Recherche Voyage

Courrier du globe-trotter: deux cégepiennes en Bolivie

Le salar d'Uyuni, l'un des principaux attraits de... (Photo AFP)

Agrandir

Le salar d'Uyuni, l'un des principaux attraits de la Bolivie.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chaque semaine, le courrier du globe-trotter répond à la question d'un lecteur pour l'aider à mieux planifier ses vacances.

Destination: Bolivie

Voyageuses: Deux cégépiennes de 19 ans

Durée du voyage: Un mois

Question: Ma fille et sa copine vont au Mexique en mai faire un stage avec le cégep. De là, elles souhaitent aller au Pérou, mais surtout en Bolivie. Bien sûr, je suis morte d'inquiétude. Est-ce sécuritaire? - Nathalie

Réponse: Soyons honnêtes, vos aventurières n'ont pas choisi la destination la plus rassurante pour leurs parents! Ce n'est pas tant que la Bolivie soit dangereuse, mais qu'il y a peu d'infrastructures touristiques hors des circuits proposés par des agences locales vers les destinations populaires: le lac Titicaca, Sucre, La Paz, Salar de Uyuni, Potosí... C'est d'ailleurs très certainement ce qui a attiré vos jeunes, le fait que le pays soit moins prisé des touristes que ses voisins d'Amérique du Sud, tous bordés par la mer - à l'exception du Paraguay.

Vos cégépiennes sont débrouillardes et ont déjà pas mal voyagé, certes, mais rien ne se compare à la Bolivie. C'est un beau bordel, dit-on, une destination qui teste la patience des voyageurs qui s'y frottent pour la première fois. «On ne peut pas faire semblant qu'il n'y a pas un certain stress à voyager en Bolivie, avoue la jeune Flora Baker, 26 ans, mais ça ne change en rien tout le bonheur que j'ai eu à parcourir ce pays.»

Flora a passé trois mois en Bolivie l'année dernière, durant son séjour de 18 mois en Amérique du Sud et à Cuba, qui, lui, faisait partie d'un grand voyage de trois ans autour du monde. La globe-trotteuse se trouve présentement à Londres, où elle termine sa maîtrise en écriture. Des pays, elle en a donc visité pas mal, surtout en solo-sac à dos.

Il faut tout de même avoir une certaine préparation avant de faire son sac à destination de la Bolivie, dit-elle. Pour les déplacements, par exemple. Les transports en commun sont incroyablement bon marché, mais vous n'êtes jamais certain de vous rendre à destination... Les autocars qui assurent les liaisons entre les grandes villes sont souvent en retard et mettent plus de temps que prévu pour faire la route. Ce n'est pas la fin du monde, mais il faut le savoir. Dans les villes, il est possible de se déplacer en minibus ou en trufis, des taxis privés qui prennent plusieurs passagers et ne démarrent que lorsqu'ils sont remplis. Dans les deux cas, la destination peut changer en cours de route, alors mieux vaut avoir une bonne idée de son chemin au moment de monter à bord.

Prenez le temps de lire Flora the Explorer. Ce n'est pas un guide touristique rempli d'adresses, plutôt un recueil de récits de voyage finalement fort instructifs.

floratheexplorer.com

Quoi voir?

La discrète Bolivie est une destination magnifique. Il y a beaucoup d'endroits grandioses à voir, à commencer (évidemment!) par le plus grand désert de sel du monde, qui se visite facilement en expédition à partir de Uyuni ou Tupiza. 

Un conseil pour vos filles: prenez le temps de magasiner pour votre agence avant de choisir une expédition et comparez les prix. Si possible, vérifiez la réputation de l'agence avant de monter dans la jeep.

Les plateaux du centre de la Bolivie méritent une importante partie du voyage. Cochabamba (Flora Baker recommande l'auberge Las Lilas), au coeur du pays, et Sucre, où a été déclarée l'indépendance en 1825, sont des villes où s'installer plusieurs jours. Il y a néanmoins des endroits à éviter. Vous n'avez qu'à lire le récit de mon collègue Sylvain Sarrazin, qui a visité une mine de Potosí, pour vous en convaincre. On passe tout droit les filles, OK?

Pour de bonnes adresses et conseils, lisez les reportages de Sylvain Sarrazin à La Paz et sur le bord du lac Titicaca.

Dans la catégorie prudence, on place aussi les thés et poudres aux vertus miraculeuses vendus dans la rue ou dans les places publiques, comme au marché des sorcières de La Paz. On comprend bien que si vos étudiantes ont décidé de faire un voyage en Bolivie, ce n'est pas pour siroter un chai latté chez Starbucks, mais on peut leur demander de choisir leurs consommations avec un peu de circonspection...

Quelques mots pour vous rassurer, maintenant...

Le tourisme s'est développé depuis quelques années, confirme Thierry Vorms, de l'agence La Bolivie en voyages. La Bolivie attire les amateurs d'espace, de contrastes géographiques et climatiques (Andes et sommets enneigés, les vallées, les plaines orientales, l'Amazonie, le désert du Chaco), de nature, d'animaux, de culture et d'histoire. Thierry Vorms y vit depuis 1996 et assure que le pays est tout à fait sécuritaire pour deux voyageuses, à condition de respecter certaines règles de base: pas d'auto-stop ni de voyage dans des endroits reculés sans être accompagnées d'un agent de tourisme reconnu. 

Les coups de coeur de Thierry Vorms

1 - Le Salar d'Uyuni et le Sud Lipez

2 - Le lac Titicaca et ses îles

3 - L'Amazonie bolivienne

4 - La région de la Chiquitania

5 - Le Pantanal bolivien

Où dormir? 

Je sais que les billets d'avion de vos deux voyageuses sont déjà achetés. Vous connaissez donc leur date d'arrivée et leur première destination. Question de vous rassurer, toutes les trois, réservez les trois ou quatre premières nuitées du périple bolivien de vos jeunes, conseille Jean-Richard Boucher, directeur du développement des affaires chez Voyages Merit, spécialiste des voyages d'étudiants. Elles pourront ainsi trouver leurs repères, s'habituer à la ville et à l'altitude, s'il s'agit d'une ville située en hauteur.

Évidemment, voyage d'étudiants rime avec auberge de jeunesse, une très bonne chose, car elles rencontreront là d'autres voyageurs qui leur donneront leurs meilleurs conseils, certainement ceux qu'elles suivront le plus.

La Bolivie compte 14 auberges de jeunesse membres du réseau Hostelling international. Les auberges membres doivent respecter des normes de sécurité et de propreté, mais ça n'en fait pas des 5-étoiles. Les auberges de jeunesse indépendantes sont parfois mieux. Comment le savoir? Pour les auberges de jeunesse, Trip Advisor et Hostels.com sont de formidables sources d'information. 

Vos voyageuses connaissent certainement quelques-unes de leurs destinations, prenez le temps de regarder avec elles les établissements de La Paz ou de Sucre, par exemple. Tout d'abord, vous allez être vous-même rassurée, car il y a des établissements très, très bien à d'excellents prix. La Bolivie est un pays où tout est bâti à flanc de montagne, en altitude, ce qui fait que vous vous retrouvez avec des auberges qui ont des vues époustouflantes. Pour 15$ la nuitée, c'est assez imbattable. Prenez le temps d'en choisir une ou deux ensemble, quitte à ne pas réserver avant le départ. Cela leur évitera néanmoins de chercher un toit, arrivées à destination. Prenez bien en note les noms de tous les endroits choisis et réservés. 

Il ne faut pas négliger les gîtes familiaux, spécialement pour les premières journées. Les B&B ne sont certainement pas les établissements préférés des jeunes, a priori, mais ils ont un énorme avantage: les propriétaires (ou leurs enfants, neveux, frères, cousins, amis...) peuvent servir de guides. Avoir quelqu'un qui connaît la place pour faire le tour du proprio, ça vaut de l'or. Cela permet de découvrir les marchés et cafés sympathiques et ensuite d'indiquer le chemin au chauffeur de taxi! 

Comment rassurer les parents de jeunes qui partent à l'aventure? 

Vos jeunes partent-elles avec leurs téléphones? Jean-Richard Boucher le conseille, pour avoir accès à l'internet dans des zones wi-fi, mais peut-être même pour vous téléphoner de la Bolivie. Vérifiez avec le fournisseur de service, dit-il, quelles sont les possibilités pour des forfaits de la Bolivie ou s'il est possible d'acheter des puces sur place. «Il faut être très prudent avec ses données», prévient-il, pour ne pas se retrouver avec une facture astronomique au retour. Évitez les rendez-vous téléphoniques avant le départ. Si les filles ont un contretemps et vous appellent avec 12 heures de retard, vous allez vous faire du mauvais sang pour rien. 

L'argent, maintenant. 

Jean-Richard Boucher recommande fortement de faire un budget avant le départ, incluant les quatre principaux pôles de dépenses: l'hébergement, le transport, les repas et les souvenirs. Une fois une somme réaliste en tête, calculez environ 20% à avoir en argent comptant, à garder dans deux ou trois endroits différents dont (eh oui!) dans la fameuse pochette ventrale où il y aura aussi le passeport et la carte de crédit. La balance des sous aura été déposée en avance sur la carte de crédit, recommande ce spécialiste. Bien sûr, elles doivent avertir leur émetteur de carte de crédit avant le départ. Conseillez à vos filles d'apporter leurs cartes de guichet, à utiliser en dernier recours. 

L'argent comptant peut être changé, du canadien en bolivano, sur place. S'il vous reste de l'argent de votre dernier voyage à Cape Cod, c'est le moment de faire un beau cadeau à votre fille. Quelques dollars américains peuvent être un bon dépanneur, si elles atterrissent tard à La Paz et ne trouvent pas de bureau de change qui accepte les dollars canadiens.

Une dernière chose: les assurances voyage. Les jeunes, comme les moins jeunes, partent souvent en voyage mal assurés. 

Lisez cet article de ma collègue Stéphanie Morin, pour en savoir plus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer