Mi-thé, mi-café: voici le maté!

Le goût concentré d'herbe sauvage du maté, rappelant... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Le goût concentré d'herbe sauvage du maté, rappelant vaguement le foin, peut être adouci par une dose de sucre ou en optant pour des versions aromatisées (moins courantes): orange, pamplemousse, miel, menthe...

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il a l'aspect et certaines propriétés du thé, mais ce n'en est pas. Il donne le même coup de fouet qu'un café, mais ne lui ressemble en rien. Faites place à l'inénarrable maté, grand chouchou des Sud-Américains, dont on n'a pas percé tous les secrets.

Boisson extrêmement prisée en Amérique du Sud, tout particulièrement en Argentine, en Uruguay et au Brésil, le maté - aussi appelé yerba - a parfois besoin d'une petite présentation dans l'hémisphère Nord.

Que voici: recueillies sur une plante tropicale de la famille du houx, les feuilles du maté sont séchées, broyées en fragments et paillettes, puis infusées dans de l'eau chaude. On obtient ainsi une décoction aux vertus stimulantes et à la saveur très puissante, teintée d'une amertume prononcée susceptible de faire grimacer les non-initiés.

Son goût concentré d'herbe sauvage, rappelant vaguement le foin, peut être adouci par une dose de sucre ou en optant pour des versions aromatisées (moins courantes): orange, pamplemousse, miel, menthe...

Des propriétés remises en question

L'impact de l'infusion sur la santé reste débattu: est-elle bourrée de caféine? D'antioxydants? Cause d'hypertension? Les scientifiques argentins se sont donc penchés sur la boisson-symbole de leur contrée. La chercheuse Claudia Anesini, de l'institut Iquimefa, a établi que le maté recèle des polyphénols, molécules antioxydantes jouant un rôle dans la santé cardiovasculaire et la prévention de certains cancers.

D'autres études ont également mis au jour des propriétés laxatives et son rôle positif sur le taux de cholestérol ou la digestion, même si on ignore précisément comment notre organisme absorbe et gère les diverses substances libérées par la plante.

Mais la yerba est surtout réputée pour son cocktail de vitamines et ses effets stimulants, qui en ont fait le carburant de prédilection des étudiants ensommeillés, vertu s'expliquant entre autres par la présence de caféine. Mais en quelle quantité? Excessive? Re-débat.

La maison de thé Camellia Sinensis a fait analyser cette donnée. Verdict: à quantité égale (5 g de feuilles), le maté contient la même quantité de caféine, sinon moins, que la plupart des thés verts (18 mg dans 250 ml d'infusion).

» Consulter les résultats de l'étude

«Cependant, étant donné qu'une grande quantité de maté est habituellement compactée dans la calebasse, on obtient l'équivalent en caféine d'une dizaine de thés verts infusés», commente Hugo Americi, dégustateur de la boutique montréalaise. Mathématique simple: pour une boisson moins caféinée, il suffit de mettre... moins de yerba.

Le maté serait-il ainsi irréprochable? On l'a pourtant accusé de provoquer certains types de cancers (de l'oesophage ou du poumon, notamment). Des études sont encore menées à ce sujet, mais ce fait semble lié à une consommation excessive, laquelle entraînerait également d'autres pathologies, comme l'insomnie. «Il s'agit d'une boisson très tannique et il est sûr qu'à la longue, si on en abuse, cela peut être "exigeant" pour le système digestif», précise Jean-François Di Pietro, de la boutique Camellia Sinensis. Un seul mot, donc: modération! En cas de doute (personnes cardiaques, femmes enceintes, etc.), l'avis d'un médecin est recommandé.

Mode d'emploi

On peut certes l'infuser comme un thé classique, mais ce serait sacrifier au fameux rituel sud-américain, qui consiste à remplir une petite calebasse de maté, à verser de l'eau chaude (environ 80 °C), puis à aspirer son contenu avec une paille de métal filtrante (la bombilla). Hyper concentré, il peut être réinfusé de multiples fois. N'oubliez pas : plus on met de yerba, plus le taux de caféine s'élèvera.

Chacun sa boisson

Il y a certes la yerba classique sirotée depuis des siècles, mais elle se décline aujourd'hui en de nombreuses variantes, offertes localement. Nous vous les présentons.

La yerba naturelle

Traditionnelle et facile à trouver, elle est vendue par diverses grandes marques (Cruz de Malta, Amanda, etc.) ou par de petits exportateurs. Elle se caractérise par son goût herbacé prononcé et son amertume. «Il faut aussi regarder la mention sin palo ou con palo. La première signifie que les tiges ont été retirées, ce qui donne un goût plus concentré, contrairement à la deuxième», explique Victor Sanchez, de la Librairie espagnole.

En vente dans presque toutes les boutiques de thé et épiceries latino-américaines (Sabor Latino, La Librairie espagnole, boulangerie Napo...).

La yerba grillée

Cette version torréfiée convaincra peut-être davantage les férus du café, avec ses accents de pain grillé, caramélisés, voire chocolatés. Les paillettes ont perdu leur teint vert au profit d'une couleur brunâtre. Un bon coup de pied au derrière matinal. Corsé!

En vente chez Marie Thé, Camellia Sinensis, Les Thés Taxi.

La yerba aromatisée

Le maté ayant un goût très caractéristique, pour ne pas dire caractériel, il ne plaît pas à tous. Avant de l'écarter, on peut tester une version aromatisée: orange, miel, pamplemousse, guarana ou autre. La saveur herbacée reste dominante, mais complétée par de subtiles notes douces et fruitées, exacerbées lorsqu'on sucre le tout.

En vente à la librairie espagnole L'Española.

Les mélanges de maté

Certaines chaînes de distribution ont mis au point des mélanges plus ronds et flatteurs pour le palais, à coups de fruits exotiques séchés, noix, chocolat et puissants arômes naturels ou artificiels. La saveur et l'amertume singulières du maté sont presque entièrement gommées, mais l'effet tonifiant reste présent.

En vente chez Davids Tea et Les Thés Taxi.

Des calebasses de choix

Bien qu'une tasse ordinaire fasse l'affaire, déguster la yerba dans un récipient traditionnel reste plus authentique. «La calebasse, elle-même nommée maté, est une petite courge séchée et vidée. C'est la plus courante», indique Victor Sanchez, de La Librairie espagnole, qui propose un vaste choix de récipients. On en trouve également en bois et même en métal. Notez aussi que Camellia Sinensis commercialise des «calebasses» en céramique façonnées par des artisans québécois.

N'oubliez pas la paille de métal, dite bombilla (à partir de 18$)

Les prix des calebasses: de 8$ à 28$

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer