• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode 
  • > La Semaine de la mode de Londres monte sur le ring 

La Semaine de la mode de Londres monte sur le ring

Les mannequins du défilé des créateurs de la... (Photo NEIL HALL, Reuters)

Agrandir

Les mannequins du défilé des créateurs de la marque Sibling, samedi, à Londres.

Photo NEIL HALL, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Un homme en jupe peut-il être viril? Le duo de créateurs Sibling a répondu samedi par l'affirmative avec une collection audacieuse inspirée par l'univers de la boxe et les années 80, au deuxième jour de la Semaine de la mode de Londres.

Organisé au sous-sol de la Victoria House, imposant bâtiment néogothique au coeur de la capitale britannique, le défilé démarre sur un remix du tube de Queen Another One Bites the Dust, qui donne le ton: la collection sera punchy et enlevée.

Le duo britannique imagine les hommes en «combattants», avec d'épais manteaux en laine à capuche ornés de médailles, directement inspirés par les peignoirs que portent les boxeurs avant un combat.

Les punching-bags? Sibling en fait des sacs de voyage, et transforme en mitaines les bandes utilisées dans les arts martiaux pour protéger les poignets.

La palette de couleur, dominée par le bleu roi et le carmin, est elle directement tirée de la pochette d'un disque de Grace Jones, a expliqué à l'AFP Cozette McCreery, une des créatrices de Sibling.

«L'autre personne qui a eu une énorme influence (sur la collection), a-t-elle ajouté, c'est (Jean-Michel) Basquiat», star de l'art contemporain mort en 1988, dont on retrouve le style graffiti sur les motifs des manteaux.

S'affranchir des diktats

La collection invite également les hommes à s'affranchir des diktats vestimentaires en portant de longues jupes portefeuille, rehaussées, là encore, de médailles.

«Nous aimons les jambes», a dit Cozette McCreery. «Et en tant que femme, je serais ravie si les hommes montraient davantage leurs jambes».

Plus tôt dans la journée, Astrid Andersen avait proposé une garde-robe inspirée par le street wear. La jeune créatrice danoise joue sur les matières, nylon matelassé, polyamide, denim, tweed, pour offrir des looks modernes et confortables.

Les couleurs vont du gris au turquoise en passant par le kaki, et Andersen invente de longues moufles remontant jusqu'au coude.

Les défilés de prêt-à-porter masculin pour la saison automne-hiver 2016, qui ont débuté vendredi, se poursuivent jusqu'à lundi. La Semaine de la mode posera ensuite ses valises à Milan, avant Paris et New York.

Depuis 2009, la mode masculine a vu ses ventes bondir de 22% au Royaume-Uni, pour atteindre 13,5 milliards de livres (27075 milliards de dollars canadiens) en 2014, selon le cabinet Mintel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer