Le mini «mariage-boom» prend fin

Si le mariage est moins fréquent que par... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Si le mariage est moins fréquent que par le passé, il est aussi plus tardif.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après un regain d'intérêt, le mariage a recommencé à perdre des plumes  au Québec. Les plus récentes données de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) démontrent que la récente popularité des mariages célébrés par des personnes désignées n'arrive plus à contrebalancer le recul des unions célébrées à l'église.

Une courbe qui monte et redescend

200221 986
200321 145
200421 279
200522 244
200621 956
200722 147
200822 053
200922 588
201023 199
201122 903
201223 504
201323 181
201422 410

Le nombre de mariages célébrés au Québec a chuté de 3,3% en 2014, pour s'établir à 22 410. Ce recul vient ainsi marquer la fin d'un regain d'intérêt pour les unions observé de 2009 à 2013. Ce mini «mariage-boom» avait suivi le creux historique du début du millénaire. En 2003, on avait en effet relevé à peine 21 145 mariages. On est loin du nombre record de mariages obtenu en 1972, avec 54 000 unions célébrées. Pourtant, le Québec comptait à l'époque seulement 6,1 millions d'habitants, contre 8,2 millions aujourd'hui.

Nette diminution au fil des décennies

27 %
Signe de la baisse de popularité du mariage, seulement un peu plus du quart des hommes se marient désormais avant leur 50e anniversaire, selon les données de l'ISQ. Ce chiffre représente une nette diminution par rapport au début des années 70, où pas moins de 90% des hommes s'étaient mariés au moins une fois à cet âge. La proportion de femmes qui se sont mariées avant leur 50e anniversaire est légèrement plus élevée, à 30%. Cet écart pourrait s'expliquer par le fait que les femmes ont tendance à se marier plus jeunes que les hommes. «C'est très peu. Ça montre qu'il y a une tendance à ce qu'il y ait moins de mariages», observe Anne Binette Charbonneau, démographe à l'ISQ.

L'âge moyen des mariés se stabilise

19712014
Hommes25,533,0
Femmes23,531,6

En hausse depuis plus de 40 ans, l'âge moyen des mariés s'est stabilisé en 2014, selon les données de l'ISQ. Depuis 1971, les conjoints font leurs voeux de plus en plus tard, la moyenne d'âge des hommes ayant augmenté de 7,5 ans durant cette période et de 8,1 ans chez les femmes. Du coup, l'écart d'âge qui était de 2 ans s'est ainsi réduit à 1,4 année. Les chercheurs constatent que le mariage «n'est plus un préalable au début de la vie à deux et à la formation de la famille». Ils ignorent pour le moment si la stabilisation de la moyenne d'âge des mariés sera durable ou s'il s'agit simplement d'une pause.

Le mariage religieux en perte de vitesse

45 %
Les mariages religieux ont continué leur rapide perte de popularité. À peine 45% des unions célébrées en 2014 l'ont été par un ministre du culte, toutes confessions confondues. Cette chute est observée depuis 2002, quand le gouvernement a autorisé les personnes désignées à célébrer les mariages. Ces célébrants ont officié dans 23% des unions l'an dernier. Un premier coup avait été porté au mariage religieux à la fin des années 60, quand les mariages civils ont été autorisés. Après avoir reculé pendant 20 ans, le nombre de mariages religieux s'était stabilisé à 70% au début des années 90.

Baisse de popularité chez les gais

2,6 %
Le mariage gai n'a pas échappé à cette baisse de popularité. Le nombre d'unions entre conjoints de même sexe a reculé en 2014, pour s'établir à 578. Les mariages gais représentent ainsi 2,6% de tous les mariages célébrés, une part stable depuis 2004, année depuis laquelle les conjoints de même sexe peuvent se marier.

Et les unions civiles?

1 %
Les travaux de l'ISQ démontrent que les unions civiles continuent à être peu populaires: elles représentent à peine 1% des unions de conjoints. Paradoxalement, elles ont été instaurées en 2002 pour permettre aux gens de même sexe de s'unir, mais elles sont aujourd'hui davantage utilisées par les conjoints de sexe opposé. En 2014, 203 couples de sexe opposé ont opté pour l'union civile, contre seulement 36 couples de même sexe. Cette baisse n'est pas étrangère à la décision du Québec en 2004 de permettre aux conjoints de même sexe de se marier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer