Maquillage: l'année du contour

Le contouring, une technique de maquillage vieille comme... (Photo Lionel Cironneau, archives AP)

Agrandir

Le contouring, une technique de maquillage vieille comme le monde a été ressuscitée par la vedette de téléréalité Kim Kardashian et ses maquilleurs à coups de clichés publiés sur Instagram.

Photo Lionel Cironneau, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie Lambert-Chan

Collaboration spéciale

La Presse

Technique consistant à sculpter le visage grâce à un jeu d'ombre et de lumière, le contouring est l'une des grandes tendances beauté de 2015. Poussée à l'extrême, la méthode réussit à métamorphoser n'importe quel visage sans passer sous le bistouri. Un phénomène qui divise les maquilleurs.

Des pommettes ciselées, une mâchoire bien découpée, un nez fin, un front légèrement bombé, un menton parfaitement modelé: voilà les promesses du contouring, une technique de maquillage vieille comme le monde ressuscitée par la vedette de téléréalité Kim Kardashian et ses maquilleurs à coups de clichés publiés sur Instagram.

Il n'en fallait pas plus pour que les entreprises de cosmétiques et les youtubeuses beauté reprennent à leur compte cette méthode qui joue avec les ombres et les lumières à l'aide de fonds de teint foncés et clairs pour créer l'illusion d'un faciès répondant aux standards de beauté. Les fards et les pinceaux étiquetés «contouring» ont inondé le marché, et les tutoriels se multiplient sur le web. Si bien que la chaîne de magasins de parfums et de cosmétiques Sephora a désigné 2015 «l'année du contour».

Le phénomène a toutefois pris une tournure pour le moins extrême. Des jeunes femmes, déjà fort mignonnes au naturel, se métamorphosent complètement, exhibant sans gêne leur transformation aux allures de peinture de guerre: triangles blancs sous les yeux, larges traits marron à la racine des cheveux, sous les pommettes et sur la ligne de la mâchoire, nez bariolé de brun et d'ivoire... Tout cela finit par être savamment estompé. N'empêche, plusieurs ressentent un malaise devant ces visages en forme de pochoir, à commencer par des artistes maquilleurs de renom.

En mars dernier, l'artiste maquilleuse Pati Dubroff, qui fait la mise en beauté de Charlize Theron, Julianne Moore, Gwyneth Paltrow et Naomi Watts, a dénoncé les effets pervers du contouring extrême sur Instagram. «Jamais je n'étoufferai la peau de cette façon ou ne concevrai une telle créature masquée», a-t-elle écrit en appuyant son commentaire d'une photo d'une femme au visage découpé par d'épaisses couches de fond de teint. Son cri du coeur lui a valu autant d'applaudissements que de messages haineux.

Dans une entrevue accordée en mai au site Style.com, Bobbi Brown, artiste maquilleuse réputée et fondatrice de la marque Bobbi Brown Cosmetics, a avoué détester le contouring qui «consiste à montrer ce qui cloche dans votre visage».

Le maquilleur professionnel Bruno Rhéaume, notamment connu pour travailler avec Véronique Cloutier, est du même avis: «Le contouring, tel que pratiqué présentement, envoie un mauvais message aux femmes, se désole-t-il. C'est comme si on leur disait que leur visage ne sera jamais assez bien. Au contraire, on devrait amener les femmes à s'accepter telles qu'elles sont.»

«Certaines en abusent au point d'être méconnaissables, observe pour sa part Sophie Bastien, directrice de l'Agence Sophie B. et artiste maquilleuse. Elles ne savent plus où s'arrêter et n'ont plus de distance face à l'image que leur renvoie leur miroir. Elles en viennent à perdre leur véritable visage. Or, le but du maquillage n'est pas de transformer une personne, mais de rehausser sa beauté.»

Lou Swinden Payne, artiste maquilleuse membre de l'équipe Sephora PRO au Canada, semble prendre les critiques à l'égard du contouring avec un grain de sel. «Qu'est-ce que l'on considère comme exagéré dans le maquillage? demande-t-elle. Ce qui plaît à l'une ne plaira pas à l'autre. Chacun a sa définition de ce qu'est la beauté du maquillage. Que ce soit un contouring complet, un smoky eye de fou ou un rouge à lèvres criard, le maquillage devrait toujours vous permettre de vous exprimer librement.»

Pas toutes des adeptes

Paradoxalement, la popularité du contouring ne semble pas avoir franchi les frontières du web, du moins pas au Québec. Bruno Rhéaume reçoit régulièrement des femmes en consultation privée, et rares sont celles qui lui demandent un look à la Kim Kardashian. «Elles ont peu de temps à accorder à leur maquillage, environ 5 à 10 minutes chaque matin, signale-t-il. Elles aspirent à un maquillage facile à l'aspect naturel, tout le contraire du contouring comme on le voit sur les réseaux sociaux qui, à mon avis, doit prendre au moins 15 minutes à exécuter, sinon plus.»

En effet, même pratiqué de façon subtile et élégante, le contouring reste une technique complexe qui s'insère mal dans une routine beauté matinale. La preuve: les individus qui étudient le maquillage à l'école du Studio Caroline Théoret ont besoin de plusieurs cours avant de maîtriser cet art. «Il ne s'agit pas de mettre du brun à gauche et à droite, rappelle Caroline Théoret, maquilleuse professionnelle et propriétaire du studio. Si c'est mal fait, c'est désastreux.» L'attrait pour le contouring est aussi divisé chez ses clientes: «Environ 60 % en veulent, note-t-elle. Chez certaines, on ne le conseille pas. Une belle d'Ivory au teint lumineux et sans cernes n'a pas besoin de contouring. »

Philosophe, Bruno Rhéaume rappelle que le contouring extrême n'est qu'une tendance et que, par conséquent, sa durée de vie est éphémère. Déjà, certains affirment que le contouring est du passé. Le strobing serait maintenant en vogue. Ce qu'on appelle «l'effet boule miroir» oblitère la technique de l'ombrage propre au contouring pour ne miser que sur la lumière: on applique par petites touches un illuminateur sur les zones éclairées du visage, soit les pommettes, l'arête du nez, le centre du front et l'arc de Cupidon. Plus simple que le contouring, mais à utiliser avec modération!

Conseils de pros

Faire un contouring sans transformer son visage en peinture à numéros, c'est possible. Il suffit de suivre les conseils de nos experts.

Estomper, estomper, estomper!

Il arrive aux plus grands maquilleurs de passer un peu vite sur cette étape cruciale du contouring. Kim Kardashian elle-même a été photographiée au printemps à Paris, le nez paré d'une longue ligne de fard brun. Alors, qu'on se le dise: la plus grande qualité d'un contouring est d'être invisible. Autrement, bonjour le masque de clown! «Fondre les produits au doigt après leur application aidera à estomper les couleurs et à créer l'illusion d'un visage parfaitement équilibré», conseille Sophie Bastien. Pour la touche finale, on rehausse l'avant de la pommette d'un fard rosé ou corail pour réchauffer le teint.

Ne pas se fier au web

Les photos et les tutoriels «avant/après» de contouring qui circulent sur le web sont impressionnants, mais n'en demeurent pas moins une illusion. La déception sera au rendez-vous pour celles qui tentent de les copier. «Il faut toujours en prendre et en laisser, rappelle Caroline Théoret. On ne sait pas dans quel contexte les photos ont été faites. Y a-t-il eu du Photoshop? Quel genre d'éclairage a-t-on utilisé? J'ai déjà fait des contrats de photo où le maquillage apparaissait hyper naturel sur papier, mais en réalité, la femme était lourdement maquillée. Tout ça en raison d'un éclairage intense!»

Respecter la morphologie du visage

Ovale, rond, carré, en coeur: à chaque forme de visage son contouring! «Il ne faut pas reproduire de façon mécanique ce qu'on voit sur internet, sans quoi on peut massacrer un visage au lieu de l'embellir, met en garde Sophie Bastien. Il faut suivre sa morphologie. Par exemple, dans mon cas, j'ai une mâchoire un peu fuyante. Pour corriger ce trait, j'applique une touche de lumière sur l'os de ma mâchoire et un peu d'ombre sur mon menton. En revanche, une personne qui souhaite camoufler un double menton ne pourra utiliser la même technique.» Dans le doute, on consulte un maquilleur professionnel.

Bien soigner la peau

Un beau maquillage nécessite une peau en santé. Malheureusement, bien des femmes procèdent à rebours. «Elles se disent: "Peu importe si j'ai une mauvaise peau, j'ai des produits pour tout corriger", déplore Bruno Rhéaume. Au contraire, il faut d'abord visiter l'esthéticienne, consulter le dermatologue, s'il le faut, et bien nettoyer l'épiderme avant d'y appliquer des cosmétiques. »

Utiliser les bons produits

Sophie Bastien choisit avec soin les produits qu'elle utilise afin qu'ils se marient à la perfection à l'épiderme. «J'aime les crèmes à la texture très aérienne, car elles se fondent dans la peau au lieu de s'y superposer, dit-elle. Leur couleur doit être assez neutre et mate pour bien s'adapter à la carnation du teint.» Et pas besoin d'une kyrielle de produits. Nos experts travaillent avec deux produits, pas plus: un fond de teint foncé et un illuminateur.

Maquiller avec parcimonie

Un joli contouring n'exige pas de vider la moitié du flacon de fond de teint. Au contraire, il faut procéder par petites touches qu'on prendra soin de dégrader. «Selon moi, le maquillage est réussi quand on voit le grain de la peau», croit Sophie Bastien. On y va aussi mollo sur les traits foncés et clairs. «Il faut éviter de dessiner des traits trop prononcés, comme creuser une joue en suivant la courbe jusqu'à la racine des cheveux», déclare Sophie Bastien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer