• Accueil > 
  • Vivre 
  • > Quand l'enfant recommence à faire pipi au lit 

Quand l'enfant recommence à faire pipi au lit

Quand un enfant a été propre la nuit... (Photo thinkstock)

Agrandir

Quand un enfant a été propre la nuit pendant près de six mois et qu'il recommence à mouiller régulièrement son lit la nuit, plusieurs raisons peuvent expliquer cette rechute, appelée énurésie nocturne secondaire.

Photo thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nadielle Kutlu

Collaboration spéciale

La Presse
Devenir propre - Petits et grands tracas, d'Anne-Claude... (Photo fournie par la maison d'édition) - image 1.0

Agrandir

Devenir propre - Petits et grands tracas, d'Anne-Claude Bernard-Bonnin

Photo fournie par la maison d'édition

Si, durant les vacances, la majorité des enfants ont hâte de voyager, dormir chez des amis ou séjourner dans un camp d'été, ces moments peuvent stresser ceux qui ont recommencé à faire pipi au lit la nuit.

C'est le cas de Mila, 6 ans, qui mouille son lit presque chaque nuit depuis qu'elle a 4 ans, alors qu'elle était propre à deux ans et demi. « Après deux semaines à changer les draps au milieu de la nuit, on a décidé de lui mettre des couches d'entraînement et on a coupé les liquides le soir », raconte sa mère, toujours aux prises avec le problème. 

Quand un enfant a été propre la nuit pendant près de six mois et qu'il recommence à mouiller régulièrement son lit la nuit, plusieurs raisons peuvent expliquer cette rechute, appelée énurésie nocturne secondaire.

Pédiatre au CHU Sainte-Justine et auteure du livre Devenir propre - Petits et grands tracas, publié aux Éditions du CHU Sainte-Justine, la Dre Anne-Claude Bernard-Bonnin rappelle que l'énurésie nocturne, « c'est ennuyeux, mais absolument pas dangereux ». Et que ça va passer avec le temps. Explications.

RAISONS MÉDICALES

Le diabète infantile de type 1, le diabète insipide ou encore une infection urinaire peuvent causer l'énurésie nocturne. Des tests médicaux indiqueront si l'enfant en souffre.

APNÉE DU SOMMEIL

Les enfants qui font de l'apnée du sommeil sécrètent une hormone qui les fait uriner la nuit. Dans ce cas, mieux vaut consulter un médecin.

UNE VESSIE SURCHARGÉE

« La consommation de boissons n'est pas toujours bien répartie durant la journée, constate la Dre Bernard-Bonnin. À l'école, les enfants boivent peu. De retour à la maison, ils ont soif et boivent beaucoup. Souvent jusqu'au coucher. » Mieux vaut diminuer la consommation de liquide à partir de 16 h, éviter les boissons sucrées ou caféinées, et privilégier l'eau.

CONSTIPATION

Quand un enfant est constipé, l'intestin appuie sur la vessie, ce qui peut provoquer l'énurésie nocturne. Le parent peut tenir un calendrier des selles et en parler avec son médecin. Un laxatif sera peut-être nécessaire. Côté alimentation, on s'assure que l'enfant mange régulièrement des fibres, des fruits et des légumes.

STRESS

Un événement déclencheur peut être en cause. Un déménagement, la séparation des parents, la mort d'une personne significative, la naissance d'un frère ou d'une soeur, un changement à l'école ou l'intimidation sont des situations qui peuvent provoquer un stress chez l'enfant, qui peut réagir en recommençant à mouiller son lit la nuit. Dans ces cas, mieux vaut consulter un psychologue.

En chiffres

  • 5 ans: L'âge vers lequel la majorité des enfants sont propres.
  • 15 %: Le pourcentage des enfants de 5 ans touchés par l'énurésie nocturne.
  • 5 %: Le pourcentage des enfants de 10 ans touchés par l'énurésie nocturne.
Source : Société canadienne de pédiatrieDevenir propre - Petits et grands tracas

Solutions

Faire pipi au lit dérange-t-il l'enfant ? C'est la principale question qu'il faut se poser, souligne la pédiatre Anne-Claude Bernard-Bonnin. Et agir en conséquence.

Un « vrai pipi »

Le parent devrait s'assurer que l'enfant urine avant de se coucher. Pour être sûr qu'il a bien vidé sa vessie, on peut lui demander de retourner aux toilettes cinq minutes après la première fois.

Lever l'enfant

Avant de se coucher, les parents peuvent lever l'enfant de son lit et l'amener uriner. Généralement, il sera encore endormi. « Parfois ça marche, et l'enfant reste propre le reste la nuit. Mais parfois, l'enfant fait quand même pipi plus tard dans la nuit », dit la Dre Bernard-Bonnin. 



Système de récompense

« Il ne faut surtout pas punir l'enfant », avise la pédiatre. Ou l'humilier. Il ne fait pas exprès. Mais on peut l'encourager avec un système de récompense. Par exemple : apposer des autocollants sur un calendrier pour le féliciter pour chaque nuit sèche. Après 10 nuits sèches sur deux semaines, on prévoit une activité avec l'enfant. Ce qui est plus motivant que de donner un jouet. Ce système ne fonctionne toutefois pas avec tous les enfants. 


Des culottes intelligentes 


Si l'énurésie nocturne dérange l'enfant et qu'aucune solution ne fonctionne, l'enfant peut porter des « culottes intelligentes » munies d'un système d'alarme. « Dès qu'il y a une goutte de pipi, ça sonne. C'est fait pour réveiller l'enfant », explique la pédiatre. Les parents aussi doivent se réveiller pour l'amener aux toilettes. « L'enfant finit souvent par développer un réflexe conditionné et se réveillera quand sa vessie est pleine », poursuit-elle. En moyenne, le traitement dure sept semaines. Il faut quand même veiller à protéger le matelas. 


Plus d'info : Le système Le doux réflexe, approuvé par Santé Canada https://pipiaulit.com/

Médicament 


Pour une occasion spéciale, quand l'enfant voyage ou va dormir chez un ami par exemple, un médecin peut prescrire un médicament qui coupera la production d'urine la nuit (le DDAVP). Le médicament ne fonctionne pas pour tous, et il faut parfois ajuster la dose. « On peut le prendre jusqu'à environ trois mois », mentionne la Dre Bernard-Bonnin.

Et l'ostéopathie ?

Caroline Malo, ostéopathe, a traité plusieurs enfants touchés par l'énurésie nocturne secondaire. « Les parents ne le savent pas toujours, mais une banale chute sur les fesses ou sur le dos, au parc ou en patins, par exemple, peut provoquer l'énurésie nocturne », dit-elle. Et ce, sans que l'enfant ne se plaigne de douleurs. Dans ces cas, elle soutient qu'un traitement ostéopathique dans le bas du dos peut résoudre le problème.

 Seulement un ou deux traitements d'une heure suffisent généralement.

Si on décide de consulter un ostéopathe, on s'assure que le professionnel est membre d'Ostéopathie Québec. 


www.audet-malo.ca


http://osteopathiequebec.ca/




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer