• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode 
  • > Haute couture: au casino, Chanel mise sur le tailleur en 3D 

Haute couture: au casino, Chanel mise sur le tailleur en 3D

Nouveauté de cette collection haute couture: une dizaine... (Photo Stephane Mahe, Reuters)

Agrandir

Nouveauté de cette collection haute couture: une dizaine de modèles de l'emblématique tailleur Chanel ont été créés grâce à une technique de laser et de 3D appelée Selective Laser Sintering (SLS), ou frittage sélectif par laser.

Photo Stephane Mahe, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Laure MONDESERT
Agence France-Presse
Paris

Avec sa distribution de vedettes, le défilé Chanel de haute couture présenté mardi a fait sensation, dans le décor cette fois d'un casino, où Karl Lagerfeld a misé sur une nouvelle version du légendaire tailleur, réalisée grâce à des techniques 3D.

Le public était convié au «Cercle Privé», une salle de jeux reconstituée dans le Grand Palais. Aux tables centrales, une ribambelle de célébrités arborant des bijoux Chanel: les actrices Kristen Stewart, Julianne Moore, Geraldine Chaplin, mais aussi Vanessa Paradis accompagnée de sa fille Lily-Rose Depp ou encore Gabriel-Kane Day-Lewis, fils d'Isabelle Adjani et Daniel Day-Lewis.

Autour des joueurs évoluent des jeunes femmes aux coupes de garçonnes, aux carrés plongeants, chaussures profilées et collants fins noirs, dans une ambiance évoquant les années folles.

Le tailleur est décliné à l'envi, avec souvent des épaules très marquées. Plumes, broderies, fleurs et perles brillent sur des robes du soir. La mariée est Kendall Jenner, soeur de Kim Kardashian, qui clôt le défilé en tailleur-pantalon blanc à traîne.

Nouveauté de cette collection haute couture: une dizaine de modèles de l'emblématique tailleur Chanel ont été créés grâce à une technique de laser et de 3D appelée Selective Laser Sintering (SLS), ou frittage sélectif par laser.

«Aller avec son temps»

«L'idée, c'était de prendre la veste la plus iconique du XXe siècle et d'en faire une version XXIe siècle, qui techniquement n'était même pas imaginable à l'époque où elle est née», a expliqué Karl Lagerfeld à l'AFP à l'issue du défilé. «La veste est d'une seule pièce, il n'y a aucune couture, c'est moulé».

Pour le créateur vedette de Chanel, cette technique «élargit la haute couture» et sera de plus en plus utilisée à l'avenir.

«Ce qui fait vivre la couture, c'est d'aller avec son temps. Si elle reste une belle au bois dormant dans une tour d'ivoire, vous pouvez l'oublier», a-t-il estimé. «Les femmes qui achètent la couture aujourd'hui ne sont pas de grosses bourgeoises comme dans le temps, ce sont des femmes jeunes, modernes».

«Il y a une clientèle plus riche que dans le temps, dans le temps c'était des Américaines, des Sud-Américaines qui venaient à Paris essayer des robes. Aujourd'hui, c'est des jets privés qui transportent les essayages des femmes à travers le monde», a encore expliqué Karl Lagerfeld.

«Chez Chanel, il y a quatre ateliers haute couture, avec plusieurs centaines d'ouvrières: ils sont toujours débordés! Il y a une vraie clientèle. C'est une clientèle qui ne se montre pas, qui ne vient même pas aux défilés: elle vit sur une autre planète», a-t-il commenté.

Le décor d'une salle de jeux? «Je ne joue pas, mais j'aime bien l'ambiance des casinos du temps où les gens s'habillaient. Ils n'avaient pas l'air d'essayer de gagner de quoi payer le loyer à la fin du mois. Aujourd'hui, c'est un peu sinistre les casinos, parce que les gens ne s'habillent plus», a regretté le couturier.

L'ancien mannequin Inès de la Fressange a exprimé son émotion de voir sa fille, Violette d'Urso, parmi les célébrités autour des tables de jeu - même si l'adolescente n'a pas encore l'âge d'entrer au casino.

«C'est la première fois que je voyais ma fille à un défilé de mode! Même si elle n'a pas marché comme les mannequins autour, elle était très jolie et très à l'aise, j'étais très émue», a dit Inès de la Fressange à l'AFP. «Je crois que Karl Lagerfeld est un extraterrestre. Il ne faut pas le répéter. Mais ce n'est pas possible d'avoir autant de créativité!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer