Nues, enceintes et photographiées

En 1991, la photographie de Demi Moore nue et enceinte à la une du Vanity... (PHOTO FOURNIE PAR LA PHOTOGRAPHE SONIA JAM)

Agrandir

PHOTO FOURNIE PAR LA PHOTOGRAPHE SONIA JAM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En 1991, la photographie de Demi Moore nue et enceinte à la une du Vanity Fair a fait le tour du monde. De nos jours, les futures mères n'hésitent pas à publier les clichés de leur ventre rebondi en tenue d'Ève sur Facebook. Faut-il immortaliser ce moment éphémère ? Pourquoi ?

Demi Moore en couverture de Vanity Fair... (IMAGE TIRÉE DE VANITY FAIR) - image 2.0

Agrandir

Demi Moore en couverture de Vanity Fair

IMAGE TIRÉE DE VANITY FAIR

Jessica Simpson en couverture du magazine Elle... (IMAGE TIRÉE DU ELLE) - image 2.1

Agrandir

Jessica Simpson en couverture du magazine Elle

IMAGE TIRÉE DU ELLE

Une célébration de la vie

Demi Moore a fait scandale il y a 25 ans avec la photo d'elle nue sur la une du Vanity Fair, un cliché pris par la célèbre photographe Annie Leibovitz. Si cette photo a marqué les esprits, elle a aussi ouvert la voie à une nouvelle tendance, celle des photographies de femmes enceintes dénudées.

« Ça a créé une vraie révolution dans le monde de la maternité et toutes les femmes voulaient avoir les mêmes photos que Demi Moore ! lance la photographe Martine Doucet, qui estime qu'il y a une vraie demande pour ce type de photos. Il n'y a rien de sexuel là-dedans, au contraire, c'est beau et assez pudique, elle cache ses seins avec une main et elle prend son ventre de l'autre. » 

Bien des années plus tard, d'autres vedettes ont posé nues de la même façon : Claudia Schiffer, Monica Bellucci, Britney Spears et Jessica Simpson n'ont pas hésité à imiter Demi Moore.

Martine Doucet s'estime privilégiée de pouvoir immortaliser ces moments uniques. 

« Dans un contexte intime, dans la chambre à coucher, avec un éclairage naturel, ce sont de belles photos et on sent une plénitude chez la future mère », juge Martine Doucet.

Elle-même s'est fait photographier nue enceinte, car elle voulait conserver des images de cette période éphémère.

AU-DELÀ DE LA GÊNE

Les femmes sont de plus en nombreuses à vouloir garder un souvenir de leur grossesse. Elles souhaitent se montrer dans toute leur splendeur avec leur ventre bien rebondi. Est-ce le seul moment de leur vie où elles poseront nues devant un photographe ?

« Certainement », répond sans hésiter Sonia Jam, première photographe spécialisée dans les clichés de femmes enceintes au Québec. Elle en a réalisé plus de 3000 depuis 1997.

« C'est en prenant en photo ma belle-soeur enceinte que j'ai eu le déclic, explique-t-elle. Ça m'a frappée, tout était d'une incroyable beauté ! Autant lorsqu'elle regardait son ventre que la lumière et le regard de son conjoint. C'était de l'amour à l'infini, j'en étais très émue et j'en ai fait mon métier. On fait bien des photos de mariage, pourquoi ne pas faire des photos de femmes enceintes ? »

Selon son expérience, les femmes sont souvent gênées de se déshabiller. « Vous ne feriez pas ça si vous n'étiez pas enceinte ! Faites-le pour le bébé, dit Sonia Jam aux femmes qu'elle photographie. Je les oblige à se mettre nues, car c'est plus esthétique qu'en sous-vêtements, et en plus, ça va traverser le temps. » Ces clichés laissent place à toute l'intimité et à la symbiose entre les mères et leur bébé, croit-elle. 

« C'est la célébration de la vie. Leur peau, leur corps... c'est beau et d'une grande simplicité. Certaines photos sont d'ailleurs en ombre chinoise », mentionne Sonia Jam.

Les hommes participent souvent à la séance photo en mettant leurs mains sur le ventre, tout comme les enfants (futur grand frère ou future grande soeur). Ces derniers donnent alors un petit baiser sur le ventre de leur mère. Ce sont des moments tendres que les familles souhaitent immortaliser.

AFFICHER OU NE PAS AFFICHER ?

Lyne Ste-Marie, blogueuse et ancienne mannequin, a fait une séance de photos avec un ami photographe lorsqu'elle était enceinte d'environ sept ou huit mois. « C'était un peu inespéré, car je suis tombée enceinte à 37 ans, raconte-t-elle. J'étais enchantée, mais surtout, je ne me suis jamais trouvée aussi belle dans ma vie qu'enceinte ! Je me sentais radieuse et je voulais garder un souvenir de ce grand moment de bonheur. » Elle n'a pas montré ses photos et ne les a pas affichées chez elle.

De son côté, Natalie Richard a affiché ses photos dans sa chambre à coucher et dans celle du bébé pendant quelques années. « J'étais très contente de me voir enceinte, surtout que je n'ai eu qu'un seul enfant. Ma fille a 14 ans aujourd'hui et aime bien ces photos où elle est dans le ventre de sa mère. C'est vraiment un beau souvenir », dit-elle.

Ce ne sont pas toutes les femmes qui souhaitent exposer leurs clichés. « Tout dépend de la photo, indique Sonia Jam. Par exemple, celles où il y a le papa et les autres enfants de la famille, on a envie de les partager. Mais les nues, c'est plus intime. Aujourd'hui, avec le numérique, les gens n'impriment plus les photos, alors quand on arrive avec une photo agrandie encadrée prête à mettre sur le mur, les gens les exposent. »

UN BEAU SOUVENIR

Peu de femmes de plus de 40 ans ont des souvenirs de leur mère quand elle était enceinte, car on ne montrait pas le ventre. « Moi-même, je n'ai pas de photo de ma mère lorsque j'étais dans son ventre, mais j'aurais bien voulu voir ça, affirme Sonia Jam. C'est ce que je propose aux femmes d'aujourd'hui. C'est un temps d'arrêt pour prendre conscience qu'il y a un bébé qui va arriver. Il y a un petit rituel, certaines vont se faire maquiller et coiffer, ça leur fait du bien, c'est un pur moment de bonheur. »

Sonia Jam croit qu'il y a quelque chose de très personnel dans la prise de ces photos et que les femmes le font pour elles. Une fois qu'elles ont accouché, les nouvelles mères reviennent pour prendre des photos avec leur enfant et, très souvent, se font poser en train d'allaiter.

En 1991, la photographie de Demi... (PHOTO FOURNIE PAR LA PHOTOGRAPHE SONIA JAM) - image 3.0

Agrandir

PHOTO FOURNIE PAR LA PHOTOGRAPHE SONIA JAM

Pourquoi immortaliser cette période?

Nous avons demandé à la sexologue Jocelyne Robert d'analyser cette tendance. Pour elle, il y a quelque chose chez la femme enceinte qui relève de la divinité et qu'il faut immortaliser.

BIEN-ÊTRE

« Ce désir de se faire photographier de cette façon est lié à un bien-être qui correspond au septième mois de grossesse. On est dans cette ferveur et dans ce grand bien-être. Il y a quelque chose dans la grossesse qui fait qu'on se sent unique. La femme enceinte se sent le nombril du monde, c'est un moment qu'on a envie d'immortaliser. C'est le summum du sentiment de puissance. »

NARCISSISME

« C'est la célébration de la fécondité, de la déesse mère, on veut montrer cette toute-puissance, d'où le narcissisme. Je dirais aussi que la grossesse est un moment très érotique, mais un érotisme de sensualité et de narcissisme. C'est aussi une manière de célébrer la virilité du père, de glorifier sa puissance. »

SYMBIOSE

« C'est le moment d'immortaliser la symbiose qu'on vit avec son bébé. Il y a le ventre, mais il y a les seins aussi, les seins parfois gigantesques ! Des seins de nourrice ! La femme enceinte est dans une bulle avec elle-même, et avec son bébé. C'est phénoménal, la grossesse, et c'est exceptionnel dans la vie d'une femme, surtout aujourd'hui où beaucoup de femmes n'ont qu'un seul enfant. »

BEAUTÉ DIVINE

« Comment puis-je être aussi belle ! L'oestrogène fait en sorte qu'on a une peau très satinée et ça se voit. Il y a quelque chose qui relève du divin qu'il faut capter et qu'il faut immortaliser. Et si la femme a le bonheur d'être avec un partenaire qui lui renvoie cette image, qui la vénère et qui s'émerveille, elle se sentira encore plus belle. Ce regard de l'autre amplifie ce sentiment de divinité. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer