• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode 
  • > Louis Vuitton emmène la planète mode vivre un rêve californien 

Louis Vuitton emmène la planète mode vivre un rêve californien

Une cinquantaine de mannequins ont déambulé dans le... (Photo Rich Fury/Invision, AP)

Agrandir

Une cinquantaine de mannequins ont déambulé dans le patio de la maison de Bob et Dolorès Hope, un chef d'oeuvre datant de 1973 de l'architecte américain John Lautner surplombant le désert californien.

Photo Rich Fury/Invision, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
PALM SPRINGS

Louis Vuitton et son créateur Nicolas Ghesquière ont emmené une partie de la planète mode vivre un rêve californien mercredi en présentant leur nouvelle collection croisière dans un joyau de l'architecture de Palm Springs.

Louis Vuitton et son créateur Nicolas Ghesquière ont... (PHOTO ROBYN BECK, AFP) - image 1.0

Agrandir

PHOTO ROBYN BECK, AFP

Louis Vuitton et son créateur Nicolas Ghesquière ont... (Photo Mario Anzuoni, Reuters) - image 1.1

Agrandir

Photo Mario Anzuoni, Reuters

Devant environ 500 personnes dont les comédiennes Catherine Deneuve, Charlotte Gainsbourg, Marisa Tomei, le chanteur Kanye West, et bien sûr Bernard Arnault, le PDG de LVMH, Nicolas Ghesquière a dévoilé une collection d'amazones aux cheveux volants au vent, en robes de cuir évasées et longues, ajourées sur les hanches, tour à tour ceinturées, cloutées, dentelées... Puis des femmes en combinaisons pantalon et combi-shorts, aux motifs parfois végétaux ou inspirés de tissus indiens américains.

Une cinquantaine de mannequins ont déambulé dans le patio de la maison de Bob et Dolorès Hope, un chef d'oeuvre datant de 1973 de l'architecte américain John Lautner surplombant le désert californien.

«Ce qui m'a beaucoup inspiré, c'est le contraste dans cette maison entre un certain brutalisme, elle est très radicale, et à l'intérieur des choses plus douces plus décoratives», a expliqué Nicolas Ghesquière à l'AFP.

Celui qui prit la tête de la création chez Louis Vuitton fin 2013, succédant à Marc Jacobs, a dit avoir imaginé «une communauté de femmes qui vivent dans le désert».

Des silhouettes fluides, parfois en cuir, d'autres en tissu, il explique avoir «presque voulu créer la confusion» entre les matières en privilégiant l'idée de «mouvement, c'est important pour Vuitton, c'est une femme qui bouge».

Avant le défilé, les journalistes, célébrités et beaucoup de clientes ont été accueillis dans la maison de Bob et Dolores Hope, en béton et aux formes futuristes et circulaires, par des mannequins formant une sculpture vivante, avec des tenues d'inspiration «glam-rock», avec des maquillages et coiffures évoquant David Bowie.

Collection la plus importante 

L'an dernier, dès l'arrivée de Ghesquière à la création, Vuitton avait déjà organisé un vrai défilé pour sa collection croisière, à Monaco cette fois-là.

Ces collections entre les deux principales saisons été et automne-hiver étaient traditionnellement plus resserrées, et Vuitton veut leur donner de plus en plus d'ampleur et continuer à les faire voyager.

«C'est la plus importante collection en matière de ventes», a expliqué à l'AFP Michael Burke, le directeur général de Louis Vuitton.

Organiser un défilé dans un lieu exceptionnel compte non seulement sur le plan de l'image, mais aussi pour asseoir la relation avec les clientes, venues mercredi de tous les États-Unis, mais aussi de Chine, du Canada, d'Amérique du Sud, etc.

Face au coût d'un tel événement, qui peut atteindre plusieurs millions d'euros, Michael Burke assure que «cela vaut chaque centime».

«À Paris, les défilés sont surtout pour la presse et les acheteurs de magasins et on peut oublier la cliente. Ici, c'est l'occasion de faire venir trois jours les clientes dans un environnement très civilisé, ce que les semaines de la mode ne sont pas toujours», poursuit Michael Burke.

Vuitton est la troisième grande marque de luxe depuis le début de l'année qui défile en Californie après Tom Ford et Burberry's qui ont montré leurs dernières collections à Los Angeles, à deux heures de Palm Springs.

«Palm Springs, c'était dans les années 50 le symbole de la modernité, après ça s'est endormi, mais il y a un vrai renouveau», assure M. Burke.

«New York est une capitale mondiale de la culture, mais très ancrée à l'Europe, pour le monde entier c'est la Californie qui représente la modernité américaine», insiste-t-il.

Pour Cécilia Dean, cofondatrice du très branché magazine de mode Visionaire, il est un peu «paradoxal» de voir le monde de la mode affluer vers Los Angeles et la Californie.

Le créateur de Saint-Laurent, Hedi Slimane,  vit et travaille dans la cité des Anges, entre autres exemples.

Mais pour Cecilia Dean, «la mode va vers les célébrités, qui sont les nouvelles icônes de notre époque et qui lancent les modes».

«Le cinéma, la musique, il y a tant de choses qui imprègnent Los Angeles. Ce n'est plus la ville des pantalons de jogging!», conclut-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer