• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode 
  • > Fashion Week de Milan: la virilité est aussi dans la sensibilité 

Fashion Week de Milan: la virilité est aussi dans la sensibilité

Les mannequins masculins ont présenté la collection de... (PHOTO AFP)

Agrandir

Les mannequins masculins ont présenté la collection de Fendi.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laure Brumont
Agence France-Presse
Milan

L'homme vu lundi, au troisième jour des défilés des collections de prêt-à-porter masculin pour l'hiver à Milan, affiche à la fois sa sensibilité, sa proximité virile avec la nature et son besoin de confort, comme chez Gucci, Etro ou Emporio Armani.

Emporio Armani: Pour sa ligne sport, Giorgio Armani a voulu une «garde-robe en accélération», où la technologie de la «génération numérique» insuffle «dynamisme, innovation et performance» au répertoire masculin. En combinaison de ski argentée, casqué, les mains gantées de cuir, l'homme Armani s'apprête à dévaler les pistes noires, avant de retourner à des occupations plus urbaines, piochant dans des tenues confortables usant de toutes les teintes de gris possible, un grand sac dans le dos. Des carrés, sortes de cadres pour photos, ponctuent presque chaque vêtement et de grosses écharpes en mode doudoune protègent le fragile cou.

Gucci: Alessandro Michele, dont c'est la première collection hivernale masculine pour la maison florentine, a de nouveau étalé sa sensibilité et son amour de la nature, avec de délicats papillons en fil conducteur du défilé, dans l'écrin rouge passion d'un entrepôt de l'ancienne douane de Milan. Imprimés fleuris, pyjamas de ville en soie tombant sur des sneakers fourrés, casquettes hautes et gros bonnets brodés des hauts plateaux péruviens, manteaux en brocard ornés de phoenix ou de nounours, tee-shirts à imprimé Snoopy et cape griffée «l'amour est aveugle»: l'enfance n'est pas loin, le vêtement doit avant tout être un cocon où on se love, un endroit rassurant où il fait bon se réfugier.

Etro: «Run boy run, this world is not made for you (...) You'll be a man boy ! But for now it's time to run» (Cours petit cours, ce monde n'est pas fait pour toi... Tu deviendras un homme, petit, mais pour l'instant, c'est le moment de courir) chante Woodkid pendant le défilé de la collection dessinée par Kean Etro, auteur d'un court-métrage intitulé «State of Nature», dont le thème est «tout ce qui est bon est libre et à l'état sauvage». La nature «vibrante et spontanée» est source éternelle d'inspiration. De jeunes hommes rêveurs la traversent dans un esprit romantique et radical, dans une «atmosphère de réflexion, mais aussi de puissance». Les mannequins portent des vestes à brandebourgs, des pulls à grosses côtes et à haut col roulé, des blazers à paillettes, dans des couleurs fortes: bleu roi, vermillon, vert sapin, chocolat. Du cachemire, du tweed, du jacquard et des motifs léopard ou tigre, pour un homme «à la force animale». À noter une très intéressante veste courte à queue de pie, à un seul bouton devant et coupée derrière dans cette collection qui revient aux sources de cette maison familiale fondée en 1968.

Ermanno Scervino: Beaucoup de gris également pour la maison florentine, qui utilise pour ses silhouettes très viriles de beaux tissus et des coupes impeccables. Du cuir, du noir, de larges rayures blanches et noires et des messages disséminées ça et là: «wild» (sauvage), «heroes» (héros) et des têtes de mort.

Fendi: Dans une collection dédiée aux ateliers fourrure de la marque, Silvia Venturini Fendi a mis du poil partout, jusque sur le catwalk. Les homme, tels des trappeurs chic, portent des robes de chambre à long poil, les vestes en peau retournée sont partout, et aux pieds, des mules poilues sont autant de pattes de yéti, en provenance directe du Tibet. En surimpression, des bulles comme celles utilisées sur Whatsapp, à l'intérieur desquelles est écrite la marque romaine, pour souligner la connectivité accrue de la fashionsphère. Par petites touches, du jaune safran et du rouge, du bleu pétrole et des gros carreaux écossais. Une collection très chaude, très luxe.

La Fashion Week milanaise se clôturera mardi matin, avec les défilés de Dsquared2, Giorgio Armani et Dirk Bikkembergs, avant que le monde de la mode ne se déplace à Paris.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer