• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Société 
  • > Les clichés «réfugié chic» d'un photographe de mode hongrois ne passent pas 

Les clichés «réfugié chic» d'un photographe de mode hongrois ne passent pas

Les réseaux sociaux s'étaient déchaînés, sitôt les photos... (Photo tirée de Twitter)

Agrandir

Les réseaux sociaux s'étaient déchaînés, sitôt les photos diffusées, en reprochant à Norbert Baksa de faire preuve de mauvais goût et d'esthétiser la détresse dans laquelle se trouvent les migrants qui fuient la guerre ou le dénuement pour gagner l'Europe de l'Ouest.

Photo tirée de Twitter

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent, alors que depuis le début de l'année des centaines de milliers de personnes ont tenté de traverser la Méditerranée pour trouver refuge dans l'«Eldorado européen», plusieurs y laissant leur vie. Un nombre de réfugiés poussé à la hausse notamment par la guerre syrienne et l'établissement du «califat» de l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BUDAPEST

Un photographe hongrois avait imaginé une série glamour de clichés de mode inspirés du thème des migrants: l'ire provoquée sur les réseaux sociaux l'a conduit, jeudi, à battre en retraite et à retirer de son site la série de photos.

Un photographe hongrois avait imaginé une série glamour... (Photo tirée de Twitter) - image 1.0

Agrandir

Photo tirée de Twitter

Pauses sensuelles du mannequin devant un barrage de barbelés, téléphone de luxe à la main, selfie de la même jeune femme légèrement vêtue -mais la tête couverte d'un foulard- sur fond des mêmes barbelés, mise en scène d'une altercation entre le mannequin et un policier, la série de photos du Hongrois Norbert Baksa avait pour titre: Der Migrant.

Après avoir publié ces clichés sur son site mardi, celui qui se présente comme «un photographe professionnel indépendant» avec vingt ans d'expérience dans la mode, a fini par les retirer jeudi, «compte tenu des nombreux retours négatifs» de ceux qui «considèrent ces photos comme insultantes».

Les réseaux sociaux s'étaient déchaînés, sitôt les photos diffusées, en reprochant à Norbert Baksa de faire preuve de mauvais goût et d'esthétiser la détresse dans laquelle se trouvent les migrants qui fuient la guerre ou le dénuement pour gagner l'Europe de l'Ouest.

Le photographe dans un message sur Twitter expliquant le retrait de ses photos affirme qu'elles avaient pour but d'aider à «penser la situation via des angles différents».

Interrogé plus tôt par l'AFP, il avait estimé les informations de la presse sur la question des migrants «incomplètes ou biaisées vers l'une ou vers l'autre direction». «La situation est très ambigüe et nous avons voulu représenter cette dualité: quelqu'un qui est misérable, mais en même temps très joli, et qui en dépit de sa situation possède des vêtements de bonne qualité et un téléphone intelligent», avait-il ajouté, se défendant d'avoir voulu blesser quiconque.

L'hostilité du gouvernement hongrois de Viktor Orban au transit des migrants sur son territoire a été critiquée par certains responsables européens et par l'ONU, notamment après le durcissement de plusieurs lois sur l'immigration et l'installation d'une clôture avec la Serbie, tandis qu'une autre avec la Croatie est en cours de construction.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer