Coachs de vie: arnaque ou outil?

De plus en plus de personnes font appel aux services de coachs pour... (ILLUSTRATION LA PRESSE)

Agrandir

ILLUSTRATION LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De plus en plus de personnes font appel aux services de coachs pour atteindre des objectifs professionnels et personnels. Qui sont ces coachs? Quels services offrent-ils exactement? Devons-nous nous en méfier? La Presse brosse le portrait de cette profession.

Certains vous proposeront de frapper sur des tam-tam pour libérer vos émotions négatives, mais d'autres vous conseilleront plutôt des trucs simples et concrets pour résoudre vos problèmes. La profession de coach de vie peut susciter le respect, mais elle est aussi souvent remise en question, en raison surtout d'un manque d'uniformité dans la pratique et du nombre croissant de gens qui s'autoproclament coachs. 

Mais qu'est-ce que le coaching? «C'est une offre de services qui vise le développement de ressources, d'habiletés ou de talents pour permettre de meilleures réalisations personnelles ou professionnelles», dit Christine Grou, présidente de l'Ordre des psychologues du Québec.

La définition vaut tant pour le coaching d'affaires que pour le coaching de vie, explique Mme Grou. Elle précise toutefois que les personnes aux prises avec la détresse ou la souffrance ne doivent jamais consulter un coach, mais bien un psychologue ou un psychothérapeute.

«En coaching, les gens arrivent avec un problème x. Par exemple, une personne peut se demander: "Devrais-je déménager?" C'est une question simple et on ne passera pas 10 ans là-dessus. En quelques séances, elle aura sa réponse», dit pour sa part la coach de vie Louise Côté, qui a travaillé auprès de 150 personnes, l'année dernière.

«Ma job est de t'emmener là où tu me dis que tu veux aller, poursuit-elle. Je suis préparée et j'ai mes outils pour y arriver. Si tu veux juste jaser, appelle ta meilleure amie. Moi, je suis coach.»

Guillaume Leroutier, directeur du Centre québécois de programmation neurolinguistique (CQPNL), confirme que les coachs ne sont pas là «pour réparer le passé ». «Les gens choisissent des objectifs simples comme: "Devrais-je oser quitter mon emploi?" "Comment puis-je devenir un meilleur parent?" "Comment mieux gérer mon temps?"», explique-t-il.

Il ajoute que normalement, un coaching dure de 5 à 15 séances, d'une heure à deux heures chacune.

Recherchées: lettres de noblesse

Le coaching n'a pas d'ordre professionnel et la classification nationale des professions du Canada ne reconnaît pas ce métier. Autrement dit, toute personne peut s'approprier le titre de coach de vie.

Doit-on s'en inquiéter ? Dans le milieu, on reconnaît la nécessité de poser des balises. «Je suis devenu président de la Fédération internationale des coachs Québec [ICF Québec], parce que je trouve qu'il y a trop de gens qui s'improvisent coachs. Cette profession a besoin d'obtenir ses lettres de noblesse», dit Michel Nadeau, coach de vie.

Comme l'explique Christine Grou, le problème avec l'étiquette de coach est qu'il ne s'agit pas d'un titre réservé. 

«Ça peut être quelqu'un de formé et de compétent, mais ça peut aussi être n'importe qui. [...] Le public n'a pas de protection. Il faut donc être prudent.»

Pour illustrer la problématique qui entoure le coaching, elle compare cette profession à la pratique de la psychothérapie avant 2012. «Avant la loi 21, il y avait tout et n'importe quoi. Ma tante Louise au bout de la rue pouvait recevoir des gens dans son salon sans formation ni qualifications.» Il faut maintenant être titulaire d'un permis délivré par l'Ordre des psychologues du Québec pour pratiquer la psychothérapie.

«Je ne veux pas lancer le message que les coachs de vie ne sont pas compétents. Je crois que la plupart le sont», dit-elle.

Pour ne pas tomber entre les mains d'un coach aux techniques douteuses ou sans compétence, Mme Grou suggère d'en choisir un qui est membre d'une association professionnelle. Au Québec, il y en a deux: ICF Québec et la Société internationale des coachs en programmation neurolinguistique (SICPNL).

Michel Nadeau abonde dans son sens. «Ça apporte une certaine garantie. Un membre de l'ICF ou de la SICPNL a des compétences, une éthique et il doit suivre notre code déontologique. Le public est donc protégé, puisque s'il y a une plainte, une enquête est faite et l'association peut radier la personne fautive.» Dans la dernière année à ICF Québec, il affirme que trois plaintes ont été déposées, dont les résultats sont confidentiels.

Coachs marginaux

Reste que ce ne sont pas tous les coachs qui souhaitent faire partie de l'une des associations professionnelles. Et rien ne les y oblige.

«Je ne suis ni pour ni contre, mais ça fait 25 ans que je fais ça toute seule de mon bord. Un jour, je me suis réveillée et j'ai sursauté en réalisant qu'il y en avait d'autres!», dit en riant Sylvie Bergeron, la conjointe du chef du Parti québécois Jean-François Lisée.

Elle a créé sa propre formation, qui s'intitule «Le créateur», et il est possible de la suivre en ligne, ce que La Presse a fait en partie. Grâce à des vidéos, des cahiers d'exercices et des instructeurs à notre disposition, les clients sont invités à suivre les trois niveaux de la formation: conscience psychologique, conscience psychique et conscience mentale.

«Soyez assuré qu'en suivant la progression intégralement, vous allez créer à l'intérieur de vous des révolutions intérieures indispensables à l'émergence de ce que vous êtes de plus grand, le créateur. Cet espace-temps qui est le créateur est la seule force qui vous permettra d'agir avec une volonté réelle sur les événements de votre vie», déclare la conceptrice de cette formation, dans une des vidéos.

«J'ai développé ça sur 30 ans cette formation-là. [...] J'ai étudié en littérature, j'étais rivée sur l'existentialisme. Après ça, j'ai étudié Albert Einstein, aussi le côté énergétique, le côté respiration, et j'ai fait une fusion de tout ça. Et en fin de compte, j'ai décidé de devenir coach. Je sais que je suis à contre-courant, ou plutôt en parallèle, de ce qui se fait», dit Sylvie Bergeron.

Bref, dans cette profession, les approches sont nombreuses. Les coachs de vie aussi. Il faut être sélectif dans le choix d'un coach et ne pas oublier qu'un coaching n'est pas une psychothérapie.

«Une définition que j'aime bien est qu'il s'agit de la thérapie des gens bien portants», résume Guillaume Leroutier

De plus en plus de personnes font appel aux services... (ILLUSTRATION LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

ILLUSTRATION LA PRESSE

Comment choisir un coach de vie?

Il est préférable de se préparer avant de s'engager dans un coaching de vie. Des coachs expérimentés donnent quelques conseils.

Association professionnelle

«Vous voulez un coach, mais vous ne savez pas par où commencer? Premièrement, j'irais sur le site web d'ICF Québec ou du Centre québécois de PNL. Dans les deux cas, vous allez trouver de bons coachs certifiés», propose la coach Louise Côté. Reste que beaucoup d'entre eux ne sont pas membres de ces deux associations professionnelles, dont Louise Lambert: «Par choix, je ne le suis pas. J'ai déjà été membre d'ICF Québec, mais puisque je ne voyais pas de valeur ajoutée, je me suis retirée», explique-t-elle.

La formation

Plusieurs écoles offrent des programmes pour devenir coach personnel ou professionnel. Par exemple, pour être certifié coach au CQPNL, il faut dépenser 12 920 $ et suivre une formation de 1000 heures. Parmi ces établissements, quelques-uns sont reconnus par les deux associations professionnelles du Québec: ICF Québec et la Société internationale des coachs en programmation neurolinguistique (SICPNL). Marianne Gagnon, présidente de la SICPNL, est d'avis qu'il est primordial de choisir un coach formé. «Les entreprises vont prendre le temps de regarder l'expérience et la formation du coach, alors que monsieur et madame Tout-le-Monde ne vont malheureusement pas toujours regarder ça avant de choisir.»

Les techniques utilisées

Les approches ou techniques utilisées varient d'un coach à l'autre, mais généralement, il s'agit de rencontre individuelle, dans un bureau privé ou même par téléphone ou par Skype. Marianne Gagnon, la présidente SICPNL, résume: «Je ferais un parallèle avec la massothérapie, dont il y a plusieurs approches: massage suédois, massage thaïlandais et autres. Il y a une offre et le client choisit selon ses demandes.» Par exemple, les coachs pratiquant la PNL favorisent une approche orientée vers les solutions et l'action. Il y a aussi des professionnels qui utilisent l'hypnose, la communication non violente, l'approche orientée vers les solutions, etc. Un même coach peut utiliser plusieurs techniques.

La durée d'un coaching

Selon l'approche du coach et les objectifs fixés, le nombre de séances va varier pour chaque personne. Mais d'après l'étude «2016 ICF Global Coaching», 71 % des coachings durent moins d'un an. Dominique Barbès cite l'exemple d'un jeune homme qui souhaitait progresser au sein de son entreprise: «Il était raide au travail et pas apprécié de ses collègues, et il n'y arrivait donc pas. En quatre ou cinq séances d'une heure et demie, il a compris l'importance de l'ouverture envers ses collègues et nous avons mis fin au coaching.» La coach Louise Lambert préconise plutôt une approche lente, qui dure normalement de 3 à 12 mois «parce que l'humain n'est pas une machine. On peut apprendre quelque chose, mais il faut aussi l'intégrer», dit-elle.

Le prix

Selon l'étude «2016 ICF Global Coaching», une heure de coaching de vie coûte en moyenne 120 $. Les régimes d'assurances ne remboursent pas ce type d'intervention, mais certains coachs délivrent des reçus de naturopathe ou naturothérapeute, puisqu'ils sont membres d'associations de naturopathie comme RITMA.

De plus en plus de personnes font appel aux services... (ILLUSTRATION LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

ILLUSTRATION LA PRESSE

Ceci n'est pas un coach de vie

Dans les locaux du Saut Quantique à Joliette, des phrases positives du type «Osez vos émotions» sont affichées aux murs. Le public s'y présente pour suivre des ateliers, des formations ou obtenir des consultations privées ou en groupe. La croissance personnelle, le dépassement de soi et le bien-être sont au coeur des conversations.

À quelques jours de l'Halloween, une centaine de personnes s'entassent dans une des salles lumineuses et aérées. Dans quelques instants, Christine Michaud montera sur la petite scène pour aborder les thèmes de son plus récent ouvrage Mon projet bonheur.

La conférencière et auteure vient à peine de prendre la parole qu'elle précise: «Je ne suis pas psychologue, thérapeute ou coach. Je ne suis rien de tout ça. Je suis une ancienne chroniqueuse littéraire [Salut bonjour week-end, Ma liste à moi] [...] et j'en ai lu, des livres! J'ai tellement appris de choses qui m'ont servi dans ma vie que j'ai maintenant à coeur de les retransmettre. Je ne suis pas une "gouroune". Je ne veux même pas inspirer les autres. Je veux juste partager», explique-t-elle à l'assistance attentive, majoritairement des femmes de plus de 40 ans.

Pendant une heure et demie, cette communicatrice résume «Mon projet bonheur», un programme de 12 semaines qu'elle a conçu lors de ses études à l'Université Harvard, où elle vient de terminer un certificat en psychologie positive avec le réputé professeur Tal Ben-Shahar.

Depuis une décennie, Christine Michaud donne des conférences dans la province, notamment sur la thématique du bonheur. «J'en donne une trentaine par année», explique-t-elle en entrevue, quelques jours après la conférence à Joliette.

Son travail est bien différent de celui d'un coach de vie, même si le public ne le différencie pas toujours: «Donner une consultation d'une heure, en privé, ce serait un gros stress pour moi. L'humain est tellement complexe, et sans formation, j'aurais peur. [...] Je transmets ce que j'ai appris, mais je n'ai pas la méthode. Ça pourrait être dangereux, si je faisais ça.»

La femme de 45 ans poursuit: «Une conférence, c'est une amorce. Ça peut te faire allumer sur quelque chose. C'est une étincelle qui te poussera un peu vers l'avant. [...] Ce que nous offrons, ce n'est pas de l'accompagnement individuel. Lorsque nous donnons une conférence, nous ne connaissons pas la vie des gens devant nous», explique la résidante de Québec.

«Aux gens qui se demandent vers quel service se tourner, je répondrais que ça dépend de ce dont vous avez besoin. Si c'est pour vous donner un "coup de pep", je crois qu'une conférence peut vous aider. Pour une approche individuelle, un coach est à propos. Mais si vous avez une problématique plus importante à régler, un psychologue ou un thérapeute serait peut-être mieux pour vous», conclut Christine Michaud.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer