• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Sexualité 
  • > É.-U.: feu vert d'experts de la FDA pour vendre un «Viagra» féminin 

É.-U.: feu vert d'experts de la FDA pour vendre un «Viagra» féminin

Le Flibanserin, destiné aux femmes non ménopausées, produit... (Photo Allen G. Breed, archives AP)

Agrandir

Le Flibanserin, destiné aux femmes non ménopausées, produit des effets secondaires non négligeables comme des nausées, des étourdissements et de la somnolence.

Photo Allen G. Breed, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

Un comité consultatif d'experts a recommandé jeudi à l'Agence américaine des médicaments (FDA) d'autoriser la commercialisation du premier «Viagra» féminin, le Flibanserin, mais sous conditions à cause de certains risques.

La FDA, qui a déjà refusé à deux reprises de donner son feu vert à ce médicament, n'est pas tenue de suivre les recommandations de ce comité d'experts, mais les entérine le plus souvent.

Les experts ont voté par 18 voix contre six pour autoriser la vente de ce médicament, à condition que son fabricant Sprout Pharmaceuticals mette en place des procédures pour s'assurer que les utilisatrices soient pleinement conscientes de ses risques comme la somnolence, les évanouissements et les chutes de tension artérielle.

Cette recommandation en faveur du Flibanserin intervient après des mois de pression intensive du fabricant de ce traitement, destiné aux femmes non ménopausées souffrant d'une baisse du désir sexuel.

Le Flibanserin avait suscité une polémique, différents groupes féministes s'affrontant à coup de pétitions.

L'une de ces pétitions, lancée par le groupe Even the Score, accusait la FDA de sexisme en rejetant l'approbation à deux reprises du Flibanserin, rappelant que le Viagra est commercialisé depuis 1998 pour soigner les dysfonctionnements sexuels masculins.

La FDA a vigoureusement rejeté ces accusations.

Parmi les opposantes à ce Viagra pour femmes, la «New View Campaign» menée par la psychologue et thérapeute Leonore Tiefer de l'Université de New York accuse les groupes pharmaceutiques de «médicaliser le sexe» pour gagner de l'argent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer