Le sextage aurait des vertus

L'étude d'Emily Stasko, étudiante au doctorat de l'Université... (Photo Cristina Quicler, Agence France-Presse)

Agrandir

L'étude d'Emily Stasko, étudiante au doctorat de l'Université Drexel à Philadelphie, pourrait offrir de nouvelles pistes aux thérapies conjugales.

Photo Cristina Quicler, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Envoyer des messages textes et des photos de nature sexuelle peut être bénéfique pour un couple, selon une nouvelle étude américaine dévoilée dimanche au congrès annuel de l'Association américaine de psychologie, à Toronto.

« Les adultes qui échangent avec leur amoureux des textos ou des photos avec leur téléphone portable ont généralement une relation plus satisfaisante », explique Emily Stasko, étudiante au doctorat de l'Université Drexel à Philadelphie.

«Je pense que cette technique pourrait être utilisée dans les thérapies conjugales, pour raviver la communication sexuelle.»

Emily Stasko,
étudiante au doctorat de l'Université Drexel à Philadelphie

Mme Stasko a engagé 870 cobayes par le truchement du site Mechanical Turks, qui permet de donner des petits contrats (les cobayes étaient rémunérés pour répondre au questionnaire). Leur âge médian était de 35 ans et ils étaient un peu plus éduqués et blancs que la moyenne de la population américaine de cet âge. La prévalence du sextage (sexting), dont la définition englobait autant les messages osés que les photos de nus, était légèrement plus élevée que dans d'autres études antérieures sur des populations universitaires : 90 % des cobayes s'y étaient déjà prêtés, et 80 % dans la dernière année. Les sexteurs les plus avides avaient plus d'une centaine de messages à leur actif.

EFFET DÉSINHIBANT

La psychologue de Pennsylvanie s'intéresse pour son doctorat aux indices de la santé et de la satisfaction sexuelles. « Je suis tombée sur un article s'inquiétant du sexting chez les adolescents et me suis demandé ce qu'il en était chez les adultes. Pour les ados, il est évident qu'il y a une dimension légale, de pornographie juvénile. Il peut aussi y avoir des comportements à risque et de la coercition associés à la précocité. Mais les adultes sont majeurs et vaccinés. »

Mme Stasko a aussi noté que les cobayes qui rapportaient avoir déjà envoyé des sextos à reculons avaient des relations amoureuses moins bonnes. « Il serait intéressant de savoir si la relation était déjà insatisfaisante, ou si c'est le sexto contraint qui a aggravé les choses », dit-elle.

Elle veut aussi faire une analyse séparée pour les images, et idéalement suivre un groupe pendant plusieurs années pour pouvoir déterminer un lien de cause à effet entre sextos et satisfaction et stabilité de la relation amoureuse. « La communication sexuelle est étroitement liée à la satisfaction amoureuse, dit Mme Stasko. Les couples qui ont de la difficulté à communiquer leurs désirs ont souvent davantage de problèmes, qu'ils soient déclarés ou non. Communiquer ces désirs par le truchement d'un portable peut avoir un effet désinhibant. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer