• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode 
  • > Michael Kors en fourrure et grands manteaux pour l'hiver 

Michael Kors en fourrure et grands manteaux pour l'hiver

Un modèle parade avec l'une des créations de... (PHOTO ANDREW KELLY, REUTERS)

Agrandir

Un modèle parade avec l'une des créations de Michael Kors.

PHOTO ANDREW KELLY, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Dusseau
Agence France-Presse
New York

Grands manteaux, fourrures et cachemire, Michael Kors a présenté mercredi à New York une collection confortable et élégante, de quoi réchauffer des Fashionistas new-yorkaises transies, à l'avant-dernier jour de la Fashion Week.

Les silhouettes étaient longues et souples, les tons de la collection bruns, acajou, olive et ambre, avec quelques pièces marine. La fourrure, souvent colorée, vient réchauffer le col d'une robe en crêpe de soie georgette à manches courtes, est déclinée en cape grise de renard sur un pull en cachemire et jupe trompette assortis. Elle s'invite aussi en écharpe pour les hommes, et en large bande en bas des manches d'un long manteau évasé.

Et sous le manteau de fourrure, une courte robe de mohair acajou sur chemise blanche suffira, portée avec des chaussures plates droit venues du vestiaire masculin. Beaucoup de tweed aussi, une tendance forte de cette saison à New York.

«C'est une collection confortable», à la fois «opulente et de retenue», a expliqué Michael Kors à l'AFP avant son défilé. «Pensez à la duchesse de Windsor, pensez à Carolyn Bessett Kennedy», la femme de John Kennedy Jr, tuée avec lui dans un accident d'avion en 1999. «C'était des femmes très élégantes, elles aimaient le luxe, mais en même temps, ce n'était pas nu, c'était couvert».

Des broderies aussi, des tissus damassés, et des plumes qui s'invitent sur une jupe et un pull de cachemire. De nombreux tissus ont été puisés dans le vestiaire masculin.

«Je pense que toutes les femmes qui ont du style se servent dans le placard de leur boyfriend», explique le styliste américain.

Quatre hommes défilent parmi les 56 mannequins de la collection.

Michael Kors a ouvert récemment à SoHo à New York sa plus grande boutique au monde, avec pour la première fois, toute sa collection homme sous le même toit que celle des femmes.

La mode homme, dit-il, est de plus en plus importante. «Nous avons maintenant partout dans le monde des hommes qui aiment la mode, ils sont plus sophistiqués, et ils sont prêts à casser les codes. Ils apprennent, comme les femmes l'ont fait avant eux», ajoute le designer milliardaire de 55 ans.

New York aura en juillet sa première Fashion Week pour homme, et il compte bien y participer. «Nous ferons une présentation, mais pas un défilé», dit-il.

La Fashion Week se termine jeudi, 48 heures avant les Oscars, et nombre de designers ont déjà les yeux tournés vers Los Angeles.

Mais Michael Kors, qui a habillé de nombreuses célébrités dont Jennifer Lopez, Heidi Klum, Catherine Zeta-Jones, et récemment Michelle Obama pour le discours sur l'État de l'Union, reste vague.

«C'est agréable de voir que beaucoup de clientes ont été nommées, et nous y serons» dit-il.

L'effet Michelle Obama

BIBHU MOHAPATRA, le styliste de 42 ans d'origine indienne, qui a créé sa marque en 2008, était très couru mercredi, et a même dû refuser du monde au Lincoln Center. Le mois dernier, Michelle Obama était arrivée en Inde avec le président Obama, portant un ensemble robe et manteau fleuri bleu de sa façon.

«Je me trouve très chanceux d'avoir fait, d'une toute petite façon, partie de cette histoire», a confié le couturier à l'AFP avant son défilé.

«J'avais complètement oublié que l'arrivée est le moment le plus important. Et le fait qu'elle ait décidé de porter ça, et qu'un milliard de personnes l'aient vue en direct à la télévision (...) Je suis vraiment reconnaissant à tous ceux qui ont rendu ça possible, dont la première dame».

Dans sa nouvelle collection, beaucoup de fourrures, dans des bleus électriques rayés de noir, pour un long manteau ou une veste longue et ronde ceinturée, un petit pull gris à col rond en shearling... Un pantalon et une robe moutarde réchauffent une ligne contemporaine et audacieuse, où dominent les bleus, noirs, rouille et gris.

JEREMY SCOTT, l'enfant terrible de la Fashion Week, a offert une collection très «Charlotte aux fraises» multicolore, avec force damiers et rayures, collants jaunes et verts, et des mannequins aux cheveux verts ou bleus et paupières rouges. Au premier rang de son défilé, le rappeur Kanye West.

HUGO BOSS, dont Jason Wu est le directeur artistique, était aussi très attendu dans l'après-midi, parmi les dizaines de défilés encore prévus d'ici la fin de la Semaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer