La moralité, liée aux émotions dans le cerveau

La moralité est liée aux émotions ressenties, dans le cerveau, montrent les... (Photo: Photothèque La Presse)

Agrandir

Photo: Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

RelaxNews

La moralité est liée aux émotions ressenties, dans le cerveau, montrent les recherches de neuroscientifiques du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de l'University of Southern California (USC), publiées le 25 mars dans la revue Neuron.

«Nous déconstruisons peu à peu la structure de la moralité», explique Liane Young, auteur principal de l'étude, chercheuse au MIT. «Nous ne sommes pas les premiers à montrer que les émotions comptent en matière de moralité, mais là, c'est un regard plus précis sur le rôle des émotions.»

Les chercheurs ont étudié neuf personnes dont le cortex préfrontal ventromédian, la partie du cerveau qui régule les émotions, était abîmé.

Les patients victimes de traumatismes cérébraux dus à des tumeurs ou des anévrismes n'ont pas la capacité de ressentir «empathie ou embarras, mais ils ont une capacité de raisonnement, ou d'autres fonctions cognitives, parfaitement intacte», décrit Liane Young.

Chacun des neuf participants était confronté à 24 scénarios hypothétiques qui associaient des conséquences négatives intentionnelles et accidentelles. Les résultats montrent que ces patients «peuvent comprendre ce que les gens pensent et leurs intentions, mais ils ne répondent tout simplement pas émotionnellement à cette information», poursuit Liane Young. «Ils peuvent lire quelque chose sur une tentative de meurtre, et la trouver acceptable moralement, parce qu'aucun mal n'a été fait.»

Les chercheurs concluent que les jugements moraux nécessitent à la fois une réponse émotionnelle et une «évaluation de l'intention» raisonnable.

Liane Young espère élargir l'étude à d'autres scénarios hypothétiques personnels pour mesurer la réponse lorsque la situation présente une menace personnelle. La chercheuse souhaiterait aussi mener une nouvelle étude auprès de personnes touchées au cortex préfrontal ventromédian à un jeune âge, pour savoir si les réponses sont similaires à celles des patients atteints récemment.

Etude complète (en anglais): http://www.cell.com/neuron/abstract/S0896-6273%2810%2900172-8




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer