Noma posera ses casseroles à Sydney en janvier 2016

Le chef René Redzepi emmène avec lui toute... (Photo Marie-Claude Lortie, archives La Presse)

Agrandir

Le chef René Redzepi emmène avec lui toute son équipe, mais la carte sera entièrement recomposée en fonction des produits locaux.

Photo Marie-Claude Lortie, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SYDNEY

Après Tokyo, le restaurant danois Noma, parmi les meilleures tables du monde, s'installera pour quelques semaines à Sydney début 2016, a annoncé le chef René Redzepi sur son site internet.

Élu meilleur restaurant du monde en 2010, 2011, 2012 et 2014 par le magazine britannique Restaurant, Noma a été détrôné cette année par l'établissement espagnol El Celler de Can Roca, déjà sacré en 2013.

Noma ouvrira en janvier pour dix semaines dans le quartier huppé de Barangaroo à Sydney. «L'Australie m'a toujours attiré. Ses villes géniales, ses habitants généreux et évidemment son soleil», a indiqué René Redzepi, qui a fondé le restaurant en 2003.

Le chef emmène avec lui toute son équipe, mais la carte sera entièrement recomposée en fonction des produits locaux.

«Quand nous nous installons quelque part, nous emmenons toute l'équipe, du plongeur au gérant, notre famille de travail, mais aussi nos conjoints et nos enfants. En revanche, nous laissons nos ingrédients à Copenhague», a-t-il expliqué.

Noma, dont le nom est la contraction de «Ny Nordiska Mad», qui signifie «Nouvelle nourriture nordique», propose des plats locaux comme le skyr caillé (spécialité laitière islandaise), le boeuf musqué du Groenland ou encore des pétoncles servis avec des céréales.

Noma s'était installé à Tokyo entre janvier et février de cette année.

Outre El Celler et Noma, le titre de meilleur restaurant du monde décerné par Restaurant a été attribué depuis sa création en 2002 à l'espagnol El Bulli de Ferran Adria (fermé depuis fin 2011) à cinq reprises (2002, 2006, 2007, 2008, 2009), au Californien The French Laundry de Thomas Keller (2003 et 2004) et au Britannique Fat Duck de Heston Blumenthal (2005).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer