• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode > 
  • Beauté 
  • > Extrait de raisin contre bave d'escargot: polémique cosmétique autour d'une publicité 

Extrait de raisin contre bave d'escargot: polémique cosmétique autour d'une publicité

Le clip est intitulé «Stop recette miracle» et... (Photo tirée d'une vidéo)

Agrandir

Le clip est intitulé «Stop recette miracle» et dit être «inspiré de faits réels».

Photo tirée d'une vidéo

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LA ROCHELLE

Une petite entreprise de cosmétiques de La Rochelle, qui mise sur les vertus de la bave d'escargot, a officiellement demandé jeudi à la marque Caudalie (produits à base d'extraits de vigne et de raisin), de retirer une publicité tournant selon elle en ridicule ses clientes et l'usage des gastéropodes dans les produits de beauté.

Emmanuelle Taulet, fondatrice de la marque de cosmétiques «Jeanne M.», a annoncé à un correspondant de l'AFP avoir mandaté un huissier de justice pour remettre à Caudalie «une sommation de retrait immédiat de sa récente publicité publiée en français, espagnol, anglais et en portugais».

Mis en ligne depuis quelques jours par Caudalie sur son site et différents supports internet (YouTube, Facebook, etc.), le clip en question est intitulé «Stop recette miracle» et dit être «inspiré de faits réels». Il montre des femmes cherchant à «se débarrasser de taches cutanées» en s'appliquant des escargots sur le visage, un «masque aux oignons», une mixture à base de perles réduites en poudre ou encore en se plongeant la figure dans un bouquet de fleurs.

La vidéo se termine en vantant les mérites d'un «sérum» de Caudalie, présenté comme «la vraie solution contre les taches».

Emmanuelle Taulet juge que cette publicité, vue selon elle près de 300 000 fois sur la page Facebook de Caudalie, dénigre le principe actif que sa marque utilise dans ses produits depuis sa création en 2011, la bave d'escargot, et qu'elle est insultante pour les clientes qui les utilisent.

Avant une éventuelle action en justice, Mme Taulet a donc adressé «une lettre ouverte à la fondatrice de Caudalie, Mathilde Thomas».

Dans cette lettre, elle écrit notamment: «Dans votre spot, vous ne citez pas de marques, mais des actifs, donc implicitement les marques qui les utilisent, et ce sans prouver leur inefficacité». Cela revient à «instrumentaliser, ridiculiser les clients qui utilisent ces actifs», estime la chef d'entreprise rochelaise.

Dans sa réponse, Mme Thomas explique que «ces petits films ou saynètes, ont été réalisés (...) avec l'idée d'aborder le problème des taches cutanées sur un ton volontairement différent, complice, dédramatisant et surtout humoristique». Et elle se défend d'avoir voulu viser la marque Jeanne M. ou ses produits à base de bave d'escargot.

Pour ses cosmétiques, la marque Caudalie vante quant à elle les mérites de différentes substances végétales, en particulier celles issues de la vigne, comme «l'eau de raisin» ou «la Vinolevure». Son site internet présente ainsi «le Resvératrol de sarments de vigne» comme «une révolution anti-âge» et «la Viniférine de sève de vigne» comme «la molécule naturelle la plus efficace contre les taches».

La réponse de Mathilde Thomas n'a toutefois pas convaincu Mme Taulet. «Un huissier de justice que j'ai mandaté va remettre à la succursale de Caudalie International à Paris la sommation de retirer sa publicité et les teasers», a-t-elle déclaré à l'AFP.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer