Mythes et réalité sur la semaine de relâche

Nancy Coulombe et Nadine Descheneaux, les auteures des... (PHOTO VÉRONIQUE SAUVÉ, FOURNIE PAR LES ZIMPARFAITES)

Agrandir

Nancy Coulombe et Nadine Descheneaux, les auteures des Zimparfaites.

PHOTO VÉRONIQUE SAUVÉ, FOURNIE PAR LES ZIMPARFAITES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'an dernier à pareille date, les (Z)imparfaites, ces mères blogueuses indignes et fières de l'être, avaient fait une sortie en règle contre la pression monstre qu'on se met tous, comme parents, autour de cette sacro-sainte semaine. Nous avons pensé les relancer cette année en les invitant à déboulonner quelques mythes avec nous. En vrac et dans le désordre, pour le plaisir de désorganiser la relâche une fois pour toutes.

MYTHE : Il faut faire plein de choses à la relâche.

RÉALITÉ : «Il y a tellement d'activités offertes à la relâche, on se sent comme obligés de faire quelque chose, dénonce Nancy Coulombe, mère de trois enfants. Comme si la valeur de ta relâche était supérieure si tu fais quelque chose d'étonnant avec tes enfants, à comparer à passer la semaine à jouer à des jeux de société, disons. Moi, mes enfants me l'ont dit très clairement cette année : on ne veut vraiment rien faire, maman. C'est clair ! On dirait qu'on fait plein de choses sans penser. Est-ce que c'est vraiment ce qu'ils veulent, les enfants ?»

MYTHE : La relâche, c'est le temps de faire tout ce qu'on n'a pas le temps de faire le reste de l'année.

RÉALITÉ : «C'est drôle de se dire ça, non ? La relâche, il faut faire quelque chose, mais la fin de semaine, on va chez Costco ? On peut faire plein de choses les fins de semaine aussi.»

MYTHE : La relâche, c'est du temps de qualité et des activités de qualité.

RÉALITÉ : «On a tendance à penser que plus l'activité est de qualité, plus les enfants vont l'apprécier. Mais c'est faux ! Il faut demander aux enfants ce qu'ils veulent faire. Et s'ils veulent aller à la bibliothèque et louer une série télé, pourquoi pas ? C'est le moment de faire des choses qui prennent du temps. On l'oublie parce qu'il faut toujours tout faire vite. Là, on peut étaler l'activité dans le temps. Sauf si c'est un casse-tête de 1000 morceaux... ! »

MYTHE : Le temps de qualité, ça n'a pas de prix.

RÉALITÉ : «Il y a une surenchère ! Moi, je voudrais bien aller une semaine à la relâche dans le Sud, mais c'est tellement plus cher que le reste de l'année ! Et si tu fais des activités chaque jour, c'est pareil. En plus, l'expérience ne sera pas très agréable, y a foule ! Le but, c'est pas de faire "une activité à la relâche", c'est de vivre une expérience. Alors, pourquoi est-ce qu'on n'irait pas dans de meilleures conditions ? Sortir à la relâche, c'est stressant. Juste se stationner au cinéma, c'est stressant !»

MYTHE : La relâche, c'est pour se retrouver en famille.

RÉALITÉ : «Oui, c'est noble, comme à Noël, mais il y a aussi tous les autres week-ends ! Pourquoi on ne se donne pas un peu de lest en envoyant les enfants aussi un peu chez des amis ? Comme ça, on ne s'oublie pas là-dedans, suggère-t-elle. On n'a pas à devenir les animateurs de nos enfants. Au contraire : si on ne fait pas une surenchère de sorties, si on ne s'oblige pas à être en famille tout le temps, là on va avoir une vraie pause, des enfants heureux et des parents aussi !»

Qui dit mieux ?

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Relâche: ode aux jours de farniente

    Famille

    Relâche: ode aux jours de farniente

    Pas reposante, la relâche ? Trop d'activités à organiser ? Pourquoi tout ce stress ? Se pourrait-il que dans le tourbillon, on ait oublié l'objectif... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer