La lente disparition des écoles unisexes

Le nombre d'écoles non mixtes a beaucoup diminué... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Le nombre d'écoles non mixtes a beaucoup diminué ces quinze dernières années au Québec, selon Égide Royer, spécialiste en adaptation scolaire.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est la saison des visites d'écoles secondaires. Mais vous l'aurez sans doute remarqué, plusieurs établissements ont bien changé avec les années: fini le temps où Brébeuf n'accueillait que les garçons, les Ursulines, uniquement les filles. De plus en plus, les écoles prennent le virage de la mixité. Une tendance qui ne fait pas l'unanimité.

Une première en 160 ans au collège Villa Maria

Après Regina Assumpta et les Ursulines, voilà que le collège Villa Maria a ouvert ses portes aux garçons cette année. Depuis la rentrée, une soixantaine d'entre eux se sont joints au millier de filles de cet établissement bilingue fondé il y a plus de 160 ans.

La nouvelle, annoncée il y a deux ans, n'a toutefois pas fait l'unanimité. Sur les réseaux sociaux, plusieurs ex- Villamariennes (comme disent les intimes) ont vivement exprimé leur désaccord, empreint de nostalgie. « C'était une des dernières écoles de filles », se désole encore Isabelle Landry-Larue, qui y a fait son secondaire au tournant des années 90.

« Entre filles, on pouvait tout faire. Il n'y avait pas de "je ne serai pas capable" ou "il est plus fort que moi", poursuit la jeune mère. Et moi, je me disais que mes filles vivraient la même chose. » Elle a du coup inscrit sa fille à la Villa Sainte-Marcelline, une des rares écoles secondaires à être encore réservée aux filles. Même le collège Saint-Maurice, à Saint-Hyacinthe, vient d'annoncer sa mixité pour la prochaine rentrée.

Sur le terrain, les avis sont divisés. Si la poignée de garçons rencontrés dans la cafétéria de l'école Villa Maria (entourés de filles) semblent plutôt heureux (« c'est plus merveilleux que d'avoir juste des garçons ! »), du côté des filles, on est plus nuancé.

« C'est triste, parce que c'était une tradition. »

- Commentaire d'une élève de Villa Maria au sujet de l'arrivée des garçons entre les murs de l'établissement

« On était une famille », « en même temps, à un moment donné, toutes les écoles vont être mixtes », « ça va être moins un choc culturel en arrivant au cégep », disent-elles. Mais toujours, ce nostalgique constat : « On est plus à l'aise entre filles. »

LA NON-MIXITÉ, UN « MYTHE PÉDAGOGIQUE »

Reste que la tendance lourde, au Québec, est clairement vers la mixité. « Il y a eu une diminution importante du nombre d'écoles non mixtes depuis les 10-15 dernières années », confirme Égide Royer, spécialiste en adaptation scolaire. Et la raison est toute simple. Si on a longtemps cru que la non-mixité pouvait avoir un intérêt en termes de motivation, de persévérance et de résultats (tout particulièrement chez les garçons), les dernières recherches infirment ces « mythes pédagogiques », explique le professeur de l'Université Laval.

Une méta-analyse publiée il y a deux ans dans le Psychological Bulletin de l'American Psychological Association (« la revue la plus exigeante au monde »), s'appuyant sur 184 études, 1,6 million d'élèves et 21 pays, est sans équivoque : que ce soit pour la réussite scolaire, l'estime de soi ou les aspirations professionnelles, les écoles non mixtes n'offrent pas la moindre plus-value. « Il y a zéro effet », résume Égide Royer, la référence au Québec en matière de réussite scolaire.

« L'avis, dans le métier, c'est que s'il n'y a pas de plus-value, mieux vaut alors avoir des écoles communautaires qui rassemblent tous les jeunes. »

- Égide Royer, professeur en adaptation scolaire de l'Université Laval

S'il n'y a pas d'intérêt pédagogique, pourquoi certaines familles continuent-elles, coûte que coûte, à préférer des écoles non mixtes ? « C'est la qualité de l'éducation qui va faire la différence », répond le professeur.

Geneviève Boisvert a fait une maîtrise sur la question à l'UQTR, et c'est précisément la conclusion à laquelle elle est arrivée. Son hypothèse reposait sur une idée largement répandue : en regroupant les garçons, peut-être seraient-ils davantage motivés à travailler ? Mais après observation et enquête auprès de classes non mixtes, elle a nuancé sa position. « Je me suis rendu compte qu'il ne suffit pas de mettre les garçons dans une même classe pour que la magie opère », dit-elle. Ce qui fait la différence, bien souvent, c'est l'enseignant et la qualité du programme.

C'est d'ailleurs ce qui ressort de tous les témoignages de parents recueillis pour ce reportage. « Ce n'est pas tant une école non mixte qu'on voulait qu'une école où mon fils serait bien », témoigne une mère au sujet de Brébeuf, où filles et garçons demeurent dans deux pavillons distinct. « J'ai beaucoup aimé l'école, mais je regrette presque qu'elle soit non mixte », rajoute un père, au sujet du pensionnat du Saint-Nom-de-Marie.

NOUVELLE RÉALITÉ

Du côté de Villa Maria, la direction avoue ne pas avoir fait de « grande réflexion » pédagogique sur la question. « Je ne suis pas une experte là-dedans. J'ai choisi de ne pas aller là. Les écoles de pensée sont partagées, mais on n'a pas voulu se lancer dans cette grande réflexion », résume la directrice Marie Anna Bacchi, en entrevue. 

Si l'établissement s'est ouvert à la mixité, c'est tout simplement une question d'occasions favorables. « La démographie est à la baisse, dit-elle, et nous avons ici accès à un plus grand bassin d'élèves. Il y a de plus en plus d'écoles mixtes. Et cela représente aussi beaucoup plus la réalité du XXIe siècle », fait-elle valoir.

Faut-il le rappeler ? L'éducation mixte est aussi ancrée dans notre réalité.

« On vit dans un monde mixte ! »

- Wiliam Bukowski, professeur de psychologie de l'Université Concordia

Le professeur qualifie aussi les prétentions pédagogiques de la non-mixité de « complètement loufoques » (« cuckoo »). « Cela va complètement à l'encontre de tout ce que l'on sait sur les différences de genre et l'apprentissage cognitif, rappelle-t-il. Les similarités dépassent tellement de loin les minuscules différences. » Surtout, il y a bien plus de différences entre les gars qu'entre les gars et les filles, nuance-t-il.

Selon lui, il faut aussi prendre en compte la notion d'égalité. « C'est une question d'égalité des chances, dit-il. Les écoles de garçons ont longtemps été des écoles de l'élite, où l'on formait les politiciens. Limiter l'accès des filles, c'est limiter leurs opportunités. » Mais il y a plus. C'est aussi une question de bien vivre en société. Et cela, ça s'apprend. « Or, apprendre à fonctionner avec tous les membres d'une société, ça ne peut pas se faire dans un environnement non mixte », tranche-t-il.

Des écoles secondaires privées devenues mixtes

  • 1966 - collège de L'Assomption (L'Assomption)
  • 1968 - collège Jean-Eudes (Montréal)
  • 1970 - collège Saint-Sacrement (Terrebonne)
  • 1972 - collège Saint-Paul (Varennes)
  • 1986 - collège Marcellin-Champagnat (Saint-Jean-sur-Richelieu)
  • 1992 - collège Esther-Blondin (Lanaudière)
  • 1996 - Regina Assumpta (Montréal), Notre-Dame-de-Lourdes (Rive-Sud), collège Laval (Laval)
  • 1997 - collège de Montréal (Montréal)
  • 2010 - école des Ursulines (Québec)
  • 2013 - collège Jean-de-Brébeuf
  • 2016 - collège Villa Maria

Source : Fédération des établissements d'enseignement privés

UNE ÉCOLE DE GARÇONS QUI NE CHANGERA PAS

S'il reste encore une poignée d'écoles de filles au Québec, la plupart des écoles de garçons ont pris le virage de la mixité. Toutes ? Le collège du Mont-Sainte-Anne, à Sherbrooke, résiste encore et toujours. Et s'il faut en croire sa directrice, il n'est pas près de changer.

« Nous sommes la seule école secondaire francophone pour garçons uniquement, de toute la Fédération des établissements d'enseignement privés, déclare Nathalie Marceau, directrice générale. Et ce n'est vraiment pas dans nos plans d'ouvrir aux filles. »

Pourquoi ? L'opinion de la directrice de ce petit collège de 275 garçons est claire : « Parce qu'on a besoin, actuellement, de pédagogie adaptée aux garçons. Et nous, on a essayé de développer quelque chose de particulier pour eux. »

Évidemment, la directrice est bien consciente que son avis ne fait pas l'unanimité. Si, du côté anglophone, il existe encore quelques écoles de garçons (Selwyn House et Loyola), chez les francophones, toutes les écoles secondaires privées ont ouvert leurs portes aux filles. Chacune à son rythme : le collège Jean-Eudes dès 1968, Brébeuf en 2013 seulement (dans un pavillon séparé).

« Oui, il y a peut-être un mouvement d'ouverture vers une double clientèle, mais nous, au collège du Mont-Sainte-Anne, on y croit beaucoup [à la non-mixité]. Et on voit les résultats au quotidien. »

- Nathalie Marceau, directrice générale

Elle explique avoir conçu une pédagogie dite « différenciée ». Un exemple ? En littérature, le choix des romans va être fait pour « plaire à la clientèle » et « couvrir ses champs d'intérêt ». En histoire ? Au lieu de traiter d'abord des questions sociales, on privilégie l'angle « plus politique, plus militaire », dit-elle, « parce que les gars ont un intérêt plus marqué pour le stratégique ».

« On leur fait vivre beaucoup d'expériences, de la manipulation, du concret. C'est important. Et ils embarquent mieux dans les projets ! » Pour comprendre la guerre des tranchées, par exemple, les élèves ont grimpé une colline à la course, munis d'un sac à dos et d'un masque à gaz. « C'est plus facile de faire des activités qui vont plaire à une clientèle plus homogène », résume-t-elle.

En prime, les garçons sont plus à l'aise entre eux, pour tout ce qui est exposé oral et art dramatique, « sans regard féminin qui pourrait peut-être les juger ».

A-t-elle l'impression d'aller à contre-courant ? « Ou plutôt d'être en avant ? Ce ne sont pas tous les garçons qui sont faits pour la non-mixité, concède-t-elle. Mais il y a un besoin pour des écoles de toutes les variétés. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer