçant des salaires à 30 $ de l'heure, c'est dur », dit Jocelyn Lemire.

Ces jeux de maraudage se sont calmés au cours des derniers mois au profit d'une stratégie d'avantages personnalisés. Et pour cela, certains employeurs font preuve de créativité. Dans la salle de réunion où nous avons rencontré Jocelyn Lemire, on pouvait lire sur le panneau rassemblant la liste des avantages offerts aux employés : « Couches fournies pendant les six premiers mois de naissance ».

Cette pénurie de main-d'oeuvre a évidemment modifié le rapport de forces entre employeurs et futurs employés.

« Les candidats posent leurs conditions dès le départ. Certains ne veulent pas travailler le soir ou le week-end, ils négocient leurs vacances et ils nous disent qu'ils veulent pouvoir prendre congé quand ils le souhaitent. »

- Liette Beaudoin

Au restaurant Chez Horace, rendez-vous incontournable du midi pour les travailleurs, les personnes interrogées nous ont dit que pour ceux qui souhaitent bouger, les choses se passent plutôt bien. « C'est plus facile de gravir les échelons », nous a confié un trio d'employés d'Énergir.

Rencontrée devant le Centre d'emploi de Drummondville, Magally Diaz, jeune femme d'origine colombienne, a rapidement trouvé un emploi dans un CPE. « J'aimerais maintenant décrocher un poste d'éducatrice, ce qui est ma vraie profession. Il faudrait que l'on reconnaisse ma formation. »

La voie de l'immigration

Pour plusieurs entrepreneurs de Drummondville, la main-d'oeuvre étrangère est la grande solution à cette pénurie. Jocelyn Lemire fait partie de ceux-là. Celui qui est à la recherche de 18 nouveaux employés nous dit qu'il vient d'embaucher six employés mexicains. « Ils vont arriver à la fin de l'année », dit-il.

La Société de développement économique de Drummondville (SDED) organise régulièrement des missions de recrutement à l'étranger. Ces opérations portent leurs fruits.

« On rentre des Journées Québec à Paris. On a signé des ententes avec 70 travailleurs. Ils vont arriver au cours des prochains mois. Il y a quelques mois, on était à Tunis. On a signé avec 60 travailleurs. »

Martin Dupont, directeur général de la SDED

Il y a un an, l'équipe du module Attraction et développement de la main-d'oeuvre de la SDED comptait une seule personne. Aujourd'hui, ce département rassemble six employés, dont une avocate chargée de veiller au bon traitement des dossiers d'immigration.

Au défi d'accueillir les travailleurs étrangers s'ajoute celui du logement. Comme Drummondville vit également une pénurie dans ce domaine, certains patrons ont décidé de prendre les grands moyens. « On a loué tout ce qui était disponible autour de l'entreprise, dit Claude Fournier. On meuble ces appartements. Cela fait en sorte que lorsque le travailleur arrive, il a moins de pression. » Une fois installés, les travailleurs remboursent chaque semaine les frais de location.

L'arrivée des travailleurs étrangers a considérablement changé le paysage culturel de Drummondville. Encore là, des dirigeants d'entreprise ont décidé d'agir. « On vient d'embaucher un consultant qui nous offre une formation sur la culture française, explique Claude Fournier. Ces gens parlent français comme nous, mais c'est à peu près la seule ressemblance que nous avons. Ils ont des coutumes bien à eux et le marché du travail en France est différent du nôtre. On fera la même chose avec les Français en leur parlant de la culture québécoise. »

Le 17 juin, on organise à Drummondville l'évènement Un emploi en sol québécois. « Un autobus transportant 50 candidats potentiels va venir chez nous, explique Yves Chabot, directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie de Drummond. Ce sont des immigrants qualifiés qui peuvent faire plusieurs rencontres d'un seul coup. On compte beaucoup là-dessus. »

Drummondville en chiffres

75 000 : nombre d'habitants (103 000 sur le territoire la MRC)

43 ans : âge moyen des habitants de Drummondville

670 : nombre d'entreprises manufacturières sur le territoire de la MRC de Drummondville (plus une centaine de PME ou entreprises)

70 : nombre de nouvelles entreprises installées ou créées sur le territoire la MRC de Drummondville au cours de la dernière année

2300 : nombre de commerces

5,7 % : taux de chômage dans le Centre-du-Québec (la moyenne québécoise est de 5,4 %)

Sources : Société de développement économique de Drummondville (SDED), Chambre de commerce et d'industrie de Drummond (CCID) et Statistique Canada

Alexandre Cusson, maire de Drummondville et président de l'Union... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE) - image 8.0

Agrandir

Alexandre Cusson, maire de Drummondville et président de l'Union des municipalités du Québec

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

« Il y a des investissements qui ne se font pas »

Alexandre Cusson est maire de Drummondville depuis 2013. Celui qui assure également la présidence de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) croit que la pénurie de main-d'oeuvre est une menace importante à notre développement économique et que nous avons tort de l'ignorer. Rencontre avec un homme qui a décidé de prendre les devants. 

Pourquoi la région du Centre-du-Québec, et plus particulièrement Drummondville, est-elle sérieusement touchée par la pénurie de main-d'oeuvre ?

Parce que l'économie va bien ! Il y a eu plus de 1 milliard de dollars en investissements chez nous au cours des cinq dernières années. La population connaît une forte croissance. Nos PME vont très bien. Nous sommes clairement victimes de notre succès dans le secteur manufacturier, qui a explosé au cours des 20 dernières années.

Cette pénurie se manifeste de quelle façon chez vous ?

Quand je suis arrivé à la mairie en 2013, les entrepreneurs qui voulaient venir s'installer chez nous me demandaient combien coûtaient les terrains ou à combien s'élevaient les taxes. Aujourd'hui, on nous demande comment on va faire pour les aider à trouver de la main-d'oeuvre. CGI, qui vient d'installer son centre d'excellence chez nous, vise l'embauche de 300 personnes. C'est notre rôle de les accompagner là-dedans.

Avez-vous l'impression que les candidats ont le gros bout du bâton, si je peux m'exprimer ainsi, et qu'ils sont en mesure de faire des choix ?

Oh que oui ! Les entrepreneurs ont beaucoup de difficulté à recruter pour les horaires de week-end ou de nuit. Les gens peuvent facilement trouver quelque chose de mieux ailleurs. Des employeurs me disent que les rôles se sont inversés. Autrefois, ils dirigeaient les entrevues avec les candidats ; aujourd'hui, ils ont le sentiment que ce sont les candidats qui les passent en entrevue.

Depuis plusieurs années, Drummondville participe aux Journées Québec à Paris. Dans quels autres pays recrutez-vous ?

On a de très bons contacts avec la Tunisie, où nous étions il y a quelques semaines. Je me souviens que lors d'un évènement organisé à Montréal, j'étais assis à côté du maire de Tunis. J'avais osé lui dire que je faisais du recrutement chez lui. Un autre maire aurait mal pris cela. Lui m'a dit que plus je faisais cela, plus je réduisais son taux de chômage, plus il avait des chances d'être réélu.

La main-d'oeuvre immigrante, c'est la grande solution au problème  ?

C'est l'une des quatre solutions. La formation en est une autre. Il faut être plus agile. Quand un besoin se fait sentir, le temps que nous mettons à mettre sur pied un programme de formation, le besoin n'est plus là. Il y a aussi la rétention. C'est bien beau faire venir des gens de l'extérieur, mais il faut les garder. Finalement, il y a tout ce qui touche la transformation, l'adaptation aux technologies et à la robotisation.

Il n'en demeure pas moins que vous consacrez beaucoup d'énergie au recrutement à l'international.

On a même créé un département Attraction et développement de la main-d'oeuvre. Le problème, c'est que les immigrants s'installent à Montréal, alors que les emplois sont en région.

Et le recrutement dans d'autres régions du Québec, c'est une voie ?

Je peux bien aller faire de la publicité dans le Bas-Saint-Laurent pour dire qu'il y a des jobs chez nous. Mais on va juste déplacer le problème. On va dévitaliser l'autre région.

Vous qui assurez la présidence de l'UMQ, vous échangez avec d'autres maires. La situation ailleurs est-elle comparable à ce que vous vivez ?

Quand la pénurie a commencé il y a quelques années, c'était dans des domaines très ciblés. Le gouvernement du Québec et celui du Canada étaient en mesure de faire des listes des secteurs à risque. Mais aujourd'hui, je peux vous dire que cette pénurie touche tout le monde et tous les domaines.

J'ai remarqué toute la journée que les entreprises de votre région font preuve de beaucoup de créativité et déploient beaucoup d'énergie pour lutter contre ce problème, notamment pour mieux combler les employés.

Oui, et cela a un effet sur la qualité de vie au travail. Certains patrons ont créé un gym dans leur entreprise. J'ai même entendu parler d'une entreprise où des patrons, lors des tempêtes de neige, vont déneiger les voitures de leurs employés avant la fin de leur quart de travail.

Ces travailleurs qui arrivent de l'étranger changent le paysage culturel de votre ville. C'est un autre gros défi pour vous et l'ensemble des citoyens ?

Il y aura toujours des extrémistes qui vont s'exprimer, mais c'est une infime minorité. Pour le reste, ça se passe très bien. Il y a 20 ans, si on avait vu quelqu'un de couleur dans la ville, on l'aurait vite remarqué. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Avez-vous l'impression que nous minimisons l'importance de cette pénurie de main-d'oeuvre ?

Je suis très préoccupé par les investissements qui ne se font pas, par ces commandes qui ne se font pas. Actuellement, il y a des entrepreneurs qui se disent que s'ils n'ont pas la main-d'oeuvre, ils vont aller ailleurs. Et cet ailleurs, ce n'est pas le Québec. Ces investissements qui ne se font pas sont la plus grande menace au développement des régions du Québec. Il faut agir vite. Il faut cesser de dire que la pénurie de main-d'oeuvre n'existe pas.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer