En quête d'authenticité

Une création de la collection printemps-été de Chloé.... (PHOTO AFP)

Agrandir

Une création de la collection printemps-été de Chloé.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Confortable ou féminine? C'est la question que pose la journaliste française Valérie de Saint-Pierre dans un article paru le 8 avril dernier dans le magazine Madame Figaro. La tyrannie de l'esthétique est-elle terminée? Il semble que les femmes privilégient désormais le confort des «sneakers» plutôt que des talons, préfèrent les coupes plus amples et les pulls surdimensionnés.

On le voit autant dans les défilés de mode des grands designers que dans les rues ou dans les boutiques. Ce printemps, les pantalons sont larges, les t-shirts sont très amples, les robes sont légères, mais ne collent pas à la peau, le talon est plat et les «sneakers», toujours autant d'actualité. Les femmes aiment le confort et elles le montrent sans aucune gêne. «Les valeurs ont changé, il y a une quête d'authenticité, c'est la clé de cette mode qui émerge», pense Mariette Julien, sociologue de la mode et professeure à l'École supérieure de mode de l'Université du Québec à Montréal. Il y a derrière cette mode une philosophie et un véritable mode de vie auxquels on adhère. 

«Les gens sont actifs, on se rend au travail en bicyclette ou à pied, il faut porter une tenue pratique, plus casual», pense Mariette Julien, sociologue de la mode et professeure à l'École supérieure de mode de l'Université du Québec à Montréal.

Selon la styliste Louise Labrecque, on est véritablement dans l'ère du bien-être, on prend soin de soi, on mange bio, on fait du yoga, on est zen, alors le vêtement suit les tendances de la société. «On s'habille clairement de manière plus relâchée et plus cool qu'avant. Quand on regarde les créations des designers très sportwear ou quand on lit les blogueuses qui ont de l'influence, on voit que tous prônent le confort, mais attention, ce n'est pas toujours facile à porter. Les pantalons larges ou les jupes-culottes raccourcissent la silhouette», précise la styliste. «Je suis moi-même beaucoup plus décontractée dans mon allure qu'il y a 10 ou 15 ans», observe Louise Labrecque.

Mariette Julien pense aussi qu'il y a une volonté de moins consommer. À travers cette tendance du confort, il y a cette idée d'acheter des choses qu'on peut porter au quotidien, en toutes occasions. «On tient toutes sortes de rôles dans une journée, et notre tenue répond à nos besoins. Pourquoi une mode devient-elle populaire ? Parce qu'elle répond à une attitude et un mode de vie.» Elle estime qu'il y a une volonté d'avoir l'air le plus naturelle possible, même en ce qui concerne les cosmétiques: «On crée l'illusion d'un naturel qui est magnifié.»

Influence sportive

Le styliste Jean-Pierre Desnoyers pense aussi que la mode sportive va prendre de plus en plus de place, car les gens sont dynamiques et très actifs. Le succès des marques comme Löle ou Lululemon en est la preuve. «Il y a des complets de bureau en denim qui sont faits pour les hommes qui font du vélo! À l'intérieur du bas de pantalon, il y a une bande réfléchissante pour la nuit et le veston est hydrofuge! Tout s'adapte à cette nouvelle vie active», explique-t-il.

Pour cet observateur de la mode, le confort est une question de style avant tout. La mode comporte des cycles, et on assiste en ce moment au retour des années 90. «Les camisoles et pantalons larges, le tissu mou, les épaulettes... il y a des cycles et on n'y échappe pas. Kanye West crée des collections unisexes sans structure, des t-shirts larges et des cotons ouatés...», donne-t-il en exemple.

«On vient de quitter le skinny et l'ultra-moulant pour aller à l'opposé, comme dans toutes les tendances», souligne Jean-Pierre Desnoyers, styliste.

Il fait remarquer que le legging est un vêtement très confortable tout comme le jean skinny, qui peut être comme une seconde peau, même si ce sont des vêtements moulants. Il remarque que les gens dépensent moins qu'avant dans leurs vêtements et qu'ils achètent mieux.

Sabrina Barilà est la créatrice de La Montréalaise atelier. Elle privilégie les vêtements pratiques et confortables: t-shirts, cotons ouatés et robes t-shirt en lin. 

«Pour moi, c'est très important d'être confortable. Tu dégages un vrai sentiment de bien-être quand tu es bien dans tes vêtements, ça se voit. Les coupes de nos vêtements sont amples et les matières sont douces», dit-elle.

Confort au féminin

Confort se conjugue-t-il avec féminité? «La féminité a toujours été associée à la femme fatale. La pin-up alimente notre imaginaire depuis plus de 100 ans, on peut se demander pourquoi on se dirige vers un autre modèle d'idéal très différent», s'interroge la sociologue de la mode Mariette Julien.

Coco Chanel, à son époque, a révolutionné la mode en faisant porter le pantalon aux femmes et en s'inspirant de vêtements de sport chics. Ses créations étaient d'une grande simplicité et les tenues, très pratiques. «Gabrielle Chanel était très mal vue, elle visait le confort des femmes avec des lignes très épurées et des cardigans en jersey très masculins. Même la petite robe noire a fait scandale, car elle effaçait les courbes du corps féminin», explique Mariette Julien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer