Des maillots pour la nouvelle saison

SHAN, modèle Adèle, haut 215$, bas, 110$.... (PHOTO FOURNIE PAR SHAN)

Agrandir

SHAN, modèle Adèle, haut 215$, bas, 110$.

PHOTO FOURNIE PAR SHAN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En attente de la nouvelle saison? Nous vous proposons de rêver au retour du soleil avec une sélection toute québécoise de maillots de bain.

Le renouveau de Bikini Village

Un an après avoir été racheté par La Vie en rose, Bikini Village a une nouvelle signature visuelle et un nouveau design prévu pour ses 47 boutiques. Le logo est désormais épuré et modernisé, tout comme les magasins qui, au cours des trois prochaines années, seront entièrement rénovés. 

L'entreprise souhaite mettre en valeur le service, l'expérience de magasinage et des maillots de bain « tendance » pour toutes les silhouettes, tous les styles, pour les femmes et les hommes. Avec, en plus, un site web transactionnel.

« J'aime les défis ! C'était la quatrième fois que je tentais d'acheter Bikini Village !, s'exclame François Roberge président et directeur général de La Vie en rose. Je suis déjà dans la lingerie, alors les maillots de bain, c'est un complément intéressant pour faire grandir le groupe. »

Selon lui, le renouveau de l'entreprise, fondée en 1978, était une question de survie. « Le logo datait de 40 ans et depuis 2011, l'entreprise perdait 40 % de son chiffre d'affaires, il fallait rebâtir de façon différente, que ce soit repositionner les marques, travailler sur le service et l'expérience. Il ne reste plus qu'à séduire la clientèle », dit François Roberge. Le nouveau concept de Bikini Village verra le jour à la fin mai avec la rénovation de la boutique des galeries d'Anjou, puis au magasin au centre commercial d'Alberta, le West Edmonton Mall en juin.

Pour séduire les consommateurs, Bikini Village vise quatre grands types de clients. Tout d'abord, la femme « sportive », celle qui part en vacances faire du surf, par exemple ; la femme « contemporaine », avec une offre de maillots et d'accessoires plus classiques ; la femme « luxueuse », celle qui part par exemple en croisière dans les îles grecques et qui s'offrira des maillots plus haut de gamme et sophistiqués. Il ne faut pas oublier les hommes, un marché qui représente environ 20 % du chiffre d'affaires de Bikini Village où on retrouvera des modèles américains et européens. L'offre des boutiques se multiplie avec un choix de marques variées, dont Kenneth Cole, Body Glove, Lolë, Ralph Lauren, Billabong, Jessica Simpson, Gottex et Rip Curl.

«On offre des marques et des lignes que vous ne retrouverez pas ailleurs, c'est ce qui va faire notre force. Ce que les gens aiment, c'est d'être unique.»

François Roberge
Président et directeur général de Bikini Village
Maillot une pièce Kenneth Cole, 160$, Bikini Village.... (PHOTO FOURNIE PAR BIKINI VILLAGE) - image 4.0

Agrandir

Maillot une pièce Kenneth Cole, 160$, Bikini Village.

PHOTO FOURNIE PAR BIKINI VILLAGE

« On ne veut pas arriver sur la plage ou à la piscine et avoir le même maillot que les autres, d'où l'importance d'offrir de nombreuses marques étrangères et des lignes exclusives qui vont donner une identité à Bikini Village », ajoute François Roberge.

Il y a deux occasions seulement dans l'année où les gens recherchent un maillot de bain : l'hiver, pour un voyage dans le Sud, et l'été, pour les vacances estivales. « Il faut que la femme sorte avec un ou plusieurs maillots de bain ! Les ventes multiples en janvier sont plus faciles à faire, car quand on passe une ou deux semaines dans le Sud, c'est bien d'avoir plusieurs maillots de bain ! », constate François Roberge.

La particularité de la cliente québécoise ? « Elle aime être à la mode, suivre les tendances, elle veut être belle et fière dans son maillot de bain et n'aura pas peur de dépenser. Le maillot deux pièces est le celui qui se vend le mieux. Les plus âgées vont peut-être favoriser le maillot une pièce ou le tankini, qui couvre le ventre. »

François Roberge souhaite prendre le temps de bien faire les choses, mais ne cache pas ses ambitions. « Mon objectif final c'est d'aller à l'international, car il y a un immense potentiel, encore plus dans les pays où l'été est présente 12 mois par année comme Dubaï, l'Amérique du Sud et centrale, les Caraïbes... On part tous en vacances et on porte tous des maillots de bain ! », conclut-il.

SHAN, modèle Adèle, haut 215$, bas, 110$.... (PHOTO FOURNIE PAR SHAN) - image 5.0

Agrandir

SHAN, modèle Adèle, haut 215$, bas, 110$.

PHOTO FOURNIE PAR SHAN

Des créations québécoises

SHAN est une marque établie depuis 30 ans, mais il y a aussi de jeunes designers qui créent de jolis maillots de bain comme June Swimwear et Mimi Hammer. Aperçu.

SHAN

Chantal Lévesque célèbre les 30 ans de sa marque SHAN cette année. Les maillots de bain et accessoires SHAN se retrouvent dans plus de 30 pays et comptent 600 points de vente en plus des huit boutiques de la marque.

June Swimwear, Haut Fred Winter Flowers, 64,99$, bas... (PHOTO FOURNIE PAR JUNE SWIMWEAR) - image 6.0

Agrandir

June Swimwear, Haut Fred Winter Flowers, 64,99$, bas 61,99$.

PHOTO FOURNIE PAR JUNE SWIMWEAR

June Swimwear

Depuis 2010, Julie M. Dumais alias « June » crée des maillots de bains dans son atelier de Montréal. Des maillots de bain à l'allure sportive et féminine, qui sont fabriqués au Québec. « Notre cible est vraiment la jeune femme active qui a entre 18 et 35-40 ans. Nos maillots sont conçus pour résister aux sports extrêmes, par exemple pour les femmes qui pratiquent le surf et le kitesurf », explique la créatrice.

Mimi Hammer, haut 62$, bas taille haute, 60$.... (PHOTO FOURNIE PAR MIMI HAMMER) - image 7.0

Agrandir

Mimi Hammer, haut 62$, bas taille haute, 60$.

PHOTO FOURNIE PAR MIMI HAMMER

Mimi Hammer

Mimi Hammer est une marque montréalaise de maillots de bain (et de vêtements) féminins et originaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer